Article

15.06.2017

Banques et villes intelligentes : destins croisés

Sur fond de volumes de données et de défis environnementaux croissants, c’est sur le trio ‘pouvoirs publics, entreprises, citoyens’ que repose la smart city de demain. La banque est un dénominateur commun.

Avec la généralisation des technologies de l’information et les basculements géopolitiques à l’œuvre entre Occident et Orient, l’urbanisation est l’un des moteurs les plus déterminants de la transformation du monde moderne, pas toujours perçue à sa juste mesure. Les estimations des Nations Unies permettent de mieux l’appréhender : si 55 % de la population mondiale vit aujourd’hui dans les villes, elles accueilleront 70 % des 9 milliards d'êtres humains d’ici 2050. Dans les pays occidentaux, le taux d’urbains atteint les 85 % et la tendance s’accélère.

Entre soutenabilité, défis générationnels et inégalités

 Les enjeux technico-économiques des villes sont immenses, avec des questions liées au financement des investissements, à la construction des marchés, aux restructurations industrielles, aux emplois de demain, à l’innovation et au positionnement international des métropoles. On constate par exemple la structuration d’un maillage d’écosystèmes urbains d’entrepreneuriat très actifs et interconnectés, à l’image de San Francisco, Séoul, Paris, Shenzhen et Tel Aviv. Se fera-t-il au détriment de villes plus jeunes, ou moins actives sur ces volets ? L’enjeu sociétal est lui aussi essentiel, avec la probabilité de voir émerger des modes de vie urbaine, des niveaux d’inégalités, et finalement des types de société très différents de ceux que l’on connaît aujourd’hui. Il suffit de comparer le cadre de vie d’un jeune ingénieur de la Silicon Valley à celui d’un retraité à Vienne pour comprendre que les transformations digitales rapprochent dans les usages mais peuvent éloigner dans les codes, notamment culturels et générationnels.  Enfin, l’enjeu environnemental et climatique est incontournable ; il nécessite une refonte de nos modèles partiellement hérités de la révolution industrielle. Or, sur chacun de ces grands enjeux, le rôle des banques sera capital.

Un secteur bancaire partenaire historique des villes…

Le capital et les mouvements de liquidité entre acteurs socio-économiques sous-tendent les dynamiques initiées par les populations, financent les infrastructures, les programmes de développement et donc la mise en place des écosystèmes urbains. Le monde financier et son parangon bancaire sont présents dans toutes les strates sociétales, et à toutes les échelles : territoires, villes, régions, états, espaces transnationaux. Le secteur bancaire fait partie des interlocuteurs privilégiés des composantes vitales de la ville, de l’individu à la collectivité en passant par l’entreprise. Les banques financent, prêtent, soutiennent, évaluent, sont les témoins directs du monde en marche. Elles sont au cœur de l’espace urbain géographique, vecteurs physiques de lien au même titre qu’une poste, une maison communale, un café.

...et au cœur des transformations digitales

En parallèle, la présence digitale des banques s’accélère, répondant à un besoin d’efficacité et d’agrément dans les pays occidentaux, comme d’inclusion et d’accès aux financements dans les pays du sud. Elles voient apparaître en permanence de nouvelles méthodes de financement et de gestion des risques – modes de financement participatifs, développement de la finance verte – et travaillent à les intégrer dans le tissu économique existant. Elles accompagnent leurs partenaires et clients dans ces mêmes réflexions, à l’interface entre nouveaux besoins et déclinaisons technologiques.

Le rôle de la banque dans la ville est-il unique ?

Il est frappant de constater que la banque dans la ville est souvent réduite à sa fonction de financeur, de facilitateur, éventuellement de gestionnaire de risque – quelquefois contrariant ou contrarié – des projets collectifs et individuels. Infrastructure, énergie, éducation, santé ; par définition et vocation, les acteurs financiers sont présents dans les réalisations concrètes de l’ensemble de ces secteurs. Par culture, ils sont des partenaires stratégiques des états, des entreprises, des entrepreneurs et des citoyens. Restent-ils pour autant cantonnés au cadre normatif de pourvoyeur de fonds ? La palette de services est plus large, du retour d’expérience à l’accompagnement de dynamiques métiers. A l’heure où nous reconsidérons l’espace urbain, on peut légitimement se poser la question des atouts des banques en matière de planification, d’intelligence économique, de maîtrise de la donnée, de vecteur de lien social dans les territoires recomposés. La réflexion autour de la valorisation de son positionnement dans l’espace urbain est de celle qu’il faut poursuivre, en conjuguant transparence, pragmatisme et rationalité.

