Article

18.11.2020

Économie à faible intensité carbonique : notre collaboration au CO2 Value Day européen

Le 4e CO2 Value Day s'est tenu en ligne le 10 novembre. Durant l'événement, que nous avons aidé à organiser comme partenaire, les progrès réalisés dans le développement de l'industrie CCU ont été évalués.

Chez BNP Paribas Fortis, nous sommes heureux d'avoir contribué à la réalisation logistique de cet événement, car le thème CCU (Carbon Capture & Utilisation) nous tient à cœur comme en témoignent nos propres efforts en faveur d'une économie à faible intensité carbonique.

À propos du CCU et de CO2 Value Europe

« Carbon Capture & Utilisation » englobe tous les processus industriels visant à capter le CO2 – des sources industrielles ou directement dans l'air – et à le transformer en produits utilisables. Aujourd'hui, le carbone n'est donc plus seulement un déchet, mais il peut être réutilisé comme matière première pour de nombreuses applications, comme les matériaux de construction, la production de combustibles et dans l'industrie chimique.

Fondée en 2017, CO2 Value Europe vise à promouvoir le développement et la commercialisation de ces solutions industrielles durables, contribuant ainsi à réduire les émissions mondiales de CO2 et à diversifier la base de matières premières, loin du pétrole et du gaz fossiles. L'organisation réunit plus de 50 entreprises issues de différents secteurs dans toute l'Europe, dont 12 multinationales. En tant que seul partenaire financier, nous soutenons CO2 Value Europe en permettant à l'organisation d'accéder à notre expertise et à notre réseau.

L'événement

Le CO2 Value Day est à chaque fois une occasion unique pour tous les membres de CO2 Value Europe d'évaluer les progrès communs dans le développement de l'industrie CCU. Cette année encore, l'événement a été un mélange de présentations plénières, de discours et d'ateliers interactifs.

Après un accueil et une introduction de Stefanie Kesting, présidente de CO2 Value Europe, Sébastien Soleille a pris la parole. En tant que Global Head of Energy Transition & Environment au sein de notre banque, il a évoqué le rôle des banques dans le soutien du développement durable. Une responsabilité que nous ne prenons pas à la légère chez BNP Paribas Fortis : avec notre Sustainable Business Competence Centre, nous aidons les entreprises depuis des années dans leur transition durable. Nous nous concentrons sur 4 piliers : la décarbonisation, l'économie circulaire, le capital humain et les villes intelligentes.

Vincent Basuyau, Policy Officer chez DG GROW, a ensuite parlé du CCU dans le contexte actuel de la politique de l'UE. Il a principalement traité de l'Innovation Fund, créé par l'Europe pour investir dans des projets innovants qui décarbonisent les activités industrielles en Europe.

Les projets de 2021 ont également été dévoilés. Au cours de l'année à venir, CO2 Value Europe se concentrera surtout sur le développement et les applications commerciales des technologies CCU. L'objectif est de coordonner les nombreux acteurs différents impliqués dans l'utilisation du CO2 en Europe, d'intégrer leurs efforts dans la chaîne de valeur et de devenir l'ambassadeur de la communauté des utilisateurs de CO2 à l'égard des décideurs politiques et des investisseurs. Car un cadre juridique et commercial favorable est une exigence pour pouvoir lancer des solutions CCU sur le marché.

Pour stimuler le développement des technologies, CO2 Value Europe compte :

  • offrir des solutions pour réduire les émissions nettes de CO2 des secteurs difficiles à décarboniser, tels que les industries de transformation à forte intensité énergétique (p. ex. ciment et chaux, produits chimiques, acier et autres métaux) ou le secteur des transports ;
  • créer des émissions négatives lors de la séparation du CO2 dans les matériaux de construction résultant de la carbonatation des déchets minéraux ;
  • offrir une matière première alternative à la production de composants chimiques, en remplacement du pétrole et du gaz fossiles ;
  • faciliter le stockage et le transport des énergies renouvelables afin d'accélérer la transition des systèmes énergétiques dans l'UE ;

Deux sessions break-out ont également eu lieu : la première a été consacrée à l’élaboration d'une stratégie de création d’un cadre réglementaire soutenant les technologies CCU.

