Article

08.02.2016

Quid du crédit si votre capacité de remboursement diminue ?

Faites intervenir votre banque aux premiers signes de faiblesse. Elle vous proposera une solution adéquate et équilibrée.

Votre demande de crédit est octroyée sans problème et votre financement est en cours. Tout à coup, votre situation financière se dégrade. Personne n’est à l’abri d’un revers. Le mieux que vous puissiez faire dans un tel scénario est d’en informer immédiatement votre banque.

Clignotants

Plus vite vous identifiez et signalez un problème financier, plus vous avez de chances de trouver une solution. Voici les signaux qui doivent éveiller votre vigilance :

  • le chiffre d'affaires de l'entreprise diminue et les stocks gonflent ;
  • le chiffre d'affaires de l'entreprise n'augmente pas et le bénéfice diminue ;
  • le chiffre d'affaires de l'entreprise augmente mais les bénéfices ne suivent pas ;
  • la solvabilité, la rentabilité et la liquidité diminuent ;
  • vous avez des difficultés à honorer vos engagements en matière d'O.N.S.S., de T.V.A. ou autres.

Pour sa part, la banque vous interrogera aussi de son côté si elle observe des découverts plus fréquents, une diminution des transactions passant par vos comptes ou une augmentation du recours aux crédits alors que le chiffre d'affaires est en baisse.

Solution équilibrée

Dès que la capacité de remboursement de l'entreprise vous semble compromise, prenez sans tarder les mesures nécessaires afin de redresser la situation. La banque recherchera avec vous une solution équilibrée. Elle non plus n'a pas intérêt à ce que votre entreprise fasse faillite.

Elle fera appel à des experts de l'aide aux entreprises en difficulté. Peu importe le secteur. Ces équipes jouissent d'une solide expérience en analyse de problèmes et en restructuration financière. En les invitant à participer à la réflexion dès le départ, vous évitez généralement le pire.

Engagement

Nos spécialistes n’ont évidemment pas réponse à tout. Par exemple lorsque votre produit ou service a atteint la fin de son cycle de vie, lorsqu'il n'y a plus de marché pour lui, lorsque la direction de l'entreprise ou les actionnaires ne veulent plus investir ni moyens ni temps dans l'entreprise ou ne croient plus en ses chances de survie…

Présenter un business plan ou un plan de restructuration réaliste est une chose. Mais ce n’est pas tout, il faut aussi vous engager sans réserve en faveur de votre projet. Notre expérience nous l’a appris, une approche conjointe des actionnaires et de la banque augmente sensiblement les probabilités de réussite !

Article

08.02.2016

Comment la banque évalue-t-elle une demande de crédit ?

Pour prendre une décision de crédit en votre faveur, la banque doit croire en vous et en votre projet.

Vous voulez financer un projet d'investissement ou combler un déficit de trésorerie temporaire ? Un crédit peut être la solution, encore faut-il que votre demande soit acceptée par la banque. Dans l'évaluation d'un dossier de crédit, voici cinq facteurs qui jouent un rôle important :

1. La banque doit croire en vous et en votre business plan

La banque veut pouvoir clairement évaluer le risque de non-remboursement des crédits actuels et futurs. Elle veut donc connaître la politique générale de l'entreprise et plus précisément les éléments qui assurent son avenir ou qui au contraire pourraient la mettre en péril.

La plupart des banques expriment le profil de risque d’une entreprise sous la forme d'un rating. Il s'agit de modèles statistiques internes, ils tiennent compte :

  • d'éléments qualitatifs : l'expérience des gérants et de la direction – en raison du rôle essentiel qu’ils jouent au sein de l'entreprise -, la qualité de gestion des activités (ex. production bien organisée, comptabilité correcte, régularité des contrôles...), la diversification de la clientèle, des produits et services, ainsi que celle des fournisseurs...
  • d'éléments quantitatifs : liquidité, solvabilité et rentabilité du preneur de crédit, utilisation des lignes de crédit existantes...

Comment satisfaire à ces exigences, très concrètement?

