Article

29.01.2020

Notre banque et BlueChem misent sur la chimie durable

Aider les entreprises en croissance à développer des innovations durables pour la chimie du futur : c’est l’objectif de l’incubateur BlueChem. Leentje Croes et Jeroen Vangindertael racontent cette initiative unique.

BlueChem est le premier incubateur indépendant en Flandre – et au-delà – qui se concentre spécifiquement sur l’innovation et l’entrepreneuriat dans le secteur de la chimie durable. Situé au bord de l'eau sur le terrain industriel éco-efficace Blue Gate Antwerp, son bâtiment flambant neuf hébergera un écosystème unique de start-up, de PME, d’institutions de connaissances et de quelques grands acteurs mondiaux. Leentje Croes, bio-ingénieur en chimie et technologie des bioprocédés, dirige BlueChem depuis le 1er janvier 2019. Jeroen Vangindertael, docteur en chimie et en biotechnologie, est expert auprès du Sustainable Business Competence Centre de BNP Paribas Fortis, qui a conclu un partenariat avec BlueChem. À les entendre évoquer les projets de BlueChem, on ne peut que se laisser gagner par leur enthousiasme – même sans connaissances en chimie.

Comment BlueChem a-t-il vu le jour ?

Leentje : « En 2012, essenscia, la fédération belge des industries chimiques et des sciences de la vie, a remarqué que l’innovation de rupture était souvent le fait de start-up. Elle a voulu stimuler ce sens de l’innovation en les soutenant. Une première étude de faisabilité a été exécutée de 2012 à 2014. Elle était centrée sur la base de la question suivante : “Que faut-il pour aider ces entreprises et maintenir le succès du secteur de la chimie et des matières plastiques ?”. Car notre secteur est très important pour l’emploi et la prospérité en Belgique. L’étude de faisabilité a fait mûrir l’idée d’un incubateur. Une étude de suivi, réalisée de 2014 à 2016, a mis les points sur les i : le thème de la “chimie durable” a été associé à l’incubateur, un plan financier a été établi, etc. Et en 2017, BlueChem était né ! »

Jeroen : « Le temps était venu de déployer ce modèle dans le secteur de la chimie. essenscia est aussi la fédération du secteur des sciences de la vie et depuis un certain temps déjà, nous y voyons de grandes entreprises qui soutiennent ou qui accueillent des start-up biotechnologiques. Elles le font d’une part pour suivre leurs activités et éventuellement conclure des partenariats plus tard, et d’autre part pour rester en contact avec l’innovation et l’accélérer. Le secteur de la chimie et des matières synthétiques comptait une pléthore d’entreprises établies, mais il y manquait encore un écosystème vivant d’entreprises débutantes. »

Pourquoi la chimie durable est-elle importante ?

Leentje : « La capacité d’innovation scientifique du secteur de la chimie est essentielle au développement durable de notre planète. Chez BlueChem, nous considérons la chimie durable comme l’industrie clé du 21e siècle et comme le moteur d’une économie circulaire. De plus, la chimie apporte des innovations et des produits cruciaux pour pour relever avec succès le défi climatique. »

Jeroen : « On critique vite le secteur de la chimie car il ne serait pas assez durable. Mais tout le monde utilise les développements de la chimie dans la vie quotidienne. Par exemple, il n’existe virtuellement aucun produit technologique qui ne contient pas de plastique – c’est presque impossible. La recherche actuellement en cours sur les nouvelles piles, c’est aussi de la chimie. Un processus chimique complexe est à l’origine des matériaux d’emballage biodégradables des supermarchés. Et le recyclage implique aussi des développements considérables. Dans la transition vers une chimie plus durable, un incubateur comme BlueChem est un modèle parfait. »

Leentje : « Les smartphones aussi sont remplis de matériaux fabriqués par le secteur de la chimie. Les développements qui découlent de la chimie influencent donc de nombreux aspects de la vie quotidienne, mais les gens n’en sont pas conscients.

Avec BlueChem, nous voulons améliorer l’image publique du secteur de la chimie. Nous voulons montrer au grand public toutes les belles choses qui sont rendues possibles par la chimie.»