Banque et données au service de l’urbanité…

Grâce à l’agrégation de millions d’écritures bancaires, un établissement financier peut voir apparaître une partie de la vie économique d’une ville. Notamment, il est capable de proposer des indicateurs caractérisant les offres commerciales d’acteurs marchands (des informations particulièrement utiles pour les consommateurs), mais aussi le trafic urbain, les possibilités d'emploi ou le marché du logement. En tant qu’intermédiaire financier, la banque a la capacité de devenir l’observatoire privilégié de l’ensemble des transactions, d’apprécier les relations et les rapports de force entre les acteurs locaux, de fournir des cartes documentées ou des services aux habitants, aux élus et aux entreprises implantées sur son territoire. C’est d’ailleurs l’une des priorités des grands du numérique, notamment les géants américains de la Silicon Valley : les banques ont donc historiquement un positionnement stratégique envié !

… mais surtout au service du citoyen

A l'heure où le numérique transforme nos modes de vie, doit-on parler de la ville du futur comme un espace numérique, intelligent voire… sensé ? Au-delà des affrontements terminologiques, il s’agit bien de mettre la technique et la technologie au service de l'homme, à la convergence des mondes du numérique et de l'information. La banque, dans ce paradigme, est capable d’alimenter le citoyen en informations qualifiées, tant individuelles que collectives. Au-delà de l’optimisation utile (des trajets, des consommations, etc.) offerte par les données et les algorithmes qui les traitent, les urbains souhaitent de plus en plus vivre un second temps, imprévu, incertain et aléatoire. L’agrément et l’expérience deviennent clés. Là encore, la banque a un rôle à jouer.

Les banques ont déjà la culture de la confidentialité, de la conformité et l’expérience de manier les données dans des environnements extrêmement régulés. Il sera au bénéfice de tous, dans un souci de responsabilité et de mutualisation des forces en présence, que les acteurs bancaires apprécient d’un œil neuf leur implication déjà majeure dans les mutations urbaines qui s’accélèrent.

Source : L’Atelier BNP Paribas
Article

25.02.2021

Comment l’économie bleue peut-elle faire la différence ?

Et si l’avenir de l’entrepreneuriat durable se trouvait au fond des océans ? La biodiversité marine abrite des richesses qui peuvent apporter une réponse aux défis environnementaux auxquels de nombreux secteurs sont confrontés. Peut-être aussi aux vôtres ? Pour le savoir, rejoignez-nous le 11 mars 2021 lors d’un événement en ligne consacré aux promesses de l’économie bleue.

Le bleu est le nouveau vert

Notre planète est constituée à 71% d’eau. Les mers et les océans sont essentiels à l’équilibre climatique : les régions côtières peuvent absorber jusqu’à cinq fois plus de CO2 que les forêts tropicales. L’économie bleue souhaite tirer parti de ces avantages, à la fois pour le bien de l’environnement et pour notre bien-être.

Le sésame de l’économie bleue ? La localité. Et c’est là que réside la différence avec l’économie verte, qui mise certes sur l’environnement et la santé, mais pas toujours de manière durable ou intelligente. Par exemple, du quinoa équatorien issu de l’agriculture biologique est sain et écologique du point de vue de la consommation, mais son transport coûte cher et est très polluant.

La durabilité en passant par la mer

Que peut nous offrir le monde sous-marin qui puisse être réutilisé, recyclé ou converti en nouveaux produits durables ? Beaucoup de choses, semble-t-il : des organismes tels que les algues, les étoiles de mer, les méduses et les concombres de mer présentent des propriétés uniques et peuvent être transformés en produits durables avec une plus-value importante. C’est un processus qui exige de la créativité et de l’innovation, mais nous n’en manquons pas aujourd’hui.