  • En présentant votre entreprise en détails. Le but est que votre chargé de relation ait un aperçu clair des activités de l'entreprise, des risques associés et des possibilités de limiter ceux-ci. Soyez le plus complet possible. Les informations complémentaires que votre chargé de relation devrait vous réclamer dans un second temps ne feront que ralentir le processus de décision.
  • En supportant vous-même une partie du risque. Cette partie sera proportionnelle au crédit demandé. Si vous financez vous-même une partie du projet, les efforts financiers ainsi que les risques seront mieux répartis entre la banque et vous. De plus, c’est la meilleure preuve que vous croyez en votre entreprise et en votre projet. Votre demande n'en sera que plus crédible. En matière d’apport personnel, il n'existe pas de formule "clé sur porte". Mais plus le niveau de risque est considéré comme élevé par la banque, plus votre apport personnel devrait être important.

Surtout s'il s'agit d'une nouvelle relation qui se nourrit d’un climat de confiance réciproque. L'élément de confiance reste d’ailleurs essentiel, même une fois que la relation est bien établie !

2. La finalité du crédit doit être claire

La banque s’attend à ce que vous explicitiez bien le motif du crédit : à quoi allez-vous en affecter les montants ?

Comment satisfaire concrètement à ces exigences ?

  • Non seulement en précisant les motifs et les avantages du projet d'investissement, mais aussi en décrivant les risques qu'il comprend ainsi que l'impact qu'il aura sur la gestion de l'entreprise.
  • En indiquant pour quand vous avez besoin de la réponse de la banque ainsi que des fonds.

3. Vous devez disposer d'une capacité de remboursement suffisante

La banque veut pouvoir évaluer la capacité de remboursement future de votre entreprise, tant sur la base de vos activités existantes que sur celles de vos nouvelles activités à développer.

Pour les activités existantes, elle s’appuiera sur les résultats engrangés dans le passé. Étaient-ils stables ou volatils ? L'évaluation de la capacité de remboursement provenant des futures activités à développer - qui repose donc sur des prévisions - est naturellement nettement plus délicate. La banque examinera vos prévisions avec le plus grand soin.

Comment satisfaire concrètement à ces exigences ?

  • En étayant bien vos prévisions : comment réaliserez-vous les chiffres estimés ? Qui fera quoi ?
  • En tablant non seulement sur des scénarios positifs, mais en vous réservant également un "plan d'urgence". Que pouvez-vous faire et que ferez-vous si des difficultés inattendues surviennent ?

4. Les garanties ou sûretés réelles offertes doivent permettre de limiter les risques

La banque exige généralement des sûretés et des garanties afin de réduire le risque qu'elle court, et donc ses pertes si jamais vous n’étiez plus en mesure de rembourser le crédit. Les sûretés et les garanties les plus courantes sont les hypothèques d’un bien immobilier ou les mises en gage d'actifs, tels les stocks et/ou les créances.

Néanmoins, la constitution d'une sûreté réelle ne suffit pas en soi à se voir accorder un crédit. Ce sont surtout l'apport personnel et la capacité de remboursement qui feront pencher la balance.

Comment satisfaire concrètement à ces exigences ?

  • En permettant à votre banque d’être parmi les créanciers privilégiés des biens qu'elle contribue à financer. En cas de faillite et de liquidation, celle-ci dispose d'une priorité de paiement sur les autres créanciers. Vous évitez donc que le produit du bien financé ne revienne à des créanciers n'ayant pas participé au financement. Sans compter que la réalisation forcée de la vente des biens faisant l’objet de garantie ou de sûretés ne rapporte pas toujours suffisamment pour rembourser les montants de crédit en souffrance et les intérêts dus.
  • En fournissant des informations sur la répartition, entre vos différentes banques, de vos crédits et de vos sûretés (rang des inscriptions hypothécaires).

