Contact
Close

Contact

Plainte

Pourriez-vous répondre aux questions ci-dessous ? Nous pourrons vous répondre ainsi plus rapidement. Merci d'avance.

Votre entreprise / organisation est-elle cliente de BNP Paribas Fortis ?

Mon organisation est servie par un chargé de relation :

Votre message

Tapez le code indiqué dans l'image :

captcha
La Banque traite vos données à caractère personnel conformément à la Déclaration Vie Privée de BNP Paribas Fortis SA.

Merci

Votre message a bien été envoyé.

Nous vous répondrons dans les plus brefs délais.

Retour à la page en cours›
Actualités

25.04.2017

Réindustrialisation de l’Europe : un mouvement favorable aux PME

Quel visage possède aujourd’hui l’industrie en Europe et comment les PME peuvent-elles bénéficier de ce phénomène de réindustrialisation ?

Le secteur industriel emploie aujourd’hui 34 millions de personnes en Europe. S’il démontre un nouveau dynamisme, c’est notamment qu’il est en passe de connaître une « 4e révolution industrielle » : un changement de modèle qui intègre davantage de numérique, couplé à un phénomène de relocalisation vers les pays développés. La majorité des États membres de l’Union européenne (UE) connaissent ainsi une nette augmentation de leur activité industrielle depuis 2014.   

En effet, après un ralentissement de la quasi-totalité des activités industrielles européennes pendant la crise économique, la majorité des États membres ont enregistré un accroissement de la production dès 2014. La République tchèque, le Luxembourg, la Roumanie et la Hongrie ont enregistré des augmentations allant de 5 % à 7,2 %1. Un contexte économique et technologique qui ouvre la voie à de nouveaux investissements et opportunités pour les PME !

Une relocalisation des activités industrielles à l’échelle de l'Europe de plus en plus attractive

Pourquoi relocaliser son activité en Europe alors que l’on n’a eu de cesse de parler de délocalisations ? Simplement parce que deux arguments majeurs de celles-ci, à savoir la nécessité de faire tourner des usines de très grande taille pour obtenir un effet d’échelle et la recherche de main-d’œuvre à moindre coût, sont en passe de devenir obsolètes. En effet, la mutation de l’industrie vers un modèle « 4.0 », aussi appelé digital manufacturing , et intégrant des outils numériques ou des intelligences artificielles, booste la productivité et la flexibilité des unités de production en Europe. 

En parallèle, le coût de la main-d’œuvre dans des pays comme la Chine ou le Brésil augmente significativement avec l’amélioration du niveau de vie de la population, réduisant leur avantage comparatif. Un rapport de l’Organisation internationale du travail de 2015 montrait que les salaires chinois avaient déjà progressé en moyenne de 15 à 20 % par an entre 2000 et 2010. En 2015, l’augmentation y était de 10 %. Le résultat de cette tendance ? Un regain d’intérêt pour le territoire européen.

« Pour une renaissance industrielle européenne » : la stratégie de l’UE

La réindustrialisation du territoire européen et la compétitivité de son industrie font partie des objectifs phares de l’UE. En 2014, la Commission européenne souligne cette ambition via sa communication Pour une renaissance industrielle européenne. La stratégie Europe 2020 pour la croissance et l’emploi intègre un volet consacré à l’industrie, avec l’objectif de faire passer sa part dans le PIB à 20 %. Les principes généraux de la politique industrielle de l’UE réitèrent ainsi la volonté d’accélérer l’adaptation de l’industrie aux changements structurels, de favoriser un écosystème économique favorable, de soutenir les entreprises (et les PME en particulier), et d’encourager l’innovation.

(Source : Newsletter Entreprises BNP Paribas)

1  Eurostat, Statistiques sur l’industrie et la construction, 2015. 

Actualités

03.07.2020

La banque investit dans un fonds universitaire européen

BNP Paribas Fortis Private Equity investit dans le fonds « VIVES Inter-University Fund », un fonds universitaire européen créé par l’UCLouvain via sa société de transfert de technologies, Sopartec. Ce fonds pourra investir dans des spin-offs issues de cinq universités de rang mondial. L’objectif de ce fonds est d’accélérer la recherche au profit de toutes et tous, soit transformer les résultats de la recherche scientifique européenne de pointe en projet entrepreneurial à haut potentiel avec un fort impact sociétal.

