Contact
Close

Contact

Plainte

Pourriez-vous répondre aux questions ci-dessous ? Nous pourrons vous répondre ainsi plus rapidement. Merci d'avance.

Votre entreprise / organisation est-elle cliente de BNP Paribas Fortis ?

Mon organisation est servie par un chargé de relation :

Votre message

Tapez le code indiqué dans l'image :

captcha
La Banque traite vos données à caractère personnel conformément à la Déclaration Vie Privée de BNP Paribas Fortis SA.

Merci

Votre message a bien été envoyé.

Nous vous répondrons dans les plus brefs délais.

Retour à la page en cours›
Actualités

06.04.2017

Trois astuces pour vous sentir mieux au travail

Aujourd’hui, seuls 51 % des travailleurs considèrent leur travail comme 'faisable'. Et ce chiffre ne cesse de baisser. Le taux d’absence prolongée est par contre en hausse. La digitalisation déclenche une pénible phase transitoire, et depuis la crise de 2008-2009, nous avons perdu un certain nombre de garanties.

"Pourtant, selon Elke Van Hoof, professeur en psychologie clinique à la VUB, nous
pouvons tous agir, en tant qu’individus, pour que votre travail reste 'faisable'".

Le temps de concentration moyen de chacun devrait normalement pouvoir être de 45 minutes. Mais aujourd'hui, compte tenu de l'augmentation du nombre de distractions (mailbox, Internet, smartphone, etc.), il n'est que de 8 minutes. Comment y remédier?

  1. Le matin, travaillez pendant une heure avant d’ouvrir votre mailbox.
  2. Définissez trois priorités absolues pour votre journée : qu’est-ce qui vous semble d'un intérêt prioritaire, pour VOUS?
  3. Travaillez de façon ininterrompue pendant maximum trois quarts d’heures, trois fois par jour. Ne vous laissez pas déranger: éteignez votre smartphone, ne consultez pas Internet, et fermez votre mailbox. Faites-vous partie de ceux qui ne peuvent pas se concentrer pendant plus de 8 minutes? Augmentez peu à peu la durée.

En appliquant ces trois astuces, vous gagnerez en productivité, d’au moins 50 %, garantit Elke Van Hoof. En outre, vous aurez le sentiment de reprendre le contrôle de votre journée.

Les yeux qui pétillent

Évidemment, ses conseils vont bien au-delà de l’aspect purement pratique. Elke Van Hoof est une psychologue plutôt terre à terre.

  • Notez ce que vous avez déjà fait, et pas ce qu’il vous reste à faire. Ça ne sert à rien de commencer la semaine en dressant des 'to-do list', et de vous arracher les cheveux le vendredi parce que tout n'est pas fait.
  • Concentrez-vous sur ce qui va bien. Notez tous les jours trois choses positives, et lisez-les en vous levant le matin.
  • En dehors du sommeil, 30 % de votre temps doit être consacré à des activités qui vous plaisent. Si vous devez organiser un petit concours de lancer de stylo pour y parvenir, faites-le. La seule condition, c'est d'avoir les yeux qui pétillent ! Faites l’idiot(e) de temps en temps.
  • Planifiez votre carrière : quel est votre objectif, à long terme ? Dès que votre cerveau a enregistré l’objectif que vous voulez atteindre, il peut vous permettre d'y arriver, et même d'aller plus loin. Tant que vous ne savez pas dans quelle direction aller, vous n'avancerez pas.
  • Apprenez à tirer profit de vos échecs. Si vous ne faites pas d’erreurs, vous n’apprendrez rien.
  • Ne participez pas à la surenchère de stress. Un(e) collègue vous inonde d'une diarrhée verbale sur ses problèmes ? Ecoutez-le si vous le souhaitez, mais ne copiez pas son comportement. C’est la seule solution pour qu’il/elle arrête de se plaindre et réussisse à s’en sortir.
  • Ce n’est pas parce que vous avez la possibilité de travailler n’importe où et n’importe quand que vous devez travailler tout le temps.
  • Faites des activités qui vous passionnent, trois fois par semaine pendant une heure, ou trois ou quatre heures d’affilée chaque semaine. Cela vous servira de bouffée d'oxygène et vous dépasserez moins rapidement vos limites.

Les avantages du stress, en trois points

D’après Elke Van Hoof, le stress ne doit pas nécessairement être éliminé. Grâce au stress, votre cerveau apprend à vivre des choses nouvelles. Le stress a trois fonctions principales…

  • déceler le danger ;
  • vous faire assimiler de l’information en détectant des différences. Sans stress, vous êtes aveugle aux différences, ce qui vous empêche d’entrer en mode d’apprentissage ;
  • vous aider à faire des choix en dépensant le moins d’énergie possible.

Si vous voulez être performant(e) et améliorer vos compétences, maintenez le stress à un niveau supportable. Car sans stress, pas d’innovation, pas de progrès, pas de connaissance de soi, et pas de développement personnel.

Fraternité

En tant que professeur en psychologie clinique, Elke Van Hoof considère que

"la société ‘veut tout traduire en procédures’, ce qui annihile notre capacité à réfléchir de manière proactive. Nous ne prenons plus d’initiatives, alors que justement les gens préféreraient réfléchir ensemble au lieu d'être dirigés".