La seconde session portait sur les projets et le financement. Aymeric Olibet, Sustainable Business Advisor chez BNP Paribas Fortis, y a notamment parlé des solutions que nous proposons aux entreprises avec notre Sustainable Business Competence Centre. Il a également évoqué le financement de projets durables via des green bonds et des green loans, ainsi que le blended finance, un mélange de financement public et privé.

Enfin, les participants ont pu entrer en contact avec d'autres participants pendant les speed meetings en ligne.

Article

20.08.2020

Les arbres, champions de la captation du carbone

Reboiser la planète pour contrer les effets du réchauffement climatique. C'est l'ambition concrétisée avec succès par WeForest et ses partenaires. Entretien avec Marie-Noëlle Keijzer, CEO et cofondatrice.

Cela fait dix ans que WeForest est sur le terrain pour lutter contre la déforestation. Comment voyez-vous l'évolution du rapport des entreprises aux enjeux écologiques?

Marie-Noëlle Keijzer: "À nos débuts, je devais aller frapper aux portes des CEO pour tenter de convaincre et de vendre notre modèle: des projets qui facilitent l'accès des entreprises à la reforestation au profit du climat. L'engouement est fort heureusement tout autre aujourd'hui: nous avons énormément de demandes de la part des entreprises et même venant d'associations similaires à la nôtre. C'est bon signe! Cela signifie qu'un nombre croissant d'acteurs commence à prendre conscience de l'urgence climatique. Mais rien n'est gagné… Il faut redoubler d'efforts."

 

Un véritable changement de paradigme?

MNK: "De gré ou de force, il existe un mouvement global dans ce sens. De nombreuses entreprises sont par exemple "obligées" de s'engager sous la "pression" des parties prenantes (investisseurs, clients, etc.). Certains groupes exigent la neutralité carbone chez leurs fournisseurs ou un engagement durable réel de la part de leurs différents partenaires. Sans oublier, l'obligation croissante de réaliser un reporting non financier… Par ailleurs, on constate que des entreprises, plus avancées dans leur implication environnementale, souhaitent aussi réparer les dégâts du passé. C'est encourageant…"

 

Quelle est la proposition de WeForest aux entreprises?

MNK: "La compensation carbone est un concept mainstream. Mais nous offrons plus que cela… Le CO2, c'est froid. Acheter des crédits "carbone", c'est abstrait et réducteur. Au contraire, contribuer à la restauration de la nature dans une zone géographique, c'est un projet ancré dans le réel. Un engagement fort. L'entreprise peut raconter une histoire à ses partenaires… Communiquer autour de son investissement pour la planète, en proposant par exemple de "planter un arbre à chaque vente de tel produit". Il y a de la vie derrière cette démarche."

 

Votre approche va donc plus loin que le "simple" reboisement…

MNK: "Tout à fait. Nos projets ne se réduisent pas à la plantation d'arbres… D'ailleurs, il vaut mieux protéger une vieille forêt que d'en planter une nouvelle. C'est pourquoi nous insistons sur la préservation et la restauration des forêts. Notre démarche s'inscrit dans la durée et la continuité… Il faut faire pousser les arbres, mais aussi les soigner et les protéger. Sans cela, ils seront par exemple coupés pour les besoins des populations locales. Nous travaillons donc avec elles pour les sensibiliser (les fermiers, par exemple) et leur proposer des alternatives. C'est toute la complexité de notre travail: nos projets se veulent durables dans toutes les dimensions (environnementale, socioéconomique, etc.)."

 

Comment cela se déroule-t-il sur le terrain?

