Article

23.08.2016

Comment l’économie à la demande remodèle la société ?

Conçue pour répondre au moindre des désirs du consommateur, l’économie à la demande transforme les entreprises, le marché du travail et ébranle l’assise des acteurs traditionnels.

Popularisé par les succès fulgurants de jeunes entreprises de la Silicon Valley, Uber et Airbnb en tête, le terme d’économie à la demande est aujourd’hui sur toutes les lèvres. Désignant une activité où des entreprises utilisent les nouvelles technologies pour apporter aux consommateurs des biens ou services de manière quasi-immédiate, l’économie à la demande connaît des taux de croissance fulgurants. Ainsi, sept ans à peine après sa création, Uber est valorisée à plus de 60 milliards de dollars. 42 % de la population américaine a déjà eu recours à un service à la demande.  Et la tendance n’est pas près de s’inverser.

Outre les services les plus connus, qui permettent de commander un chauffeur, un repas, un médecin ou un avocat, l’économie à la demande semble aujourd’hui capable de combler le moindre des désirs du consommateur, y compris les plus farfelus. Booster propose ainsi un service de pompe à essence mobile pour demander de quoi faire le plein à tout moment ; Techy permet de demander les services d’un spécialiste en informatique pour réparer son ordinateur ; FriendsTonight procure à ses utilisateurs de la compagnie pour n’importe quelle sortie (cinéma, apéritif, boîte de nuit…) ; Pamper permet de commander une manucure ; Soothe un massage ; Trumaker, de se faire tailler un costume par un tailleur ; Washio, de faire laver son linge ; Wag ! de faire promener son chien. Certaines start-up californiennes livrent même du cannabis à la demande. Sans oublier Scooterino Amen, qui permet aux Romains pris d'un besoin urgent de se confesser, de recevoir la visite d'un prêtre sur un scooter. L’économie semble plus que jamais tournée vers la satisfaction immédiate des moindres désirs du consommateur.

Une nouvelle phase du capitalisme

L'avènement de l'économie à la demande marque non seulement une évolution anthropologique, mais aussi l’entrée dans une nouvelle phase du capitalisme. Au début du XXe siècle, l’introduction des lignes d’assemblage et du travail à la chaîne a permis à Henry Ford de produire sa Ford T massivement et à un coût raisonnable, marquant le début de la démocratisation de l’automobile. Aujourd’hui, l’économie à la demande permet au grand public d’accéder à des services qui étaient autrefois l’apanage des plus favorisés.

Cette révolution est permise par la conjonction de plusieurs phénomènes. L’essor des nouvelles technologies, d’abord. De micro-ordinateurs puissants disponibles à des coûts raisonnables permettent aux entrepreneurs de réaliser un grand nombre d’actions, seuls et depuis leur domicile. La généralisation du téléphone intelligent permet à une main-d’œuvre indépendante d’être à la fois mobile et réactive. Avec l’internet, des tâches complexes, comme la programmation ou la rédaction de documents juridiques, peuvent être sous-traitées à des professionnels travaillant à distance.

En bref, les nouvelles technologies permettent des rapports plus souples : aux grosses entreprises fortement hiérarchisées, dotées de locaux physiques et d’une main-d’œuvre stable, succèdent des entités plus fluides, composées d’une petite équipe de décideurs n’ayant parfois même pas de bureau et d’une masse constamment variable de contractants, les premiers pilotant l’activité tandis que les seconds travaillent de manière souple en fonction des requêtes des clients.

L’essor de l’économie à la demande est aussi facilité par la crise économique, en raison de laquelle une main-d’œuvre jeune, flexible et bien équipée en matière de technologies s’avère disponible sur le marché. 34 % des travailleurs américains sont aujourd’hui des indépendants. Enfin, l’économie à la demande résulte d’un changement dans les rapports de force au sein de la société. Comme l’affirme The Economist, alors que Karl Marx mettait jadis en lumière l’opposition entre propriétaires des moyens de production et individus travaillant pour eux, la dichotomie se trouve aujourd’hui davantage entre ceux qui ont beaucoup de moyens et peu de temps, et ceux qui ont à l’inverse peu de moyens mais beaucoup de temps. L’économie à la demande permet la mise en place de transactions entre ces deux types d’agents économiques. Les seconds fournissent aux premiers des services qu’ils n’ont pas le temps d’effectuer, et reçoivent une rémunération en retour.