5. La relation opérationnelle doit être solide

Il est logique que la banque qui vous octroie le crédit veuille également que vos flux de liquidités passent par ses comptes - lesquels sont nécessaires au remboursement du crédit. La banque pourra dès lors étendre sa relation à une relation opérationnelle à part entière, critère devenu indispensable depuis la nouvelle réglementation Bâle III. Selon la nouvelle directive, la banque doit en effet disposer de suffisamment de liquidités pour pouvoir continuer à octroyer des crédits.

Comment satisfaire concrètement à ces exigences ?

  • En confiant à votre banque une partie de vos flux financiers entrants et sortants (float) - ainsi que les avoirs susceptibles d'en découler -, proportionnellement au montant du crédit accordé et ce, pour toute la durée du crédit.
  • En expliquant avec transparence l'organisation de vos flux financiers entrants et sortants - tant en Belgique qu'à l'étranger - et l'affectation prévue de vos excédents ou avoirs éventuels.
Le message est donc de bien préparer et documenter votre demande de crédit. Avec ouverture et transparence. Tant votre entreprise que la banque ont tout intérêt à ce que le dossier soit évalué sur base de données réalistes, ce afin d'éviter tout problème éventuel de remboursement.
Article

08.02.2016

L’influence du rating sur votre dossier crédit

La banque exprime la solvabilité de votre entreprise sous forme d'un rating. Sur quoi se base-t-il ?

La notation d'un crédit représente le risque statistique que le preneur de crédit fasse faillite dans l'année qui suit. Ce rating est établi sur la base à la fois des données quantitatives (historiques) et qualitatives. Il résume véritablement le profil de risque du preneur de crédit. En soi, un rating ne "préjuge" pas de l'aboutissement d'une demande de crédit. C’est simplement un outil qui aide la banque à prendre une décision.

Marge

Lorsqu'une banque accorde un crédit, elle s'octroie une marge. Celle-ci est proportionnelle au profil de risque du preneur de crédit. Le rating influence donc le prix du crédit. Pour une entreprise au profil de risque restreint - et donc bénéficiant d'un bon rating -, la banque se ménagera une marge moins importante que pour une entreprise au profil de risque élevé. Naturellement, le rating n'est qu'un des facteurs qui entrent en ligne de compte dans la fixation du prix, au même titre que la présence de sûretés et que la qualité de la relation existante avec le preneur de crédit.

Modèle statistique

Le calcul du rating se fait sur base d'un modèle purement statistique qui tient compte d'un grand nombre de variables. Celles-ci peuvent être tant internes (comme le nombre de découverts ou de mouvements sur les comptes détenus auprès de la banque) qu'externes (comme le paiement des cotisations O.N.S.S. dans les délais).

Chaque banque a ses propres modèles de rating étant donné que les données internes diffèrent d'une banque à l'autre ; il n'existe donc pas de système universel. Ce qui explique que les variables et leur pondération individuelle lors du calcul peuvent diverger. Cependant, on peut affirmer que la notation de crédit sera influencée par les critères suivants :

Éléments qui influencent positivement le rating

  • Votre entreprise génère une rentabilité et/ou une capacité de remboursement suffisante.
  • Votre gestion de la clientèle, des fournisseurs, des stocks et de votre fonds de roulement est optimalisée.
  • La structure du capital et la santé financière de votre entreprise sont solides.
  • Vous avez fourni beaucoup d'informations quantitatives et qualitatives sur votre entreprise, principalement sur les facteurs qui peuvent influencer sa situation financière.

Éléments qui ont une influence négative sur le rating

  • Négligences, oublis et pratiques indicateurs d’un défaut de gestion ou d’une dégradation de la situation financière.
  • Découverts autorisés et non autorisés auprès de (diverses) banque(s).
  • Affaiblissement de la structure du capital.
  • Recours à la loi sur la continuité des entreprises ou à la mise en liquidation.

En savoir plus au sujet de votre notation de crédit ?

Rendez-vous sur le site www.financementdesentreprises.be.

 

Article

08.02.2016

Comment composer un bon dossier de crédit ?