MNK: "Nous n'avons pas toute la vie devant nous. Notre objectif est d'avoir un impact rapide, durable et efficace. C'est pourquoi nous collaborons avec des partenaires sur place. Des ONG qui possèdent déjà une pépinière ou encore des initiatives qui travaillent avec les populations locales. Nous les aidons à grandir, à se développer et à s'améliorer plus vite. Notre rôle est vraiment celui de coordinateur de projets: nous faisons du coaching, des formations, de la sensibilisation, etc. Le tout est de mettre les expertises en commun pour avancer ensemble!"

 

Et concrètement, pour les entreprises partenaires?

MNK: "Prenons une multinationale qui produit X milliers de tonnes de CO2 par an. Son objectif pourrait être de compenser ce volume d'émissions afin d'être neutre en carbone à l'horizon 2030. En fonction d'une série de paramètres et de calculs, nous lui proposons alors un projet sur-mesure susceptible de générer à terme des crédits "carbone". L'ensemble est certifié pour donner toutes les garanties à l'entreprise. D'autant plus qu'elle préfinance le projet de reforestation… Elle s'engage donc véritablement sur la durée. Une implication sur 20 ou 30 ans: c'est le temps nécessaire pour voir émerger une belle forêt diversifiée. Bien entendu, les projets sont variés et certaines entreprises préfèrent acheter immédiatement des crédits pour être tout de suite neutres… Mais nous privilégions les collaborations à long terme!" 

 

Quels types d'entreprises s'engagent à vos côtés?

MNK: "Des acteurs de toutes les tailles et issus de tous les secteurs: des GAFA aux pétroliers, en passant par les banques et de jeunes start-up très engagés. Mais nous veillons à la cohérence globale de leurs intentions pour éviter les démarches opportunistes. Il ne suffit pas de payer pour planter des arbres: l'engagement doit s'inscrire dans une stratégie plus large et la prise d'autres mesures durables. Nous commençons toujours par rappeler que le carbone est… néfaste! Il faut donc avant tout mesurer son empreinte et éviter les émissions de gaz à effets de serre. Ensuite, réduire autant que possible les rejets qui sont incompressibles… et seulement après, compenser le CO2 émis."

 

Parlez-nous de l'impact concret de vos différentes actions.

MNK: "En fin d'année dernière, nous avions planté près de 25 millions d'arbres sur un total de 23.000 hectares de forêt. Un arbre, c'est magique. C'est la meilleure technologie au monde de captation du carbone. Mais il ne s'agit pas simplement de planter des arbres: nous contribuons à restaurer la biodiversité et à transformer les paysages. C'est une ambition globale pour l'environnement et pour les populations locales. L'un ne va pas sans l'autre: retrouver l'intégrité écologique pour améliorer le bien-être humain et ainsi pouvoir garantir la protection des forêts à long terme. C'est pourquoi nous évaluons notre impact sur des régions entières. Ces bénéfices globaux atteignent plus de 180.000 hectares depuis 10 ans et nous visons 250.000 hectares d'ici 2021."

 

La pandémie actuelle frappe sévèrement la planète. Comment voyez-vous l'avenir dans ce contexte?

MNK: "D'abord, je pense que le coronavirus est une conséquence directe de la situation environnementale. La perte de biodiversité et la destruction des forêts sont à l'origine de nombreux dérèglements, notamment notre rapprochement d'espèces animales sauvages et porteuses de maladies contre lesquelles nous ne sommes pas immunisés. Une récession économique est annoncée… Il est probable qu'elle freine les initiatives environnementales. Mais nous n'avons d'autre choix que de continuer à nous engager pour répondre à l'urgence climatique. La conscience écologique est présente: nous devons la préserver pour relever ce défi et changer le monde."