Dans votre secteur aussi

L’économie bleue est en pleine expansion et pourrait révolutionner des secteurs très divers, comme les soins de santé, l’alimentation, l’industrie plastique, les cosmétiques, l’énergie et même l’industrie aérospatiale. Elle a le potentiel d’aider les entreprises à poursuivre leurs activités traditionnelles en adoptant un modèle durable. Et avec ses ports, la Belgique peut déjà se prévaloir d’un atout de taille et d’un bel accès aux régions côtières et d’outre-mer.

Vous reprendrez bien un peu de microalgues ?

Les microalgues, par exemple, sont particulièrement prometteuses. Elles peuvent se renouveler et se développer dans le désert comme dans l’océan. Elles sont aussi et surtout riches en ingrédients sains, comme les protéines, permettant même de développer des produits alimentaires.

Du plastique durable

Lorsqu’on parle des océans, la problématique du plastique n’est jamais bien loin. Sa production continue de croître, à mesure que la population mondiale s’agrandit. Le problème du plastique dans sa composition actuelle est qu’il n’est presque pas recyclable, ses différents composants étant difficiles à séparer. Avec un tout autre type de plastique à base de biomasse, cet aspect est pris en compte dès la phase de conception. Les océans contiennent une grande quantité de biomasse qui reste encore inexploitée. Par exemple, l’utilisation de polymères naturels intelligents, capables de se renouveler et de s’adapter à leur environnement, peut révolutionner la production de plastique.

Qui va payer ?

De bien belles idées, pensez-vous, mais qui les financera ? Le secteur financier souhaite d’ores et déjà jouer un rôle dans cette révolution et est prêt à prendre des risques et à investir dans de nouvelles technologies, des systèmes de production et la recherche et le développement.

Pendant la semaine du climat à New York fin septembre 2020, cet engagement a été officialisé de plusieurs manières. BNP Paribas a signé les Principles for Responsible Banking (PRB) et a adhéré au Collective Commitment to Climate Action de l’UNEP FI, un partenariat entre le Programme des Nations Unies pour l’environnement et le secteur financier. En ce qui concerne le secteur maritime en particulier, la banque s’est engagée à œuvrer avec ses clients à la conservation et à l’exploitation durable des océans. Lisez plus de détails sur cet engagement ici (en français uniquement).

Vous souhaitez savoir si l’économie bleue pourrait faire la différence dans votre secteur ?
Inscrivez-vous ici pour participer à un événement en ligne gratuit (en anglais) consacré à ce thème, organisé le 11 mars 2021 par la Chaire Transport, Logistique et Ports de BNP Paribas Fortis.

Nous avons invité plusieurs experts chevronnés qui partageront leurs connaissances avec vous. Nos experts du Sustainable Business Competence Centre y prendront également la parole. Ils sont prêts à vous conseiller en matière d’innovation et à vous accompagner dans votre transition durable. N’hésitez pas à prendre contact.
Article

10.02.2021

Quel avenir pour la mobilité après le coronavirus ?

La crise sanitaire et économique a touché tous les secteurs et tous les aspects. Parmi eux, la mobilité, que ce soit celle des particuliers ou celles des entreprises.

La mobilité évolue tous les jours. Elle a encore connu un coup d’accélérateur avec la crise du coronavirus. De nombreuses personnes ont été confinées et le télétravail a été généralisé dans de nombreuses parties du monde.

La crise du coronavirus a changé les préoccupations de transport

On ne se déplace plus désormais de la même façon. Et les préoccupations ne sont plus les mêmes non plus. Selon un rapport du BCG Consulting, ce sont la distanciation physique et la propreté du véhicule qui sont les plus importants pour respectivement 41 et 39% des répondants quand ils doivent choisir un mode de transport. Il y aura aussi la mobilité pré- et post-Covid, les répondants étant par exemple plus enclins à choisir la marche, leur propre vélo ou scooter, ou leur voiture qu’avant la crise.