Le dossier de crédit idéal contient toutes les informations qualitatives et quantitatives nécessaires ainsi que la liste des sûretés existantes et prévues.

Avant qu'une banque ne puisse octroyer un crédit à une entreprise, elle doit connaître les risques inhérents aux activités de l'entreprise. Il s'agit donc de bien lui expliquer le fonctionnement, la situation financière et les projets d'avenir de l’entreprise, et de la convaincre de votre stratégie à long terme.

Un esprit d'ouverture et de transparence ne pourra être que favorable à l’aboutissement de votre demande de crédit. Installer une relation de confiance avec votre banque est une priorité.

Devez-vous pour autant remettre un épais dossier ? Absolument pas. Il est surtout important que vous ayez toutes les données à portée de main : vous devez pouvoir les présenter avec aisance lorsque vous êtes en entretien de crédit avec votre chargé de relation. Celui-ci structurera ensuite l'information et constituera le dossier. Prendre l’initiative de préparer certains éléments sur papier à l’attention de votre interlocuteur ne pourra que contribuer à accélérer le processus, surtout si la situation et vos demandes sont complexes.

Il est évident que lors de votre première demande de crédit auprès d'une banque, celle-ci ne vous connaissant pas encore assez, vous devrez fournir davantage d'informations et y consacrer plus de temps que dans le cadre d'une relation de crédit existante.

La demande de crédit idéale contient :

1. Le volet qualitatif : la carte d'identité de votre entreprise

La banque ne peut évaluer le risque lié au crédit que lorsqu’elle a une vision claire du fonctionnement et des activités de votre entreprise.

Mettez sur papier le fonctionnement, l'évolution et la stratégie de l'entreprise, vous faciliterez déjà considérablement la procédure.

L'analyse SWOT comme point de départ

Vous connaissez l'entreprise mieux que personne, vous pouvez donc facilement anticiper les questions de la banque. Celles-ci peuvent vous sembler poussées et critiques, mais elles se justifient par la conjoncture actuelle, les faibles perspectives de croissance et le flot d’incertitudes qui plombe tant les entreprises que les banques.

L’analyse SWOT constitue un excellent outil pour vous préparer à identifier et à justifier vos atouts, mais aussi vos éventuels points faibles et menaces.

Expérience pratique

La meilleure manière de comprendre une entreprise, c'est de la voir à l’œuvre. N'hésitez donc pas à inviter votre chargé de relation sur votre lieu de travail afin qu'il se fasse une idée concrète de vos activités et puisse mieux cerner vos besoins de financement. Informez aussi votre chargé de relation de vos réalisations dans le cadre de vos investissements : tout se déroule-t-il comme prévu ?

Quelles informations fournir ?

Décrivez votre modèle opérationnel et vos activités en veillant à répondre aux questions suivantes :