Qu’a déjà réalisé BlueChem depuis sa création ?

Leentje : « « En 2017, le dossier de subvention pour le Fonds européen de développement régional (FEDER) – pour le soutien financier de notre chantier – a été établi, introduit et approuvé. Une étape importante ! La construction a débuté fin 2018 et la livraison provisoire est prévue le 5 février 2020.

Il y a un an, nous existions uniquement sur papier… et maintenant, nous avons un bâtiment de pointe avec toutes les infrastructures possibles dont les start-up pourraient avoir besoin.

Beaucoup de choses ont donc déjà été réalisées. Nous avons également conclu des partenariats, non seulement avec BNP Paribas Fortis, mais aussi avec Deloitte, Deloitte Legal et le port d'Anvers. Et bientôt, les premiers locataires emménageront dans notre bâtiment : Arpadis, Catalisti, Creaflow, InOpSys, Triple Helix, Vito, ainsi que les grandes entreprises BASF, Borealis et Ineos. Cette combinaison de petites et de grandes entreprises crée une dynamique intéressante au sein de l’écosystème. L’objectif de notre première année de fonctionnement, atteindre un taux d’occupation de 20 %, était déjà réalisé 4 mois et demi avant l’ouverture. »

Jeroen : « En décembre 2019, le BlueChem Kickstart Fund a également été créé. Il s’agit d’un fonds d’investissement d’environ 3 millions d’euros mis à disposition par la ville d’Anvers. Ce fonds donne un coup de pouce financier aux locataires de BlueChem, jusqu’à 700 euros/m², pour l’aménagement de leurs laboratoires.  »

Que peuvent signifier BlueChem et BNP Paribas Fortis l’un pour l’autre ?

Jeroen : « Notre banque dispose d’un très vaste réseau et nous voyons presque toutes les start-up en Belgique, d’une part via nos Innovation Hubs et d’autre part, parce que nous investissons dans de nombreux fonds spin-off liés aux universités via nos activités de Private Equity. Nous contribuerons également à la promotion de BlueChem dans toute la Belgique. Nous avons développé en outre une grande expérience des plans d’affaires pour les start-up qui veulent évoluer en scale-ups. Nous pouvons donc certainement soutenir les entreprises à ce niveau. Bien entendu, la chimie est aussi un secteur gourmand en investissements : tôt ou tard, ces start-up auront besoin de capitaux ou de dettes pour financer leur croissance. Il est clair que notre banque a un rôle à jouer à cet égard. Pour nous, il est d’ailleurs intéressant de suivre ces entreprises dès le départ, afin de bien comprendre ce qu’elles font. Lorsque nous recevrons une demande de financement, nous pourrons ainsi y réagir rapidement. C’est dans cette optique que Conchita Vercauteren de notre Business Centre d’Anvers et moi-même siégerons aussi au comité consultatif de BlueChem. »

Leentje : « Bien que nous soyons encore dans la phase de démarrage, nous avons déjà pu réaliser des choses ensemble au cours de l’année écoulée. BNP Paribas Fortis intervient en tant qu’ambassadeur de BlueChem et contribue à notre notoriété auprès des start-up et en général. Cela nous ouvre naturellement des portes. De notre côté, nous avons déjà mis quelques start-up en contact avec le Business Centre d’Anvers, car elles avaient des questions concernant la constitution de leur société ou le transfert de leur entreprise depuis l’étranger. Elles ont trouvé les conseils nécessaires auprès de BNP Paribas Fortis. »

Quels sont vos projets pour l’avenir ?

Leentje : « Une fois que tous les locataires auront emménagé et que l’ouverture officielle aura eu lieu le 28 avril, nous nous concentrerons sur le soutien quotidien de nos locataires. Cela peut aller du conseil administratif à la recherche des bons partenaires au sein de notre réseau. Nous explorerons la possibilité d’organiser des séminaires avec BNP Paribas Fortis. »

Jeroen : « Chez BNP Paribas Fortis, nous sommes aussi très enthousiastes quant à l’avenir de BlueChem. La Belgique et plus spécifiquement la ville d’Anvers sont depuis longtemps des acteurs de premier plan dans l’industrie chimique. Il est beau de les voir poursuivre sur cette lancée en jouant désormais aussi un rôle précurseur dans le domaine de la chimie durable. »

Où en est votre entreprise en matière de durabilité ?

