Contact
Close

Contact

Plainte

Pourriez-vous répondre aux questions ci-dessous ? Nous pourrons vous répondre ainsi plus rapidement. Merci d'avance.

Votre entreprise / organisation est-elle cliente de BNP Paribas Fortis ?

Mon organisation est servie par un chargé de relation :

Votre message

Tapez le code indiqué dans l'image :

captcha
La Banque traite vos données à caractère personnel conformément à la Déclaration Vie Privée de BNP Paribas Fortis SA.

Merci

Votre message a bien été envoyé.

Nous vous répondrons dans les plus brefs délais.

Retour à la page en cours›
Actualités

07.08.2018

L’avenir du financement durable

Comme l’ont reconnu les Nations Unies, la construction d’un futur plus vert ne pourra pas se faire sans le concours du secteur privé et de la sphère financière, en particulier.

Quelles sont les options qui s’offrent aux entreprises souhaitant allier financement et développement durable ?

Pour le moment, deux choix sont possibles : le marché obligataire des ‘greens bonds, qui représente 895 milliards de dollars d’obligations en circulation fin 2017, et les prêts durables pour les sociétés qui seraient réticentes à émettre des titres ou qui n’ont pas de projets spécifiques à financer.

Ce mode de financement d’abord confidentiel ne cesse de s’étendre. 

Cecile Moitry, Directrice du Sustainable Finance and Investment chez BNP Paribas Corporate and Institutional Banking : « Le cap des 4,5 milliards EUR, représentant le volume total de ces prêts syndiqués en 2017, a été atteint, et dépassé, en février de cette année ».

En quelques mots, ces prêts durables s’articulent comme des contrats de crédit classiques en termes de pricing ou de risque mais sont assortis d’objectifs environnementaux, la réalisation de ceux-ci étant soumis à l’évaluation d’une tierce partie. L’objectif est atteint ? L’entreprise se voit alors gratifiée d’une ‘remise’.  Dans le cas contraire, il lui faudra payer des ‘pénalités’.

L’entreprise bpost a été la première à signer ce type de crédit en octobre dernier, bientôt rejointe par d’autres.  Danone notamment a récemment intégré des critères ESG (Environnementaux, Sociaux, de Gouvernance ndlr) dans le refinancement d’un crédit de 2 milliards EUR.

Certains souhaitent pousser le concept plus loin encore

Pourquoi le risque ‘vert’ ne serait-il pas mis sur le même pied que le risque opérationnel par exemple ? Les autorités de contrôle ne seraient pas en reste, incitant les sociétés à plus de transparence dans leur stratégie durable.  Les entreprises se finançant de cette manière et donc impliquées dans cette démarche devraient pouvoir bénéficier de critères moins sévères en matière d’acceptation du risque.

Mais est-ce une bonne façon d’encourager les entreprises dans leurs efforts de transition énergétique ? D’autres leviers peuvent être actionnés.  Et les banques peuvent faire la différence en s’engageant et en aidant leurs clients à développer de nouveaux business models.

Lire l’article complet (uniquement disponible en anglais).

Source : CIB
Actualités

03.07.2020

La banque investit dans un fonds universitaire européen

BNP Paribas Fortis Private Equity investit dans le fonds « VIVES Inter-University Fund », un fonds universitaire européen créé par l’UCLouvain via sa société de transfert de technologies, Sopartec. Ce fonds pourra investir dans des spin-offs issues de cinq universités de rang mondial. L’objectif de ce fonds est d’accélérer la recherche au profit de toutes et tous, soit transformer les résultats de la recherche scientifique européenne de pointe en projet entrepreneurial à haut potentiel avec un fort impact sociétal.

Aux côtés d’autres investisseurs, BNP Paribas Fortis Private Equity investit ainsi dans ce fonds doté de 32 millions d’euros, et dont l’objectif est d’atteindre les 50 millions.

« L’investissement dans le VIVES Inter-University Fund s’inscrit pleinement dans l’implication active que BNP Paribas Fortis souhaite démontrer dans des initiatives liées à l’université.  Pas seulement pour générer des opportunités cross-sell, mais aussi pour renforcer notre image en tant que moteur d’innovation et d’entrepreneuriat dans le paysage économique belge », précise Mireille Kielemoes, Managing Director Private Equity de BNP Paribas Fortis.

Découvrez-en plus sur VIVES Inter-University Fund dans le communiqué de presse FR / EN

Actualités

01.07.2020

Le marché du travail chamboulé par la pandémie

Le coronavirus a changé la manière dont nous vivons, mais aussi dont nous travaillons. Arne Maes,  Economic Advisor, met le curseur sur le travail dans le dernier billet publié sur le blog de Koen De Leus.

Télétravail, chômage temporaire, visioconférence… la crise sanitaire a rapidement et radicalement changé notre manière de travailler. A court ou à long terme ? C’est ce qu’analyse Arne Maes, Economic Advisor, sur le blog de Koen De Leus en comparant les chiffres du télétravail avant, pendant et après la crise et en mesurant et estimant la baisse du chômage temporaire. 

Découvrez « La traversée du désert du marché du travail » sur le blog de Koen De Leus.

Actualités

25.06.2020

La Belgique relance son économie. Et si le virus reprend ?

La Belgique a perdu une place à l’indice Futureproof et sa relance économique dépend aussi du risque d’une deuxième vague. Koen De Leus Chief Economist de BNP Paribas Fortis, analyse ces éléments dans ses deux derniers billets sur son blog. 

Avec la crise économique, financière et sanitaire actuelle, la Belgique accuse le coup, comme beaucoup d’autres économies qui dépendent de la mondialisation. Notre pays a d’ailleurs perdu une place à l’indice FutureProof qui mesure la performance dans quatre domaines : productivité, marché du travail, pouvoirs publics et environnement général. La Belgique recule ainsi de la 15e à la 16e place sur les 27 pays de l’UE. Sur son blog, Koen De Leus, Chief Economist de BNP Paribas Fortis, analyse les raisons de ce basculement et incite à « profiter » de la crise pour améliorer l’indice à long terme. 

La crise du coronavirus a bien évidemment un rôle dans tout cela, et la relance économique du pays dépendra donc aussi du risque d’une deuxième vague de contamination. Un nouveau confinement mettrait à nouveau à mal l’économie belge. Immunité collective, taux de reproduction, distanciation… tous ces éléments ont un rôle à jouer comme le précise toujours Koen De Leus dans un autre billet sur son blog.

Découvrez le blog de Koen De Leus

Actualités

23.06.2020

Quelles perspectives économiques pour le second semestre ?

Koen De Leus,  Chief Economist, et Philippe Gijsels, Chief Strategy Officer de BNP Paribas Fortis, présentent leur vision macroéconomique pour les six prochains mois. 

Si l’épidémie n’est pas encore totalement derrière nous, le monde, l’Europe et la Belgique ont déjà entamé leur déconfinement faisant apparaitre l’ampleur de la crise. La Belgique est, avec la France, l’Espagne et l’Italie, un des pays les plus touchés.

Koen De Leus,  Chief Economist, et Philippe Gijsels, Chief Strategy Officer de BNP Paribas Fortis, présentent leur vision macroéconomique pour le second semestre 2020 et expliquent également comment celle-ci se traduit dans la stratégie de placement de BNP Paribas Fortis.

Comment se dessinent la politique mondiale et belge de riposte économique au COVID-19, comment a évolué et évoluera la Bourse, les matières premières et les devises, comment pourrait s’amorcer la reprise à court comme long terme… ?

Découvrez-en plus dans le communiqué de presse

Actualités

See all news

Discover More

Top