Les gagnants et perdants de l’économie à la demande

Nouveau paradigme capitaliste, l’économie à la demande implique de profonds changements au sein de la société, du monde professionnel et jusque dans l’existence des individus. Comme tout changement radical, elle apporte du bon et du moins bon, et suscite donc de vifs débats, comme l’illustrent la multiplication des procès et manifestations contre Uber et la tentative (avortée) de mise en place d’une loi limitant l’expansion d’Airbnb à San Francisco. Les opposants de l’économie à la demande voient en elle une régression sociale, un retour au capitalisme sauvage du XIXe siècle, aux longues files d’ouvriers attendant tous les matins dans l’espoir de se voir offrir un travail pour la journée.

Les partisans de cette nouvelle donne insistent quant à eux sur la flexibilité accordée aux travailleurs, libres de travailler où ils veulent, quand ils veulent. La liberté accordée aux consommateurs, qui disposent d’un large panel de services accessibles sur commande et à un coût abordable, est également mise en avant. Les défenseurs de l’économie à la demande affirment enfin qu’elle permet une meilleure allocation des ressources au sein de la société. Airbnb permet d’allouer temporairement à des touristes de nombreuses chambres qui autrement demeureraient vides, Uber permet à plusieurs passagers de partager un même véhicule…

Si les consommateurs tirent en effet clairement leur épingle du jeu, la réalité est plus nuancée pour les travailleurs. Ceux qui valorisent la flexibilité sur la sécurité profitent de la nouvelle donne. C’est le cas des étudiants souhaitant gagner un peu d’argent, des individus allergiques aux horaires de bureau, des jeunes parents souhaitant élever leur enfant tout en travaillant à temps partiels, ou encore des personnes âgées approchant de la retraite et souhaitant travailler moins. En revanche, ceux qui privilégient la sécurité sur la flexibilité, comme les ménages avec enfants ayant un crédit immobilier à rembourser et des études à financer, risquent d’en sortir perdants. Aux Etats, dès lors, d’adapter leur système de protection sociale pour mieux correspondre aux nouveaux besoins liés à l’essor de l’économie à la demande. Le modèle américain, où la couverture santé est fournie par l’employeur, n’est pas du tout adapté à cette situation et devrait être réformé pour permettre à chaque travailleur de bénéficier d’une protection.

Les acteurs traditionnels contraints de s’adapter

L’économie à la demande implique également de rebattre les cartes sur la plupart des marchés. D’abord parce que, naturellement, les entreprises proposant des services à la demande se lancent sur des marchés déjà en place, où elles imposent une rude concurrence aux acteurs traditionnels, le cas le plus parlant étant bien sûr celui d’Uber vis-à-vis des taxis. Mais aussi parce que les poids lourds de l’économie à la demande, qui bénéficient d’une importante renommée, de capitaux et d’une technologie de pointe, peuvent phagocyter d’autres secteurs que leur cœur de métier initial.

Ainsi, pour rester sur l’exemple d’Uber, l’entreprise s’est rapidement rendu compte que, si les chauffeurs étaient très occupés le matin et le soir, la journée était en revanche beaucoup plus calme. Pour occuper ses heures creuses, l’entreprise a mis en place des services complémentaires. D’abord un service de livraison de nourriture, UberEat, puis de livraison tout court, UberRush. D’une compagnie de taxi à la pointe des technologies, Uber s’est ainsi progressivement mué en une plate-forme de services agnostique, capable de mobiliser sa main-d’œuvre motorisée pour différents types de besoin.

Outre les taxis, ce sont les start-up qui livrent de la nourriture (Caviar, Munchery) qui se trouvent concurrencées, mais aussi les acteurs traditionnels du secteur de la livraison, comme FedEx et UPS. La notoriété rapidement acquise par Uber et la solidité de son infrastructure logicielle lui permettent ainsi de concurrencer des acteurs institutionnels sur un terrain qui n’était au départ pas le sien. Ceux-ci sont dès lors contraints de répondre à la demande et de « s’uberiser » à leur tour, ou tout moins d’adapter leur service pour répondre aux nouvelles règles de l’économie à la demande. UPS vient d’investir 28 millions de dollars dans la start-up Deliv, qui effectue des livraisons dans la journée. L’enseigne de restauration rapide Taco Bell a mis en place son propre système de livraison de nourriture. Les taxis utilisent à leur tour des applications smartphone sur le modèle d’Uber… Ainsi, petit à petit, l’économie à la demande telle un missionnaire jésuite, évangélise ses adversaires plutôt qu’elle ne les détruit.

(Source : www.atelier.net)

Article

12.06.2024

Nous devons avancer tous ensemble

La banque a diminué de 55% ses émissions de CO2 par équivalent temps plein, et ce depuis 2019. pour Sandra Wilikens, Chief Human Resources Officer, ça nécessite l’implication de tous.

Entre 2019 et 2022, BNP Paribas Fortis a réussi à réduire ses émissions de CO2 de 55%. Comment y êtes-vous parvenus ?