Faites un check-up rapide

Article

13.05.2019

Notre banque soutient le premier incubateur dédié à la chimie durable

Les start-ups et les entreprises en pleine croissance du secteur chimique qui s’engagent dans l’innovation durable pourront bientôt compter sur le soutien de l’incubateur BlueChem et sur notre expertise.

L'industrie chimique, secteur important et stratégique pour l'économie belge, a déjà déployé des efforts considérables dans le domaine de la durabilité ces dernières années. Cependant, tout comme la société dans son ensemble, elle est confrontée à des challenges importants au niveau de la transition vers une économie circulaire et le développement de solutions au défi climatique. L'innovation durable revêt dès lors une importance capitale. C'est précisément l'objectif ambitieux de BlueChem, le tout premier incubateur dédié à la chimie durable.

Innovation durable

La chimie durable met l'accent sur des innovations qui combinent utilités écologique et économique. Pensez par exemple à des techniques de recyclage améliorées pour extraire les métaux durables des déchets, aux plastiques biodégradables, au remplacement de substances dans des matériaux existants, ou encore à l’écologisation d’un processus de production chimique. Ce dernier a fait l’objet du Prix Nobel de chimie 2018 : des chercheurs ont mis au point des enzymes d’origine biologique pour remplacer des substances toxiques actuellement utilisées par l’industrie chimique et qui doivent être détruites ultérieurement. BlueChem se concentre sur ce type de développements en collaboration avec les pouvoirs publics, l’industrie et la recherche.

Du temps, du courage et de l’argent

Dans le secteur chimique, il n’est pas évident de porter des innovations prometteuses à maturité commerciale. Il faut beaucoup de temps, de courage et d’argent pour passer d’un développement en laboratoire à une échelle de production industrielle. BlueChem veut aider les entreprises qui démarrent, ou en croissance, grâce à une infrastructure et des services adaptés, un soutien financier et un accès direct à un vaste réseau d'experts du secteur. Vu le succès d’incubateurs semblables dans l’industrie digitale et pharmaceutique, ce n’était qu’une question de temps avant que le premier incubateur de chimie durable ne voie le jour.

WB_Art_BlueChem_signature

Didier Beauvois, Head of Corporate Banking, BNP Paribas Fortis et Frank Beckx, Président du Conseil d’Administration, BlueChem

Suivi rapproché

Le projet coûtera près de 11 millions d’euros et peut compter, outre sur BNP Paribas Fortis en tant que seule banque participante, sur le soutien des pouvoirs publics européens et flamands respectivement à concurrence de 3,4 millions d’euros et 868 397 euros. La ville d’Anvers investit également 4 millions d’euros. La contribution de BNP Paribas Fortis consiste principalement en l’apport de son expertise dans le secteur des sciences de la vie, le soutien à des start-ups et des scale-ups innovantes et la mise à disposition de son vaste réseau.

Petits et grands acteurs de l'industrie chimique collaborent ainsi à des initiatives d’innovation durable tandis que notre banque suit de près les évolutions du secteur. Elle sera représentée au sein du comité consultatif de BlueChem. De cette manière, BNP Paribas Fortis jouera son rôle dans le soutien financier de start-ups innovantes à travers son Innovation Hub et dans le développement d’activités durables via son Sustainable Business Competence Centre.

Un partenariat prometteur

Essenscia, organisation sectorielle du secteur chimique, est à l’initiative de la création de cet incubateur dédié à la chimie durable. Depuis, BlueChem peut aussi compter sur des partenaires importants comme le cabinet de conseil Deloitte, le bureau d’avocats Laga et le Port d’Anvers. Le 13 mai, BNP Paribas Fortis a signé un accord de partenariat avec BlueChem. Elle est la seule banque à soutenir l’incubateur qui débutera ses activités en 2020 dans Blue Gate Antwerp, le parc d’activités climatiquement neutre du port d’Anvers, l’un des plus grands clusters chimiques au monde.