Pour elle, la solitude est également un problème d’envergure :

"Aujourd’hui, malgré toutes les nouvelles technologies, le nombre de personnes qui se sentent seules est plus élevé que jamais. Nous ne nous sentons plus unis avec les autres, alors qu'un sentiment de fraternité pourrait servir de tampon absorbant les effets négatifs du stress".

Elle conclut par un avertissement ferme:

"Les personnes qui souffrent d’un burn-out ne sont pas plus fragiles que les autres, loin de là. Si elles sont bien accompagnées et qu’elles parviennent à surmonter cette épreuve, elles en sortiront plus fortes. On entend dire parfois 'burn-out une fois, burn-out toujours', mais c’est faux".

Actualités

03.07.2020

La banque investit dans un fonds universitaire européen

BNP Paribas Fortis Private Equity investit dans le fonds « VIVES Inter-University Fund », un fonds universitaire européen créé par l’UCLouvain via sa société de transfert de technologies, Sopartec. Ce fonds pourra investir dans des spin-offs issues de cinq universités de rang mondial. L’objectif de ce fonds est d’accélérer la recherche au profit de toutes et tous, soit transformer les résultats de la recherche scientifique européenne de pointe en projet entrepreneurial à haut potentiel avec un fort impact sociétal.

Aux côtés d’autres investisseurs, BNP Paribas Fortis Private Equity investit ainsi dans ce fonds doté de 32 millions d’euros, et dont l’objectif est d’atteindre les 50 millions.

« L’investissement dans le VIVES Inter-University Fund s’inscrit pleinement dans l’implication active que BNP Paribas Fortis souhaite démontrer dans des initiatives liées à l’université.  Pas seulement pour générer des opportunités cross-sell, mais aussi pour renforcer notre image en tant que moteur d’innovation et d’entrepreneuriat dans le paysage économique belge », précise Mireille Kielemoes, Managing Director Private Equity de BNP Paribas Fortis.

Découvrez-en plus sur VIVES Inter-University Fund dans le communiqué de presse FR / EN

Actualités

01.07.2020

Le marché du travail chamboulé par la pandémie

Le coronavirus a changé la manière dont nous vivons, mais aussi dont nous travaillons. Arne Maes,  Economic Advisor, met le curseur sur le travail dans le dernier billet publié sur le blog de Koen De Leus.

Télétravail, chômage temporaire, visioconférence… la crise sanitaire a rapidement et radicalement changé notre manière de travailler. A court ou à long terme ? C’est ce qu’analyse Arne Maes, Economic Advisor, sur le blog de Koen De Leus en comparant les chiffres du télétravail avant, pendant et après la crise et en mesurant et estimant la baisse du chômage temporaire. 

Découvrez « La traversée du désert du marché du travail » sur le blog de Koen De Leus.

Actualités

25.06.2020

La Belgique relance son économie. Et si le virus reprend ?

La Belgique a perdu une place à l’indice Futureproof et sa relance économique dépend aussi du risque d’une deuxième vague. Koen De Leus Chief Economist de BNP Paribas Fortis, analyse ces éléments dans ses deux derniers billets sur son blog. 

Avec la crise économique, financière et sanitaire actuelle, la Belgique accuse le coup, comme beaucoup d’autres économies qui dépendent de la mondialisation. Notre pays a d’ailleurs perdu une place à l’indice FutureProof qui mesure la performance dans quatre domaines : productivité, marché du travail, pouvoirs publics et environnement général. La Belgique recule ainsi de la 15e à la 16e place sur les 27 pays de l’UE. Sur son blog, Koen De Leus, Chief Economist de BNP Paribas Fortis, analyse les raisons de ce basculement et incite à « profiter » de la crise pour améliorer l’indice à long terme. 

La crise du coronavirus a bien évidemment un rôle dans tout cela, et la relance économique du pays dépendra donc aussi du risque d’une deuxième vague de contamination. Un nouveau confinement mettrait à nouveau à mal l’économie belge. Immunité collective, taux de reproduction, distanciation… tous ces éléments ont un rôle à jouer comme le précise toujours Koen De Leus dans un autre billet sur son blog.

Découvrez le blog de Koen De Leus

Actualités

23.06.2020

Quelles perspectives économiques pour le second semestre ?

Koen De Leus,  Chief Economist, et Philippe Gijsels, Chief Strategy Officer de BNP Paribas Fortis, présentent leur vision macroéconomique pour les six prochains mois. 

Si l’épidémie n’est pas encore totalement derrière nous, le monde, l’Europe et la Belgique ont déjà entamé leur déconfinement faisant apparaitre l’ampleur de la crise. La Belgique est, avec la France, l’Espagne et l’Italie, un des pays les plus touchés.

Koen De Leus,  Chief Economist, et Philippe Gijsels, Chief Strategy Officer de BNP Paribas Fortis, présentent leur vision macroéconomique pour le second semestre 2020 et expliquent également comment celle-ci se traduit dans la stratégie de placement de BNP Paribas Fortis.

Comment se dessinent la politique mondiale et belge de riposte économique au COVID-19, comment a évolué et évoluera la Bourse, les matières premières et les devises, comment pourrait s’amorcer la reprise à court comme long terme… ?

Découvrez-en plus dans le communiqué de presse

Actualités

See all news

Discover More

Top