Une mobilité durable et alternative dans les prochaines années

La mobilité n’a pas forcément attendu la crise du coronavirus pour évoluer. La part des véhicules plus respectueux de l’environnement continuera d’augmenter, toujours selon le même rapport. D’ici à 2035, la part des voitures électriques représentera plus de 35% des parts de nouveaux véhicules, devenant la motorisation dominante dans le monde. La part des voitures autonomes prendra également plus d’ampleur avec 10% de véhicules de niveau 4 (pouvant par exemple se déplacer sans conducteur), et 65% de niveau 2 ou supérieur.

Une mobilité sur mesure pour les travailleurs, dès maintenant

L’avenir de la mobilité, il se joue aussi dès aujourd’hui, notamment pour les entreprises et les indépendants. Le besoin de modes de déplacements alternatifs ne concerne pas seulement les particuliers mais aussi les travailleurs. Il n’y a plus un seul moyen de transport pour toutes les situations mais un éventail de moyens selon le besoin à l’instant T. Voitures électriques, véhicules hybrides, vélos électriques, abonnement transports en commun, partage de voitures, leasing…  ces moyens peuvent prendre différentes formes et être combinées dans une carte de mobilité par exemple. Des avantages pour les collaborateurs et dirigeants d’une entreprise mais aussi pour la société elle-même grâce à une réduction des coûts, une optimisation et une gestion de la flotte de véhicules.

Envie d’en savoir plus sur la mobilité durable et alternative pour vous et vos collaborateurs ?
Découvrez nos solutions de mobilité sur mesure
Article

28.01.2021

Focus sur une mobilité alternative

Aujourd’hui, la durabilité est au cœur de la gestion de parc automobile responsable. Nous vous aidons à définir et à réaliser vos ambitions en matière de responsabilité sociale des entreprises.

Ensemble, nous réduisons l’empreinte écologique de votre entreprise, nous améliorons la mobilité de vos employés et nous faisons de ces réussites une valeur ajoutée de votre entreprise. Nous optons pour une politique de mobilité alternative.

Transition énergétique

Nous vous aidons à adopter et à suivre les nouvelles technologies qui réduiront votre empreinte écologique. Grâce à notre approche « SMART » vous obtiendrez la meilleure combinaison de types d’énergie pour votre parc automobile en fonction de votre stratégie et du profil de vos conducteurs.

Les technologies évoluent rapidement et exigent souvent de nouvelles infrastructures. Outre notre offre de voitures électriques et plug-in hybride, des solutions de recharge sont aussi proposées Cette solution est assortie de services intégrés, comme définir le nombre de stations de charge à installer ou l’utilisation au travail et au domicile du conducteur.

Mobilité douce

La gestion de la mobilité ne se limite plus aux voitures ou aux véhicules utilitaires. Aujourd’hui, la meilleure approche est une approche à 360°. Nous définissons avec vous votre stratégie et vos besoins de mobilité. Pour compléter notre offre de véhicules plus verts, vous disposez aussi de nombreuses solutions de mobilité alternatives comme des solutions de gestion de la mobilité, la carte de mobilité, le leasing de vélos etc. Laissez-vous donc inspirer pour offrir plus de flexibilité à votre entreprise.

Focus sur les employés

En mettant les employés au centre de vos préoccupations, vous vous donnez les moyens d’ajouter plus de valeur au niveau du recrutement, de la satisfaction et de la rétention des collaborateurs à haut potentiel. Vous ne vous contentez pas seulement de leur proposer une solution de mobilité alternative : vous assurez leur sécurité et faites d’eux les acteurs directs de vos objectifs durables. Comment améliorer leur sécurité et intégrer les nouvelles technologies ? Voilà une question à laquelle nous pouvons répondre.

