Article

23.05.2019

Entreprises : comment réagir face aux risques géopolitiques ?

William De Vijlder, Group Chief Economist BNP Paribas, se penche sur la montée de l’incertitude géopolitique.

Le ralentissement de l'économie mondiale, de plus en plus visible au second semestre de l'année dernière, a de multiples causes. Toutefois, il existe un large consensus sur le fait que la montée des conflits commerciaux et des droits de douane à l'importation, ainsi que l'inquiétude face au rythme du resserrement monétaire américain ont joué un rôle important. En Europe, l'incertitude sur le Brexit a eu un effet négatif, tout comme des problèmes spécifiques à certains secteurs, tels que les nouvelles normes d'émission de l'industrie automobile. Il est clair que, l'incertitude, sous ses diverses formes, a posé problème que ce soit au niveau de l'économie (les conséquences internationales du ralentissement chinois), des politiques économiques (la position monétaire de la Réserve fédérale américaine), des décisions politiques (Brexit dur ou doux, le budget de l'Italie) et de la géopolitique (la hausse des tensions commerciales entre la Chine et les États-Unis dépassent le cadre du déficit commercial bilatéral).

Hausse des incertitudes géopolitiques

L'économie, les politiques économiques et l'incertitude politique évoluent fréquemment, selon le cycle économique et politique. Cependant, des études basées sur la couverture médiatique des tensions géopolitiques montrent que l'incertitude géopolitique est, en moyenne, plus élevée depuis le début du siècle que dans les années 90. Cette moyenne plus élevée est associée à une fréquence accrue des pics d'incertitude causés par des événements comme le 11 septembre, la guerre en Irak, le Printemps arabe, la Crise de Crimée, la guerre en Syrie, les attentats, etc. Ces événements prouvent que la géopolitique couvre maintenant un large éventail de questions, bien au-delà de l'ancien concept de la manière dont les nations projettent leur pouvoir à l'échelle internationale et réagissent à cet égard au comportement des autres nations.

La recherche empirique indique qu'une hausse du risque géopolitique a des conséquences sur la production industrielle, l'emploi, le commerce international et la confiance des consommateurs. De plus, si l'impact économique de certains événements est bref - l'incertitude chute en effet assez rapidement après un pic- les menaces géopolitiques (même sans survenance d'événement) peuvent causer une hausse prolongée de l'incertitude ; elles ont donc un impact à plus long terme. Ce problème de résolution de l'incertitude (« combien de temps faudra-il encore attendre avant de connaître l'issue ? ») était manifeste dans la réaction au report de la date du Brexit.

Une priorité absolue ?

Les articles de presse sur les risques géopolitiques sont nombreux. Toutefois, à en juger par le ‘Global Risks Report’ 2019 du ‘World Economic Forum’, les entreprises sont plus préoccupées ces dernières années par le changement climatique et les cyberattaques.

Evaluées sous l’angle de leur probabilité et de leur impact, ces questions se situent au-dessus de la moyenne, moyenne dans laquelle se trouvent les questions liées à la géopolitique. C’est néanmoins suffisant pour que les entreprises y prêtent une attention particulière, compte tenu du vent macroéconomique contraire dû à l'incertitude prolongée ou aux conséquences non linéaires possibles d'événements à risque. La liste des questions à aborder est longue, mais comme d’habitude lorsqu’il s'agit d'incertitude, elles portent essentiellement sur le suivi, l'exposition et la gestion de l'incertitude. Le suivi est la plus simple des trois tâches, car les études sur les sujets géopolitiques sont nombreuses. Des indicateurs d'incertitude de haute qualité, basés sur les médias, sont même disponibles gratuitement sur Internet.

« Les tensions entre les Etats-Unis et la Turquie l’été dernier se sont avérées de courte durée, mais elles rappellent aux entreprises la nécessité d'être préparées à réagir à une hausse, brève ou prolongée, du risque géopolitique. » William De Vijlder, Group Chief Economist, BNP Paribas

Exposition directe et indirecte

Evaluer l'exposition est plus complexe, en particulier lorsqu’il s’agit d'exposition indirecte. Il ne suffit pas d'évaluer si des menaces ou des événements géopolitiques peuvent affecter votre entreprise, il faut aussi, et c'est plus compliqué, déterminer dans quelle mesure.