« Principalement en agissant sur l’efficacité énergétique de nos bâtiments, qui représentent environ 80% de nos émissions directes. Nous avons aussi optimisé notre patrimoine immobilier et fortement réduit les déplacements professionnels. Nous avons adopté une approche très structurée, qui implique tous les départements de la banque. Depuis 2012, notre Green Bank Platform rassemble tous les trois mois les responsables de chaque département. Ils y présentent leur plan d’action annuel et leurs initiatives propres. Nous faisons le point sur toute une série de KPI, notamment la consommation d’énergie et de papier, les déplacements professionnels, l’électrification du parc automobile ou encore la gestion des déchets. Parce que mesurer permet de mieux comprendre. »

Votre objectif était de réduire les émissions de 42,5% par rapport à 2012 avant la fin de l’année 2025. Cet objectif est atteint. Quelles sont vos autres ambitions ?

« Nous ne comptons pas ménager nos efforts d’ici 2025. Car il n’y a pas de temps à perdre si nous voulons atteindre la neutralité carbone en 2050. Notre nouveau siège de Montagne du Parc à Bruxelles est un bel exemple d’efficacité énergétique. Mais pour le reste de notre parc immobilier, il reste beaucoup à faire. Nous allons améliorer l’efficacité énergétique de nos différents sites régionaux, installer des panneaux solaires sur plus de 80 sites et généraliser l’éclairage LED dans nos bâtiments. Ces efforts devraient nous permettre de réduire nos émissions de CO2 de 7% supplémentaires. »

Où en êtes-vous dans l’électrification de votre parc automobile ?

« Nous faisons beaucoup d’efforts pour électrifier notre parc automobile, et je peux dire que nous avançons dans la bonne direction. Fin 2022, 30% de la flotte des véhicules d’entreprise en leasing était électrifiée, soit des voitures 100% électriques et hybrides rechargeables. Au 3e trimestre 2023, 95% des nouvelles commandes portait sur ce type de véhicules. La nouvelle fiscalité joue évidemment un rôle important dans cette évolution.

Mais pour les employeurs, les choses ne s’arrêtent pas là. Ils doivent composer avec un cadre fiscal très complexe, notamment pour le remboursement des frais d’électricité. Et pour une partie de nos collaborateurs, les choses ne sont pas non plus toujours simples, par exemple parce qu’ils ont difficilement accès à une borne de recharge. Je compte organiser cette année une table ronde sur la mobilité. Elle réunirait autorités, opérateurs, start-up et entreprises. Car nous devons avancer, et nous devons le faire ensemble. »

Comment impliquez-vous les collaborateurs et collaboratrices ?

« Il faut bien sûr beaucoup communiquer, expliquer ce qu’on fait et pourquoi on le fait. Au sein de la banque, nous pouvons aussi compter sur un réseau de plus de 220 EcoCoaches. Le compartiment durabilité de la CCT 90 est aussi un incitant intéressant. Tous les ans, nous nous nous fixons six objectifs concrets. Si trois d’entre eux sont atteints, l’ensemble du personnel bénéficie d’une prime en fin d’année. Jusqu’à présent, ça a toujours été le cas.

Et nous pouvons nous appuyer sur d’autres incitants. Grâce à notre Green Fuel Consumer Plan, nous récompensons les membres du personnel qui ont une voiture de société mais qui l’utilisent peu. Nous menons aussi de nombreuses actions pour favoriser la mobilité douce : marche, vélo et transports en commun. Le choix d’implanter nos sièges au cœur des villes a également un impact positif. Fin 2022, 79% des membres du personnel travaillant à Bruxelles empruntaient les transports en commun pour venir au bureau. En dehors des villes, ils sont 60%. »

Selon vous, dans quels autres domaines est-il urgent de prendre des mesures ?

« La pollution numérique est souvent sous-estimée. Il faut bien se rendre compte qu’envoyer 100 e-mails pollue autant que rouler 20 kilomètres en voiture. C’est pour ça que nous organisons chaque année une campagne interne pour sensibiliser nos collaborateurs et leur donner des conseils en vue de réduire leur empreinte digitale. Nettoyer régulièrement sa boîte e-mail, envoyer des liens plutôt que des fichiers, supprimer les fichiers obsolètes : ce sont de petits efforts, mais si nos 11.000 collègues intègrent ces nouveaux réflexes, l’impact peut être énorme. Chaque effort compte ! »

Article

10.06.2024

La facturation électronique entre entreprises désormais obligatoire

Le projet de loi qui veut introduire cette obligation dans notre pays est actuellement en discussion au parlement fédéral. Après l’approbation du projet, la « facturation électronique B2B » sera obligatoire dès le 1er janvier 2026. Nos experts expliquent pourquoi la Belgique veut introduire ces nouvelles règles, quelles sont les conséquences pour votre entreprise et comment nous pouvons encore mieux vous accompagner.