 

Nos experts du Sustainable Business Competence Centre
vous accompagnent tout au long de votre transition durable.
N’hésitez pas à prendre contact avec eux !
Article

02.05.2019

Il n’est pas trop tard pour devenir neutre en CO2

Les spécialistes du climat sont d’accord : les émissions de CO2 doivent être réduites au plus vite. Le captage du CO2 figure parmi les solutions envisageables, mais… n’en est qu’à ses débuts. Nous avons un rôle à jouer !

Le CO2 n’est pas seulement un résidu rejeté dans l’atmosphère lors de la combustion de combustibles fossiles ; il peut aussi servir de matière première. C’est pourquoi le captage, le stockage et la réutilisation de CO2 offrent de nombreuses possibilités dans la lutte contre le réchauffement climatique.

« Plus que jamais, nous devons parler avec nos clients des risques climatiques, de la transition énergétique et du développement durable en général. À cet égard, le partage des connaissances et des meilleures pratiques ainsi que l’avis de divers experts jouent un rôle clé », explique Aymeric Olibet de notre Sustainable Business Competence Centre.

Encore 10 ans

Il est grand temps de réduire radicalement les émissions de CO2. Le message de Xavier Pouria, climatologue chez ECORES, est on ne peut plus clair: « Il nous reste encore 10 ans pour faire baisser de manière drastique les émissions de CO2 et limiter ainsi le réchauffement de la terre à 1,5 degré Celsius. Et ceci est nécessaire pour éviter que l’écosystème de notre planète ne change de manière incontrôlable, entraînant une croissance accélérée du nombre de mauvaises récoltes, un déclin aggravé des prises dans le secteur de la pêche et de plus fréquentes conditions météorologiques extrêmes, et les conséquences sociales et géopolitiques associées ».

D’après lui, la poursuite de l’objectif zéro émission de CO2 en 2050 constitue la seule solution durable à la problématique du climat. Il y a trois manières d’atteindre cet objectif : on peut réduire la consommation énergétique au niveau mondial, stimuler la transition vers une production énergétique neutre en carbone, et capter et stocker du CO2 dans des matériaux, dans la biomasse (énergie) ou dans la nature (arbres ou sous-sol).

L’industrie du CO2 est en train d’émerger

Selon Damien Dallemagne (CO2 Value), une industrie se développe petit à petit autour du stockage et de l’utilisation du CO2. Ainsi, le CO2 est déjà utilisé aujourd’hui comme matière première pour fabriquer du béton ou des briques. C’est le cas de l’entreprise Heidelberg Cement qui récupère le CO2 des fabriques de ciment pour le réutiliser dans la production de ciment.

TOTAL, quant à lui, a développé plusieurs projets de stockage du CO2 dans d’anciens sites d’extraction de gaz en Norvège et au Royaume-Uni, alors que ENGIE planche sur des projets de fuel synthétique en réutilisant le CO2 capturé. Dans le secteur chimique également le CO2 peut être recyclé pour la production de combustibles ou utilisé comme matière première de base.

Enfin, Climeworks a mis au point une technologie afin de capter directement le CO2 dans l’air et de le vendre à des clients industriels issus du secteur agroalimentaire ou de l’industrie automobile. Selon l’entreprise, le CO2 concentré à la sortie des usines, pourrait  à l’avenir se raréfier, et nous avons donc tout intérêt à le capter directement dans l’air.

Compensation carbone pour entreprises

Le saviez-vous ? Via la plateforme ClimateSeed (une initiative lancée en collaboration avec le groupe BNP Paribas), des entreprises et des autorités locales désireuses de compenser leurs émissions de CO2 peuvent s’allier avec des promoteurs de projets qui réalisent des projets durables dans l’intention d’éviter ou de capter les émissions de CO2.

Tous les experts sont d’accord sur un point : le captage, le stockage et l’utilisation du CO2 sont indispensables pour atteindre les objectifs, mais le traitement industriel du CO2 n’en est encore qu’à ses débuts.

Comment, en tant qu’entreprise, pouvons-nous contribuer à l’élimination du carbone et à la création d’un marché pour les produits liés au CO2 ? Discutons-en ! Découvrez les atouts de notre Sustainable Business Competence Centre.