Didier Beauvois, Head of BNP Paribas Fortis Corporate Banking : «Nous sommes très fiers d’être le partenaire de BlueChem, qui, comme notre banque, attache une grande importance au développement durable et à l’innovation ouverte. Nous mettons volontiers notre réseau et notre expertise à la disposition de cette industrie primordiale pour notre pays. Car si le secteur chimique réduit son empreinte écologique, cela aura immédiatement un impact considérable sur notre planète. »

Découvrez ce que le Sustainable Business Competence Centre peut faire pour votre entreprise :
https://entreprises.bnpparibasfortis.be/fr/sustainablebusiness?tags=sustainable-business

Article

14.01.2020

Le partenaire central de votre révolution durable ? Votre banque !

Pourquoi une banque s’investit-elle dans la durabilité ? La question est légitime… et la réponse évidente : les entreprises — ses clients — ont plus que jamais besoin de soutien pour réussir leur transition.

« Il n’y a pas de plan B, car il n’y a pas de planète B », déclarait Ban Ki-moon lors de la semaine du climat de New York en septembre 2014. La formule de l’ancien Secrétaire général des Nations unies a marqué les esprits, car elle résume parfaitement la situation : agir est la seule issue. Un impératif qui exige que tout le monde apporte sa pierre à l’édifice du changement. La banque n’échappe pas à la règle ! D’abord pour une raison évidente : ses clients sont précieux et elle doit veiller à ce qu’ils soient performants… et le restent. Un intérêt commun, essentiel pour aider les entreprises à emprunter la voie de la durabilité. Mais le rôle de la banque va bien au-delà. 

Une position… au cœur du « jeu »

Selon l’ONU, la réalisation des Objectifs de développement durable (ODD) à l’horizon 2030 exigera des investissements colossaux : de l’ordre de 5 000 à 7 000 milliards de dollars par an. Qui mieux que le secteur financier pour relever ce défi ? La banque « connaît » et soutient l’ensemble des acteurs en présence : du secteur public à la santé et à l’enseignement, en passant par les PME, les corporate, les start-up, les ONG ou encore les particuliers. Positionnée au cœur de l’activité économique, elle est plus que jamais un moteur fondamental du changement. Sa mission ? Soutenir la transformation de l’ensemble de la société, et en particulier la transition durable des entreprises, afin de contribuer à répondre aux enjeux environnementaux.

Trois piliers de la banque « durable » :

  1. L’expertise : une banque ce ne sont pas que des banquiers !
  2. L’action de la banque passe inévitablement par le conseil. Au fil des années, elle s’est dotée de véritables experts du « durable »… Leur rôle ? Sensibiliser les entreprises sur la nécessité de se transformer et les accompagner tout au long de la transition. En d’autres mots ? Aider les dirigeants à comprendre les risques de l’immobilisme et à saisir les opportunités issues d’une mutation optimale de business model. Une mission qui s’adapte forcément aux besoins et à la maturité de chaque acteur économique. Cela se traduit entre autres par :

    • partager la connaissance et la compréhension autour de la durabilité, du changement climatique, des défis environnementaux, de la transition écologique, etc. ;
    • Insuffler, soutenir et conduire la réflexion stratégique au sein des structures ;
    • Comprendre et analyser la faisabilité technique d’un projet dans n’importe quel domaine d’activité : nouvelles technologies, décarbonisation, sciences de la vie, économie circulaire, smart cities, etc.
  3. Des moyens : financer le changement et son accélération
  4. La voie de la durabilité exige des investissements importants… La banque est le partenaire idéal pour prendre en compte la dimension financière de toute réflexion stratégique. Après un accompagnement orienté sur les aspects « techniques », le rôle de la banque consiste donc à valider les perspectives établies et à appuyer les dirigeants dans la modélisation du volet financier. Autrement dit : quels moyens sont nécessaires ? Quels sont les véhicules de financement adaptés ? Une approche qui garantit un maximum de sécurité à la transition, puisque les risques, notamment financiers, sont pris en compte dès le départ. Une autre mission importante de la banque ? Jouer un rôle de catalyseur pour aider les entreprises — déjà avancées dans leur processus durable — à passer à une échelle supérieure.