En cas d'exposition directe, plusieurs questions doivent être abordées. Par exemple, l'incertitude géopolitique a-t-elle un impact sur votre lieu et votre processus de production ? (quelles marchandises, quels apports intermédiaires, quelle complexité de chaîne de valeur globale…) En a-t-elle sur les marchés où vous réalisez des ventes ?  Qu’en est-il d’un éventuel impact sur vos coûts de financement, sur votre accès au financement, sur l'utilisation de votre cash-flow ou sur le rapatriement de bénéfices étrangers ?

En cas d’exposition indirecte, les questions à se poser sont essentiellement les mêmes mais les canaux sont différents, plus complexes et donc plus difficiles à évaluer. La mondialisation a permis aux entreprises d'élargir leur base de clientèle et de réduire leur base de coûts, mais, en exagérant un peu, on peut dire que désormais tout peut les toucher n'importe où. Les négociations commerciales entre les États-Unis et la Chine peuvent avoir des conséquences sur des pays tiers en cas de réorientation des échanges (le syndrome du spectateur innocent). Il peut y avoir contagion politique, les troubles dans un pays pouvant s'étendre à d'autres pays qui souffrent de problèmes similaires. Les marchés financiers peuvent agir comme un accélérateur ou un canal de transmission. Le durcissement du ton l’été dernier entre les Etats-Unis et la Turquie a perturbé les investisseurs internationaux et a contribué à l'affaiblissement significatif de la livre turque. Elle a également soulevé des inquiétudes quant à la possible contagion financière à d'autres devises de marchés émergents. Finalement, les tensions se sont avérés de courte durée, mais elles rappellent aux entreprises la nécessité d'être préparées à réagir à une hausse, brève ou prolongée, du risque géopolitique.

Accepter ou éviter l’exposition

« Réagir » peut simplement signifier « accepter les faits », « élaborer une stratégie solide qui tient explicitement compte de l'incertitude » ou « éviter l'exposition ».

Accepter l'exposition pourrait être judicieux si, dans l’ensemble, l’impact financier des événements à risque semble plutôt limité. Le coût d'une incertitude prolongée peut être pris en compte en ciblant un rendement sur investissement suffisamment élevé avant d'engager des fonds.

Eviter l'exposition pourrait être justifié si le compromis entre le risque de rendement et le risque de perte extrême est peu attractif, si elle pourrait susciter une attention disproportionnée des actionnaires ou des créanciers, si des alternatives de croissance attractives pour l’entreprise existent, etc. « Éviter » pourrait aussi signifier « attendre avant de décider d'investir » mais la question du manque à gagner lié à l'attente se pose alors. Pour une entreprise qui envisageait de construire une usine au Royaume-Uni avant le référendum du Brexit, y a-t-il un manque à gagner à attendre de connaître le type de Brexit appliqué alors que d'autres sites sont disponibles dans d'autres pays ? Le temps, c'est de l'argent, et attendre finit par coûter cher.

Elaborer une stratégie solide est la plus intéressante des options mais elle pose beaucoup de défis. Elle part du constat que l’entreprise devrait développer des activités dans un pays (par ex. parce que le marché est énorme ou parce qu’il est crucial de maintenir sa compétitivité) mais que ceci pourrait augmenter son exposition au risque géopolitique. Lors de la conception d'une stratégie solide, différents scénarios sont analysés et l'approche choisie doit en fin de compte fonctionner dans une multitude d'environnements, sans être optimale dans l'un d'eux en particulier, tout simplement parce que lorsque nous devons décider dans un contexte d’incertitude, nous ne sommes (par essence) pas capables d'anticiper quel scénario se réalisera. Un contrôle continu du risque géopolitique permettra de planifier les actions correctives nécessaires au fil du temps.

Comment votre entreprise gère-t-elle les risques géopolitiques ? Les avez-vous suffisamment cartographiés ? Restez informé : suivez-le blog de William De Vijlder, Group Chief Economist, BNP Paribas ou abonnez-vous à nos publications économiques.
Article

24.01.2018

Exportation : la maîtrise des risques dans le creux de la main

L’application mobile Credendo offre une solution pour mieux maîtriser les risques liés à l’exportation et les informations relatives aux différents marchés mondiaux…

L’importance des exportations pour le dynamisme économique des entreprises, notamment les PME, n’est plus à démontrer. Toutefois, les incertitudes liées à l’internationalisation peuvent freiner un certain nombre d’entreprises à franchir le cap. Credendo peut les y aider.