  • Votre offre de produits et de services
    • Vos marchés ? Comment ces marchés vont-ils évoluer, selon vous ? Et que faites-vous pour anticiper les éventuels changements ?
    • Comment positionnez-vous votre offre ? Mettez-vous par exemple l'accent sur le service ou plutôt sur l'expérience, la qualité ou les prix ?
    • Vos produits ou services font-ils l’objet de certificats ISO ou d'autres labels de qualité ?
    • De quelles autorisations, licences ou brevets disposez-vous ?
    • Quel est l’état de vos stocks et quelle est leur vitesse de rotation ?
    • En quoi le projet que vous voulez financer influencera-t-il votre offre ou votre position sur le marché ?
  • Vos collaborateurs
    • Que faites-vous pour attirer les collaborateurs adéquats, les motiver et les garder à bord ?
    • Certains collaborateurs sont-ils indispensables au fonctionnement de l'entreprise ? Avez-vous déjà réfléchi à un plan de succession ?
    • Faites-vous appel à des conseillers externes pour certaines compétences qui vous manquent au sein de l'entreprise ?
  • Vos clients
    • Votre clientèle est-elle étendue et diversifiée ou travaillez-vous avec un nombre restreint de clients ?
    • Connaissez-vous la solvabilité de vos clients ?
    • Quels délais de paiement appliquez-vous à l’égard de vos clients ?
    • Quel impact aurait la disparition (d'un) de vos principaux clients ?
  • Vos fournisseurs
    • Avec combien de fournisseurs travaillez-vous et lesquels ?
    • Quelles conditions de paiement vos fournisseurs vous accordent-ils ?
    • Votre entreprise pourrait-elle supporter la disparition d'un ou de plusieurs gros fournisseurs ?
  • Vos concurrents
    • Qui sont vos principaux concurrents et comment se positionnent-ils ?
    • Connaissez-vous leur part de marché, leur situation financière et leurs résultats ?
    • Comment votre entreprise réagit-elle lorsque de nouveaux acteurs ou une nouveauté arrivent sur le marché ?
  • Structure, direction et actionnaires
    • Comment l'entreprise est-elle structurée et dirigée, qui sont les actionnaires ?
    • La direction et les actionnaires se concentrent-ils exclusivement sur les activités de l'entreprise ou en contrôlent-ils aussi d'autres ?
    • De quelle expérience dispose la direction ? Quel est son track record ?
    • A-t-on déjà réfléchi à la succession du gérant ou d'autres personnes essentielles ?
    • Quelle est votre politique en matière de distribution de dividendes ?
    • Votre entreprise fait-elle partie d'un groupe ? Dans ce cas, expliquez aussi sa structure et ses activités.
    • Si votre demande de crédit sert à financer une reprise : quel est son but précis ? En quoi la reprise modifiera-t-elle la structure de l'entreprise et son impact sur le bilan ?

2. Le volet quantitatif : focus sur les chiffres

Le fonctionnement pratique de l'entreprise est une donnée importante, l’analyse des chiffres en est bien évidemment une autre. Ceux-ci sont essentiels pour déterminer votre solvabilité, votre capacité de remboursement.

C’est le volet classique de la demande de crédit. Il se compose notamment du plan financier et des bilans, comptes de résultats et prévisions. Préparer votre dossier chiffré vous donnera déjà une idée objective de la situation financière. Grâce à ce travail, vous pourrez défendre vos chiffres avec plus de clarté auprès de votre banque :

  • Calculez les chiffres provenant des activités de votre entreprise, lesquelles doivent être suffisamment rentables pour rembourser le crédit ;
  • Estimez vos moyens financiers, ceux-ci doivent servir de tampon si jamais vous deviez connaître un revers dans le cadre de l’activité concernée.

Soyez, à nouveau, aussi transparent et complet que possible dans les données que vous transmettez à la banque.

Quelles informations fournir ?

Dans la description de la situation financière, abordez la situation actuelle mais aussi les antécédents ainsi que l'avenir. En voici les éléments indispensables :

  • le bilan et le compte de résultats. Idéalement, utilisez les comptes annuels approuvés des deux derniers exercices (les comptes annuels consolidés également), y compris la qualification / l’approbation ou la révision d’un auditeur (le cas échéant).
    Si les comptes annuels n'ont pas encore été approuvés, vous pouvez vous contenter du bilan et du compte de résultats provisoires. Ils sont, certes, moins sûrs, mais ils peuvent servir de base - surtout si la qualité des chiffres est réputée fiable de par les expériences précédentes ;
  • les chiffres intermédiaires ;
  • une évaluation de la liquidité, de la solvabilité et de la rentabilité de l'entreprise et un plan détaillé en cas de problèmes éventuels. Pour évaluer l'évolution future, dressez différents scénarios : positif, neutre et négatif ;
  • la liste de vos crédits, des garanties et des engagements existants auprès d'autres organismes de crédit. Le factoring et le leasing en font partie ;
  • l’explication de vos engagements hors bilan et des règles de valorisation utilisées ;
  • la liste du patrimoine mobilier et immobilier de l'entreprise.