  5. Du réseau : à la recherche d’un partenariat ?
  6. Le réseau est l’une des clés de la transition durable… Et qui mieux que la banque pour connecter tous les acteurs entre eux ? Le networking est donc fondamental sur plusieurs points :

    • Le partage d’expériences ;
    • La diffusion de bonnes pratiques ;
    • La mise en lumière de solutions innovantes… contribuant in fine à rendre certaines nouvelles technologies « durables » accessibles financièrement au plus grand nombre ;
    • L’amplification de projets qui fonctionnent correctement à une petite échelle pour les aider à franchir un cap et atteindre une échelle supérieure.

Nos experts du Sustainable Business Competence Centre
vous accompagnent tout au long de votre transition durable.
N’hésitez pas à prendre contact avec eux !
Article

18.07.2016

Disruptive innovation: J.S. Bach versus The Rolling Stones

Les entreprises établies font de l’innovation progressive. Les start-ups, elles, s’adonnent à l’innovation qui dérange (aussi appelée « disruptive »). Elles réitèrent le combat entre David et Goliath, et nous savons bien qui des deux a gagné.

Imaginez une prairie luxuriante, sous un doux soleil de printemps. Deux musiciens professionnels, sont sur leur trente et un. Ils jouent la Sonate pour flûte et clavecin de Jean Sébastien Bach. Soudain, les tonalités harmonieuses se déchirent sous le son rageur d’une guitare électrique. C’est le célèbre riff de Start Me Up, un des grands succès des Rolling Stones, qui domine à présent : une fois que la basse et la batterie s’en mêlent, les sonorités classiques périssent sous l’attaque. L’amplification électrique des instruments produisent une véritable orgie acoustique. Sur le visage buriné de Keith Richards se dessine un sourire malicieux.

La musique céleste de J.S. Bach symbolise ici les entreprises établies. Leur approche est réfléchie, leurs produits sont finis. Cela fait des années qu’ils construisent une relation de confiance avec leurs clients. Et tout le monde en est persuadé, cela peut encore durer des décennies. La musique des Stones est-elle aussi fantastique que celle de Bach ? C’est un vaste débat. Une chose est sûre : elle est différente. Plus rugueuse, moins léchée, elle vise un impact immédiat. Et certainement pas moins commercial. Dans notre allégorie, les chansons rock de Jagger et Richards symbolisent les jeunes start-ups, venant perturber la force tranquille des grandes entreprises et parfois même dominer les plus grands acteurs de la vie économique.

Nouvelles règles du jeu

Les Rolling Stones ont innové. Ils se sont inspirés du blues à l’ancienne qu’ils ont mis au goût du jour. Cultivant à dessein leur image de bad boys, ils ont réussi, comme nul autre, à se servir des médias pour se vendre. Des « disruptifs » avant l’heure : dérangeants, dévastateurs. Le secteur de la musique classique lui aussi utilise des techniques d'enregistrement et de distribution modernes. Mais il s’agit là d’une innovation « incrémentale », une évolution progressive. Le produit lui-même n’évolue quasiment plus. La différence entre ces deux concepts  - l'innovation progressive et l’innovation perturbatrice - est d’une importance vitale pour les entreprises, affirme Cédric Donck, business angel et fondateur de la Virtuology Academy.