Le leasing opérationnel est proposé par Arval Belgium SA, par l’intermédiaire de BNP Paribas Fortis SA, Montagne du Parc 3, B-1000 Bruxelles, RPR Bruxelles TVA BE0403.199.702.
Offres valables uniquement du 21 janvier au 31 mars et réservée aux clients professionnels (indépendants, professions libérales et PME) de BNP Paribas Fortis et Fintro.
Les informations fournies ne sont pas considérées comme une offre. Une offre ne sera faite qu’après acceptation de votre dossier et sera toujours soumise aux conditions générales d’Arval Belgium SA.
Article

27.01.2021

La mobilité au-delà de la voiture

BNP Paribas Fortis propose des solutions de mobilité complètes. La gestion de votre parc automobile ne se limite pas seulement aux véhicules motorisés à 4 roues.

En tant que partenaire fiable, nous pouvons vous aider à chaque étape de votre politique de mobilité.

Analyse et conseil en mobilité

Nous mettons à votre disposition des mobility managers. En collaboration avec votre chargé de relation, ils vous aideront à mettre en place votre stratégie de mobilité future.

Avant toute chose, nous nous mettons à votre écoute : nous voulons comprendre vos besoins et vos préoccupations en matière de mobilité. À partir de là, et en nous appuyant sur notre expertise, nous trouverons la solution de mobilité la plus adaptée pour vous et votre entreprise.

Des nouvelles solutions de mobilité

Le leasing opérationnel complet est le cœur de notre offre, mais nous proposons aussi un large éventail de solutions de mobilité à valeur ajoutée : voitures partagées, gestion des voitures de « pool », leasing de vélos et cartes de mobilité. Les cartes de mobilité vous donnent notamment accès à tous les moyens de mobilité et services associés, par exemple le parking, la recharge électrique, le carburant, les péages, le car wash, etc.

Gestion du budget mobilité

Vous vous demandez peut-être comment mettre en œuvre le budget mobilité fédéral au sein de votre entreprise. Nous pouvons vous y aider et vous donner conseil.

Si le budget mobilité fédéral est trop restrictif et limitatif pour vos besoins et vos objectifs, nous pouvons développer une solution de budget mobilité personnalisée, conforme au cadre légal, pour gérer votre coût total de mobilité (CTM). Nous l’avons fait pour d’autres clients déjà. Alors pourquoi pas pour vous ?

Nous jouissons déjà d’une grande expérience pour trouver et mettre en œuvre des solutions sur mesure et neutres sur le plan des coûts, basées sur la participation et l’engagement pour aider une entreprise à atteindre ses objectifs.

Ces objectifs peuvent être de nature variées. Que ce soit la création d’un programme ambitieux en matière de CO2, ou d'une offre compétitive dans une guerre des talents ou encore la résolution du manque de places de stationnement, etc., nos solutions permettent à nos clients de combiner le leasing automobile avec le leasing vélo ou d'autres alternatives de mobilité.

Le leasing opérationnel est proposé par Arval Belgium SA, par l’intermédiaire de BNP Paribas Fortis SA, Montagne du Parc 3, B-1000 Bruxelles, RPR Bruxelles TVA BE0403.199.702.
Offres valables uniquement du 21 janvier au 31 mars et réservée aux clients professionnels (indépendants, professions libérales et PME) de BNP Paribas Fortis et Fintro.
Les informations fournies ne sont pas considérées comme une offre. Une offre ne sera faite qu’après acceptation de votre dossier et sera toujours soumise aux conditions générales d’Arval Belgium SA.

Discover More

Contact
Close

Contact

Plainte

Pourriez-vous répondre aux questions ci-dessous ? Nous pourrons vous répondre ainsi plus rapidement. Merci d'avance.

Vous êtes indépendant, exercez une profession libérale, démarrez ou dirigez une petite entreprise locale. Rendez-vous sur notre site dédié aux professionnels.

Vous êtes un particulier ? Rendez-vous sur notre site dédié aux particuliers .

Votre entreprise / organisation est-elle cliente de BNP Paribas Fortis ?

Mon organisation est servie par un chargé de relation :

Votre message

Tapez le code indiqué dans l'image :

captcha
Check
La Banque traite vos données à caractère personnel conformément à la Déclaration Vie Privée de BNP Paribas Fortis SA.

Merci

Votre message a bien été envoyé.

Nous vous répondrons dans les plus brefs délais.

Retour à la page en cours›
Top