Bon à savoir

Si vous recourrez à un conseiller externe pour préparer votre dossier, récolter les informations, et/ ou élaborer les scénarios, sachez que vous pouvez bénéficier d'une intervention financière des pouvoirs publics, tant en Wallonie, qu'à Bruxelles et en Flandre.

Données liées au projet

Dans ce volet, expliquez ce que vous voulez financer, avec quels moyens et pourquoi. Indiquez aussi votre mode de remboursement des bailleurs de fonds externes. Voici les informations concrètes à fournir :

  • le plan financier : l'objet du financement, le budget prévu - éventuellement accompagné d'offres, d'engagements de bonne exécution, de garanties après livraison - et le cash-flow attendu ;
  • le financement : les moyens affectés (capitaux propres, crédits auprès d'une ou de plusieurs banques, autres sources de financement…), durée, utilisation (par exemple en une seule fois ou en plusieurs tranches) et garanties ;
  • les modalités de suivi : comment piloterez-vous le projet ? A quelle fréquence allez-vous vérifier si l'évolution du projet et celle du financement correspondent au plan initial ?
  • les besoins futurs en fonds de roulement et leur mode de financement, si l'investissement génère un chiffre d'affaires supplémentaire ;
  • la méthode de rémunération des bailleurs de fonds.

3. Les sûretés

Le dernier volet de votre demande de crédit traite des sûretés. Le but de la banque est d’être le créancier privilégié du bien qu'elle finance ou contribue à financer.

S'il faut procéder à une vente forcée, la banque sera alors remboursée en priorité par rapport aux autres créanciers. Autrement dit, la sûreté aidera à limiter la perte de la banque. Les sûretés les plus fréquentes sont l'hypothèque d’un bien immobilier et la mise en gage de valeurs mobilières.

Un climat de plus en plus incertain

Si les banques insistent aujourd'hui davantage sur les sûretés réelles, c'est en raison de la conjoncture économique. Lorsque les risques augmentent, il est logique que l'on demande davantage de sûretés : pensons à l'envolée du nombre de faillites et à la dégradation de la solvabilité, de la liquidité et de la rentabilité de certaines entreprises…

Le bien financé en guise de garantie

Pour certains projets, une forme d’asset based financing, comme le factoring avec préfinancement des factures ou le leasing, peut se révéler plus intéressante qu'un crédit bancaire classique. Ces techniques lient le financement à un droit de propriété sur les assets (créances, machines ou stocks) : le bien financé sert donc lui-même de garantie.

Il s'agit d'un mode de financement très transparent, tant pour l'entreprise que pour les tiers (autres banques ou clients et fournisseurs), puisqu’il existe un lien clair entre le bien et son financement. Dans le cas des crédits, comme les crédits de caisse ou straight loans, ce lien est souvent moins univoque.

Apport propre

C’est le meilleur argument que vous puissiez avancer dans le cadre d'une demande de crédit : prouvez que vous croyez en votre propre affaire. Quoi de plus convaincant que l'apport de fonds propres pour cofinancer un projet ? Les efforts financiers et les risques sont mieux répartis. Pour vous y préparer, anticiper ce type de demande et calculez à l'avance l’effort que vous seriez prêt à consentir.

En vous montrant disposé à supporter vous-même 25 % de l'investissement, vous adressez un signal particulièrement positif à la banque. Naturellement, il s’agit d’étayer votre capacité d’investissement afin de rester crédible :

  • soit des liquidités sont encore disponibles au sein de l'entreprise et aucune autre affectation ne leur a été attribuée ;
  • soit vous disposez d’une capacité de remboursement issue de vos activités actuelles et celles-ci sont stables ;
  • soit vous appliquez une politique de réserves des bénéfices.

Transparence et planification

Dans ce volet de la demande de crédit, communiquer de manière ouverte et transparente avec votre banque renforce la relation de confiance que vous entretenez avec celle-ci. Pensez aussi que la libération de fonds propres peut prendre du temps. Anticipez et parlez-en à vos actionnaires.