« Les entreprises établies font de l’innovation progressive. Elles améliorent leurs produits, mais demeurent dans le même business model. Dans le secteur hôtelier, cela signifie : “Nous veillons à ce que nos chambres soient équipées de wifi, à être repris sur TripAdvisor, à présenter un site internet convenable…”

Les start-ups, elles, dérangent quand elles innovent. Elles ne respectent pas les règles de jeu. Il suffit de songer à Airbnb. Ou aux banques. Elles font la nique aux acteurs existants, à coups d’applications et d’autres innovations numériques. C’est nécessaire, mais cela ne suffit pas. Des acteurs disruptifs come Lendio prêtent de l’argent “peer to peer” à des entreprises sans l’intervention d’une banque traditionnelle. Cette “Ubérisation” tend à se généraliser. L’innovation perturbatrice est en marche, plus rien ne l’arrêtera. »

l’innovation perturbatrice, sous l’angle des différences

  • L’innovation perturbatrice ne provient jamais du secteur lui-même
    Ce n’est pas l’industrie musicale qui a créé Spotify. Il en va de même pour les sociétés de taxis et Uber, pour le secteur des médias et le Huffington Post, pour les constructeurs automobiles et Tesla. La « disruption » qui bouleverse les entreprises existantes ne vient pas de celles-ci.
  • La vision en matière de technologie est fondamentalement différente
    Dans les entreprises classiques, la technologie représente juste un support pour le business ou le marketing. Souvent, elle est source de frustration. Il est très rare de voir un CTO siéger au conseil d’administration. En revanche, les start-ups partent d’une nouvelle technologie (big data, intelligence artificielle, nouveaux algorithmes, robotique…) et s’interrogent sur ce qu’elles peuvent en faire…
  • L’innovation ne fait que s’accélèrer
    Les entreprises novatrices peuvent, elles aussi, se faire bousculer. Apple ne voit pas Spotify arriver, Google est pris de vitesse par WhatsApp. Les entreprises disruptives ne sont pas à l’abri de la disruption. L’accélération du processus semble sans limite.
  • Aujourd’hui, les start-ups trouvent aisément de l’argent
    Les jeunes pousses qui ont trouvé une bonne idée et qui parviennent à prouver le business potentiel derrière leur projet parviennent de nos jours assez facilement à récolter de l’argent pour développer leur idée. Être grand et riche n’est plus forcément un atout.
Article

18.07.2016

Innovation : le cycle Build - Measure - Learn

Adopter la méthode Lean Startup à une entreprise bien établie peut mener à remettre en cause le business model lui-même et, le cas échéant, le démolir. Simple ? Non, mais pas d’autre choix.

L’innovation interne dans les entreprises établies se résume généralement à un scénario descendant (top-down). La direction prend une décision et en informe le middle management qui, à son tour, transmet les instructions aux exécutants. Le flux s’inverse pour faire remonter les informations à la direction. S’ensuivent quelques allers et retours. Rien d’étonnant à ce que l’innovation prenne autant de temps. De plus, l’initiative émane du management. Ce qui ne garantit pas forcément que le marché en soit demandeur.

Les start-ups s’y prennent autrement. Elles envisagent la question en se mettant à la place du client, elles réfléchissent aux problèmes que celui-ci rencontre et se demandent comment leur entreprise peut y répondre. Cette hypothèse est testée sur le marché sous forme de « minimum viable product » (MVP). Ce type de MVP n’est pas parfait, mais peu importe : l’objectif est de sonder s’il y a un besoin pour ce produit. Pour autant que les paramètres adéquats soient évalués, le produit peut rapidement être adapté et testé à nouveau. Et une nouvelle fois adapté. On appelle ce cycle de développement « Build - Measure - Learn ». Au cours de cette phase initiale, il s’agit surtout de vérifier si le produit a un quelconque avenir. Dans le jargon, on dit « Pivot or Persevere » : prendre une autre direction ou persévérer sur la voie empruntée.

Discover More

Contact
Close

Contact

Plainte

Pourriez-vous répondre aux questions ci-dessous ? Nous pourrons vous répondre ainsi plus rapidement. Merci d'avance.

Votre entreprise / organisation est-elle cliente de BNP Paribas Fortis ?

Mon organisation est servie par un chargé de relation :

Votre message

Tapez le code indiqué dans l'image :

captcha
La Banque traite vos données à caractère personnel conformément à la Déclaration Vie Privée de BNP Paribas Fortis SA.

Merci

Votre message a bien été envoyé.

Nous vous répondrons dans les plus brefs délais.

Retour à la page en cours›
Top