Exporter : des opportunités à saisir

Dans un monde de plus en plus globalisé, et avec l’explosion des outils numériques, la plupart des entreprises songent, tôt (parfois très tôt) ou tard, à la conquête des marchés étrangers. Et pour cause, quelle que soit la taille de votre entreprise — même si les grandes sociétés sont plus actives en la matière —, l’exportation représente une occasion de dépasser les limites du marché belge et donc de dynamiser votre chiffre d’affaires, de réaliser des économies d’échelles, d’explorer de nouveaux débouchés pour vos produits ou encore de profiter d’avantages en termes d’emploi et d’innovation.

Lire le rapport du SPF Economie sur les performances des PME belges à l’export

Un optimisme en hausse

De moins en moins frileuses, les entreprises seront, d’ailleurs, encore plus attirées à l’avenir par l’internationalisation. C’est, en tous les cas, ce que rapporte le baromètre de l’exportation de Credendo et du Trends-Tendances, qui indique que quatre entreprises belges sur cinq tablent sur une croissance des exportations dans les prochaines années. Un optimisme qui n’est légèrement refroidi que par la crainte de la mise en place de barrières protectionnistes en divers endroits du globe… Une peur qui s’ajoute aux freins classiques à l’exportation, tels que les différences législatives, les risques plus élevés d’impayés, l’incertitude politico-économique des pays de destination et la charge des formalités administratives.

Credendo : un nouvel outil pour exportateurs

Le risque zéro n’existe pas, d’autant plus, lorsqu’on parle de business à l’étranger. C’est pourquoi le groupe d’assurance-crédit européen Credendo a développé une application promettant de « transformer les incertitudes en opportunités ». Comment ? Vous installez l’application sur votre smartphone et choisissez, par exemple, d’exporter (à long terme) depuis la Belgique vers le Portugal. Vous recevez alors une évaluation immédiate, actualisée et pratiquement en temps réel des risques pour n’importe quel pays ou continent. En un clin d’œil, vous avez accès à différents paramètres importants de risque, vous pouvez également configurer des alertes par pays ou secteurs, bénéficiez d’analyses de risques et d’études thématiques approfondies sur, par exemple, l’économie des pays émergents. L’atout principal de cette solution est de fournir de l’information (et le renvoi vers des solutions adaptées) présentée depuis le point de vue de l’exportateur. Dernier détail : l’application est gratuite !

Pour plus d’informations sur l’internationalisation des PME, le SPF Economie a réalisé une intéressante brochure sur le « Déploiement des PME à l’international : des constats clairs, des mesures opérationnelles pour les PME ».

Article

01.06.2018

Se lancer à l’international en toute « sécurité »

Toute entreprise qui se lance à l’international « achète » l’illusion de conquérir des marchés inédits, mais aussi la promesse de risques nouveaux. Si le jeu en vaut souvent la chandelle, un dirigeant averti prendra la mesure du danger pour mieux se préparer.

En amour, comme dans les affaires, la distance rend toujours les choses plus compliquées. Dans un monde de plus en plus global, l’expansion de votre activité hors des frontières demeure toutefois essentielle. D’autant plus en Belgique, Royaume d’exportation. Cet enjeu stratégique exige une approche adéquate pour que la conquête de nouveaux territoires se solde par un succès. Que l’internationalisation soit physique ou virtuelle, une série de risques d’un nouveau genre viennent s’ajouter à ceux que vous gérez déjà localement : menaces liées au transport, risques de change, méconnaissance de la réglementation régionale, décalage culturel ou éthique, problèmes liés aux impayés et au recouvrement à l’international, etc. Pour en limiter l’impact sur vos affaires, prenez vos précautions et balisez correctement le chemin qui vous sépare de vos clients étrangers.

Où mettez-vous les pieds ?

Si vous avez identifié un continent ou un pays en particulier, c’est parce que vous y voyez un intérêt commercial évident. Vous connaissez votre business et avez la conviction que cela peut marcher. Mais, avant de faire le pas, il convient de prendre le recul nécessaire pour analyser le risque « pays » : du contexte géopolitique — un embargo aurait un effet désastreux sur votre projet — à la situation socio-économique et politique locale. Il n’est pas rare, par exemple, que des élections contribuent à déstabiliser le climat d’une nation.

Vos connaissances locales sont-elles suffisantes ?

Au premier regard, cela peut sembler anodin, mais la culture et les traditions ont une influence majeure sur la façon de faire du commerce. Même dans un monde globalisé ! Au-delà des attentes du marché et des chances de votre produit, il est impératif de saisir les différences culturelles qui pourraient avoir un impact sur vos affaires. Une entreprise japonaise n’a pas la même approche qu’une congénère chilienne. N’hésitez pas à vous adjoindre d’un conseiller de confiance qui maîtrise la région.