Bon à savoir

Si votre entreprise n'est plus en mesure de constituer des sûretés, pensez à recourir aux différents aides des autorités fédérales et régionales

Article

18.04.2016

Crowdsourcing. Faites-le avec vos clients

Vous ne savez quelle solution choisir pour étoffer votre offre ? Votre département R&D est confronté à un problème technique ? Demandez à vos clients ou au grand public de vous aider.

L'externalisation ouverte (crowdsourcing) est une pratique qui consiste à solliciter l'aide des clients et/ou du grand public pour mener à bien un projet (d'entreprise). Cette approche a actuellement le vent en poupe dans le monde entier, bien qu'elle ne soit pas neuve. Les autorités britanniques y ont déjà recours en 1714, permettant ainsi l'invention du chronomètre de marine  – outil indispensable pour calculer avec précision la position des bateaux en mer. 

Trois siècles plus tard, le principe de base du crowdsourcing est toujours le même : vous disposez d'un réseau de personnes au sein et, surtout, en dehors de votre entreprise. Ce sont ces personnes qui vont contribuer au succès de l'entreprise en proposant des idées, en y consacrant du temps, en partageant leur expertise ou en apportant un soutien financier. De la sorte, vous avez accès à de nouvelles solutions et possibilités qui vous permettent de réaliser des projets communs, d'optimaliser la répartition des tâches et de réduire les coûts.

Ce système repose sur l'échange, la transparence et la communication. Il peut en outre se déployer dans tous les secteurs et à tous les niveaux de gestion. Pour ne citer qu'un exemple, vous pourriez ainsi mobiliser une équipe de concepteurs pour le développement de vos produits et choisir avec le grand public la meilleure proposition, que vous mettriez ensuite sur le marché, en recourant éventuellement de manière partielle au crowdfunding.

Les gens sont prêts à vous suivre

Peut-être pensez-vous que nous exagérons... Loin de là ! En témoigne d'ailleurs le succès grandissant de cette approche. De plus, le moment est opportun pour procéder au crowdsourcing :

  • grâce aux avancées technologiques, à l'essor des réseaux sociaux et à l'apparition des communautés en ligne, il n'a jamais été aussi simple de communiquer avec le grand public ;
  • le grand public y est très favorable : une enquête menée par plusieurs universités européennes indique que 54 % des Européens souhaitent participer de manière créative et/ou financière à des projets d'entreprises et de particuliers ;
  • collaborer à la réalisation d'un projet est très tendance en ce moment. Toutes sortes de raisons poussent les gens à s'investir dans un projet : le besoin d'exprimer sa créativité, le souhait de s'inscrire dans une logique commerciale, de faire un geste pour la société, ou tout simplement pour l'honneur ou le plaisir ;
  • l'économie a absolument besoin de sources de financement et de projets innovants pour retrouver le chemin de la croissance et renforcer sa compétitivité.

Envie de vous lancer dans cette aventure ?

Sachez tout de même que l'adoption de ce système va modifier profondément la manière dont votre organisation recueille des informations, réalise des enquêtes, fabrique ses produits et finance ses projets. Il vous faudra également repenser les relations que vous entretenez avec vos clients ou utilisateurs, lesquels seront désormais susceptibles de devenir des collaborateurs, des bailleurs de fonds ou des ambassadeurs de votre entreprise.

Pour autant, il n'y a pas lieu d'y voir une forme de menace, au contraire : le crowdsourcing vous donne l'occasion de sortir des sentiers battus. Vous pouvez ainsi trouver des idées en externe, permettre au grand public de donner son avis sur des idées élaborées en interne, combiner ces deux approches, et bien d'autres choses encore.

Discover More

Contact
Close

Contact

Plainte

Pourriez-vous répondre aux questions ci-dessous ? Nous pourrons vous répondre ainsi plus rapidement. Merci d'avance.

Votre entreprise / organisation est-elle cliente de BNP Paribas Fortis ?

Mon organisation est servie par un chargé de relation :

Votre message

Merci

Votre message a bien été envoyé.

Nous vous répondrons dans les plus brefs délais.

Retour à la page en cours›
Top