Article

06.12.2017

L’usine islandaise qui absorbe plus de CO2 qu’elle n’en émet

La GreenTech serait-elle la clé pour réduire le réchauffement climatique ? En Islande, une usine montre l’exemple et devient négative en carbone.

Plusieurs pays, dont la France, se sont engagés à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre en ratifiant l’Accord de Paris sur le climat. Des villes comme Copenhague ou Barcelone vont encore plus loin et ambitionnent même d’être neutres en carbone d’ici quelques années. Un souhait que les GreenTech pourraient aider à exaucer comme le montre l’exemple islandais. Sur cette petite île, l’entreprise suisse Climeworks vient d’inaugurer dans une centrale géothermique le premier système qui absorbe plus de dioxyde de carbone (CO2) qu’il n’en émet. Les équipes mettent ainsi en oeuvre le projet CarbFix2. Le principe est simple à comprendre : la machine capture le CO2 de l’air et le transforme en pierre, s’assurant ainsi que le gaz ne s’échappe pas dans l’atmosphère avant plusieurs millions d’années. Bien que le processus soit encore coûteux, une telle avancée représente beaucoup d’espoir pour parvenir à maintenir la température mondiale en-dessous de 2 degrés Celsius et lutter contre le changement climatique. Cette usine islandaise devient en effet la toute première à être négative en carbone.

Source : l’Atelier
Article

11.12.2017

Une start-up GreenTech recycle la pollution en encre

Et si la pollution devenait une matière première ? La start-up Graviky, sélectionnée au Hello Tomorrow Global Summit, propose une solution écolo pour le moins originale.

Si certaines start-up s'emploient à protéger le citoyen de la pollution, d'autres cherchent à en exploiter le potentiel. C'est à cette fin que Graviky Labs, un spinoff du MIT Media Lab – sélectionnée parmi les six meilleures start-up dans la catégorie environnement au Hello Tomorrow Summit 2017 –, a mis au point Air-ink, la première encre produite à partir de la pollution.

Grâce à Kaalink, un procédé technologique installé dans le prolongement d'un pot d’échappement d'un véhicule motorisé, les particules fines sont capturées via la suie émise. Cette matière collectée passe par plusieurs processus afin d'extraire les métaux lourds et cancérigènes. Cela permet d'obtenir le produit final, un pigment purifié à base de carbone.

Ensuite, ce pigment va passer par d'autres procédés chimiques afin de produire différents types d'encres et de peintures. Mais alors pourquoi ne pas éradiquer tout simplement la pollution plutôt que d'en faire de l'encre ? Pour éliminer sa propension à flotter dans l'air nous explique Graviky. Pour le moment, le dépôt de brevet est en cours pour cette technologie et son usage s'oriente vers l'art. Le procédé aurait déjà capturé 1,6 milliard de microgrammes de particules, ce qui équivaut à nettoyer 1,6 milliard de litres d'air extérieur. Comme le disait Richard Buckminster Fuller, architecte, designer, inventeur et futuriste américain, « La pollution n'est rien qu'une ressource que nous n'exploitons pas. Nous lui permettons de se disperser parce que nous en ignorons la valeur. »

Source : L’Atelier

Discover More

Contact
Close

Contact

Plainte

Pourriez-vous répondre aux questions ci-dessous ? Nous pourrons vous répondre ainsi plus rapidement. Merci d'avance.

Votre entreprise / organisation est-elle cliente de BNP Paribas Fortis ?

Mon organisation est servie par un chargé de relation :

Votre message

Tapez le code indiqué dans l'image :

captcha
La Banque traite vos données à caractère personnel conformément à la Déclaration Vie Privée de BNP Paribas Fortis SA.

Merci

Votre message a bien été envoyé.

Nous vous répondrons dans les plus brefs délais.

Retour à la page en cours›
Top