Aux côtés d’autres investisseurs, BNP Paribas Fortis Private Equity investit ainsi dans ce fonds doté de 32 millions d’euros, et dont l’objectif est d’atteindre les 50 millions.

« L’investissement dans le VIVES Inter-University Fund s’inscrit pleinement dans l’implication active que BNP Paribas Fortis souhaite démontrer dans des initiatives liées à l’université.  Pas seulement pour générer des opportunités cross-sell, mais aussi pour renforcer notre image en tant que moteur d’innovation et d’entrepreneuriat dans le paysage économique belge », précise Mireille Kielemoes, Managing Director Private Equity de BNP Paribas Fortis.

Découvrez-en plus sur VIVES Inter-University Fund dans le communiqué de presse FR / EN

Actualités

01.07.2020

Le marché du travail chamboulé par la pandémie

Le coronavirus a changé la manière dont nous vivons, mais aussi dont nous travaillons. Arne Maes,  Economic Advisor, met le curseur sur le travail dans le dernier billet publié sur le blog de Koen De Leus.

Télétravail, chômage temporaire, visioconférence… la crise sanitaire a rapidement et radicalement changé notre manière de travailler. A court ou à long terme ? C’est ce qu’analyse Arne Maes, Economic Advisor, sur le blog de Koen De Leus en comparant les chiffres du télétravail avant, pendant et après la crise et en mesurant et estimant la baisse du chômage temporaire. 

Découvrez « La traversée du désert du marché du travail » sur le blog de Koen De Leus.

Actualités

25.06.2020

La Belgique relance son économie. Et si le virus reprend ?

La Belgique a perdu une place à l’indice Futureproof et sa relance économique dépend aussi du risque d’une deuxième vague. Koen De Leus Chief Economist de BNP Paribas Fortis, analyse ces éléments dans ses deux derniers billets sur son blog. 

Avec la crise économique, financière et sanitaire actuelle, la Belgique accuse le coup, comme beaucoup d’autres économies qui dépendent de la mondialisation. Notre pays a d’ailleurs perdu une place à l’indice FutureProof qui mesure la performance dans quatre domaines : productivité, marché du travail, pouvoirs publics et environnement général. La Belgique recule ainsi de la 15e à la 16e place sur les 27 pays de l’UE. Sur son blog, Koen De Leus, Chief Economist de BNP Paribas Fortis, analyse les raisons de ce basculement et incite à « profiter » de la crise pour améliorer l’indice à long terme. 

La crise du coronavirus a bien évidemment un rôle dans tout cela, et la relance économique du pays dépendra donc aussi du risque d’une deuxième vague de contamination. Un nouveau confinement mettrait à nouveau à mal l’économie belge. Immunité collective, taux de reproduction, distanciation… tous ces éléments ont un rôle à jouer comme le précise toujours Koen De Leus dans un autre billet sur son blog.

Découvrez le blog de Koen De Leus

Actualités

23.06.2020

Quelles perspectives économiques pour le second semestre ?

Koen De Leus,  Chief Economist, et Philippe Gijsels, Chief Strategy Officer de BNP Paribas Fortis, présentent leur vision macroéconomique pour les six prochains mois. 

Si l’épidémie n’est pas encore totalement derrière nous, le monde, l’Europe et la Belgique ont déjà entamé leur déconfinement faisant apparaitre l’ampleur de la crise. La Belgique est, avec la France, l’Espagne et l’Italie, un des pays les plus touchés.

Koen De Leus,  Chief Economist, et Philippe Gijsels, Chief Strategy Officer de BNP Paribas Fortis, présentent leur vision macroéconomique pour le second semestre 2020 et expliquent également comment celle-ci se traduit dans la stratégie de placement de BNP Paribas Fortis.

Comment se dessinent la politique mondiale et belge de riposte économique au COVID-19, comment a évolué et évoluera la Bourse, les matières premières et les devises, comment pourrait s’amorcer la reprise à court comme long terme… ?

Découvrez-en plus dans le communiqué de presse

Actualités

See all news

Discover More

Top