Avez-vous aussi envisagé le pire ?

Un conseil qui prend tout son sens lorsque le pays choisi fait usage d’une monnaie différente de l’euro. Or, le cours des devises étrangères fluctue constamment. Résultat : vous pourriez être forcé de convertir des montants à des conditions moins favorables qu’initialement prévu. Dotez-vous d’une politique de change efficace (stabiliser vos marges de profit, contrôler votre trésorerie, atténuer un éventuel effet négatif, etc.) et optez pour des outils de couverture adaptés à votre situation.

Comment évaluez-vous vos clients étrangers ?

Après avoir analysé le contexte, descendez d’un niveau pour mesurer la fiabilité de votre client : sa situation financière, son historique (entre autres en matière de paiement), sa solvabilité, etc. Si ces recherches ne sont pas aisées, elles sont décisives pour prévenir des défauts de paiement très dommageables. Dans le doute, n’hésitez pas à vous assurer en conséquence. Une dépense qui peut éviter de vous embarquer dans l’aventure périlleuse (et coûteuse) du recouvrement à l’international. Si vous deviez en arriver à une situation critique, l’idéal est de vous appuyer sur un relais local. Enfin, sachez qu’en Europe, le recouvrement est facilité par la procédure d’injonction de payer.

Avez-vous suffisamment adapté vos « outils » ?

L’un des risques majeurs du commerce international est le transport (perte, vol, accident, saisie, contamination, etc.), auquel il faut ajouter les formalités douanières. Une fois expédiées, les marchandises ne sont plus entre vos mains, vous devez donc adéquatement responsabiliser les transporteurs. Entre autres, par des assurances et couvertures appropriées, mais aussi en prévoyant l’arsenal de procédures à enclencher en cas de litige. D’une façon générale, vous devez revoir et adapter vos contrats, avec les sociétés de transport, mais également avec vos clients étrangers. Assurez-vous de définir clairement les conditions applicables (délais de paiement, taux de change, indemnités, etc.) et de mentionner des clauses (réalistes) qui sauvegardent vos intérêts.

Article

18.04.2016

Se familiariser avec le phénomène de la fraude ? Aperçu des techniques les plus fréquentes

Aujourd’hui, la fraude est plus organisée, les fraudeurs plus professionnalisés qu’hier, les tentatives de fraudes plus subtiles et sophistiquées. Surtout lorsqu’il s’agit de transactions financières.

Voici un aperçu des principales techniques utilisées par ces "pros de la fraude":

Les faux transferts

De faux virements de type manuel (c.-à-d. des virements papier, des courriers ou des fax) sont envoyés à la banque de l'organisation cible. Dans bon nombre de cas, les signatures apposées sur les ordres de paiement sont de parfaites contrefaçons.

Les factures falsifiées

Dans ce cas, de véritables factures sont interceptées et falsifiées avant de parvenir au débiteur ou à la banque. L’intervention se produit au niveau des services postaux ou de l'organisation elle-même, victime dans ce cas de fraude interne.
Les fraudeurs modifient le numéro de compte du bénéficiaire. Pour les factures, ils utilisent souvent une étiquette (un post-it) invitant à désormais effectuer les virements sur un nouveau compte – d'où le nom de fraude à l'étiquette – mais désormais, de nouveaux appareils ou des logiciels permettent d’éditer des factures falsifiées presque « parfaites ».

Le social engineering et le phishing

Il s'agit ici de manipulation : le fraudeur tente de duper sa victime afin qu'elle effectue certaines opérations, généralement des transferts d'argent. Il récolte pour ce faire des noms, des numéros de téléphone directs, des soldes de comptes, des listes de commandes ou de clients, etc.
Ces éléments sont la plupart du temps glanés sur des sites publics et les réseaux sociaux, voire récupérés sur des documents non détruits dans les poubelles. Parfois, cela arrive, le fraudeur prend directement contact avec sa victime. Ces individus sont extrêmement persuasifs. Ils se font passer pour un membre de la direction ou pour le collaborateur d'une filiale à l'étranger. Les pertes liées à ce type de fraude sont souvent lourdes, avec parfois des dégâts collatéraux en matière de solvabilité et de capacité de remboursement des crédits.
Le phishing est une forme spécifique de social engineering qui consiste à aller à la « pêche » aux données personnelles, principalement par e-mail, afin de pouvoir ensuite dérober l'argent se trouvant sur un compte bancaire. Souvent, les fraudeurs jouent sur le sentiment de panique : votre code secret a soi-disant expiré ou votre compte sera clôturé si vous ne réagissez pas immédiatement. Pour faciliter la fraude, les criminels vont jusqu’à appeler leurs victimes par téléphone pour les « accompagner » (cette pratique est appelée « vishing »).
Alors que le phishing se caractérisait surtout par des mailings de masse (un groupe important reçoit le même e-mail personnalisé de manière assez maladroite), nous le constatons désormais, la tendance est au « spear phishing ». Les fraudeurs ciblent un nombre très limité de victimes sur lesquelles ils effectuent une collecte intensive d'informations personnelles afin de crédibiliser leur message au maximum. Il va de soi qu’ils choisissent des victimes « lucratives » : l’espoir de butin est bien plus conséquent auprès de particuliers nantis ou d'entreprises.

Le hacking

Si le social engineering vise essentiellement les failles humaines, le hacking se concentre davantage sur les failles techniques ou matérielles. Tout commence par un virus que des pirates introduisent dans votre ordinateur. Ce programme va collecter vos données et surveiller ce que vous faites. Le jour où vous ouvrirez une session d'e-banking, le pirate sera directement averti et glissera un pop-up dans votre session afin de vous inciter, par exemple, à valider un ordre de paiement ou à communiquer votre code secret.
Actuellement, nous avons affaire à un véritable réseau de fraude multicanal : le fraudeur vous appelle par téléphone pour vous demander de lui confier des données pendant que vous effectuez vos opérations bancaires sur Internet.

L'infiltration

Des cas de fraude récents ont révélé l'existence d'une nouvelle méthode particulièrement préoccupante. Un complice des fraudeurs se fait engager par l'organisation visée et se familiarise avec les procédures de paiement et de contrôle. Après quelques mois, ce fraudeur sous couverture effectue un ou plusieurs paiement(s) important(s) sur le compte de ses complices avant de disparaître dans la nature.

Article

18.04.2016

Cyber criminalité. La moitié des entreprises belges mal protégées

Selon la ‘Global Information Security Survey’, une entreprise belge sur deux estimerait ne pas être capable de détecter des cyberattaques sophistiquées.

La ‘Global Information Security Survey’ évalue tous les ans la cybersécurité de quelque 1 755 organisations de 67 pays. 56 entreprises de notre pays sont sondées et les résultats sont pour le moins alarmants : la moitié des organisations interrogées pensent ne pas être capables, à l'heure actuelle, de détecter une cyberattaque sophistiquée, tandis que 88 % de celles-ci estiment que l'architecture de sécurité de l'information ne répond pas totalement aux besoins de leur organisation.

Mais d’où viendrait le danger ?

Les entreprises interrogées craignent principalement les cyberattaques commises par des organisations criminelles (54 %), des activistes (54 %), des hackers agissant seuls (53 %) et - étrangement - leurs propres collaborateurs (40 %). Le phishing et les malwares figurent également parmi les principales menaces possibles.

Il y a urgence

Les entreprises sondées en sont bien conscientes : la cyberfraude se sophistique et le danger est partout. Pourtant, moins de la moitié d'entre elles comptent en leur sein une équipe de sécurité informatique. La raison est simple : la grande majorité des entreprises interrogées affirment ne pas disposer de suffisamment de collaborateurs qualifiés et/ou avoir des difficultés à attirer ce genre de profil.

27 % des entreprises ne font pas l’effort d’analyser les menaces relatives à la cybersécurité tandis que 21 % de celles-ci n'effectuent même pas de contrôle des identités et des accès. En d'autres termes, la porte numérique est grande ouverte aux abus. Des efforts de rattrapage s'imposent donc dans le domaine de la sécurité.

(Sources : EY et de Tijd)

Discover More

Contact
Close

Contact

Plainte

Pourriez-vous répondre aux questions ci-dessous ? Nous pourrons vous répondre ainsi plus rapidement. Merci d'avance.

Votre entreprise / organisation est-elle cliente de BNP Paribas Fortis ?

Mon organisation est servie par un chargé de relation :

Votre message

Tapez le code indiqué dans l'image :

captcha
La Banque traite vos données à caractère personnel conformément à la Déclaration Vie Privée de BNP Paribas Fortis SA.

Merci

Votre message a bien été envoyé.

Nous vous répondrons dans les plus brefs délais.

Retour à la page en cours›
Top