« Il s’agit d’une réglementation européenne qui sera transposée au niveau belge dès le 1er janvier 2026, explique Emmanuel Bairiot, Responsable Produit chez BNP Paribas Fortis. Elle concerne tout assujetti à la TVA dans le cadre de relations commerciales, soit le B2B, au niveau national. Cela concernera également les relations commerciales au-delà de nos frontières à l’horizon 2028-2030 : la transmission de facture sera harmonisée au niveau européen, aves les mêmes règles d’envoi, de réception et de contenu d’information. »

« Cette régulation européenne vise notamment à limiter la fraude fiscale, complète Emmanuel Bairiot.  De plus, les factures électroniques contiennent des données structurées très riches en informations pertinentes. C’est utile au niveau de la politique économique des États membres, qui peuvent ainsi prendre le pouls  du tissu entrepreneurial du pays et savoir comment s’adapter et fournir des aides. Cela peut également aider les entreprises dans leur cycle « order to cash », car ce processus dématérialisé est entièrement automatisé, ce qui permet aux entreprises de gagner en efficacité et de réduire le temps entre les différentes étapes comme l’envoi, la réception, l’encaissement... »

Pas une révolution mais une évolution

« La nouvelle réglementation n'est pas tant une révolution qu'une évolution, complète Frédéric Fontaine, Head of Transaction Banking chez BNP Paribas Fortis. Ce changement réglementaire sera facilité par les solutions comptables, les softwares, par les sociétés assurant l’émission de factures électroniques.

En tant que banque et société de factoring, nous nous devons d’être présents. Dès 2026, tous les assujettis à la TVA seront interconnectés de manière digitale pour l’envoi et la réception de leurs factures. La banque doit se glisser dans ce canal pour aider nos entreprises à payer et à être payées, et aussi financer des factures sortantes si nécessaire via le factoring. Cela fait partie de notre ADN digital. Nous guiderons nos clients et clientes depuis la création et tout au long du développement et de la croissance de ce processus. Nous serons présents. »

Quel impact pour les entreprises ?

« L’e-invoicing sera obligatoire à très court terme, souligne Emmanuel Bairiot. 2026, c’est demain. Nous recommandons à nos clients professionnels de se mettre en contact avec leur fournisseur de service de facturation, afin de voir comment ils abordent ce changement au niveau du logiciel de facturation. Sera-t-il conforme aux nouvelles règles ? En tant que client, dois-je faire quelque chose en plus ? »

« Il faut anticiper, poursuit-il. Les logiciels sont en train de s’adapter, donc les choses devraient se passer assez naturellement. Mais nos clients peuvent aussi se poser la question pour leurs relations commerciales hors frontières, à moyen terme. C’est aussi l’occasion de réfléchir à son propre processus de facturation. Faut-il réorganiser certains aspects ? »

Prêts à encore mieux vous accompagner

« En tant que banque numéro 1, nous sommes toujours au fait des évolutions, se réjouit Emmanuel Bairiot. Notre ambition est d’être de plus en plus performants digitalement et d’offrir des services à portée de main à nos clients et clientes, par exemple avec des outils tels qu’Easy Banking Business. En termes stratégiques, il est donc normal que nous nous intéressions à l’e-invoicing. De plus, nous bénéficions de l’expertise du Groupe, de sa vision sur l’invoicing au niveau international. Nous pourrons donc profiter de la position du Groupe et de notre expérience dans les canaux digitaux pour accompagner notre clientèle. »

En savoir plus ?

Écoutez l’épisode sur la facturation électronique B2B.

Un abonnement pour fidéliser sa clientèle, se réinventer en période de crise et acheter mieux : Emna Everard a vu juste pour lancer et pérenniser sa start-up bruxelloise.

Née dans une famille de médecins spécialisés en diététique, Emna Everard sait ce que signifie manger sainement. « À 12 ans, je décryptais déjà les étiquettes des emballages. Mon rêve était de réussir à ouvrir, un jour, un supermarché où on pourrait faire ses courses les yeux fermés » se souvient-elle. 

Et puisqu'Emna Everard a l'entrepreneuriat dans le sang, c'est ce qu'elle a fait. En 2016, un peu avant la fin de ses études supérieures, elle lance le supermarché en ligne « le plus sain du marché » : Kazidomi. Ses exigences sont élevées, tant en matière de composition que de goût. Car Kazidomi trie ses produits sur le volet, permettant à sa clientèle d’acheter en toute confiance des produits sains, majoritairement bio et tournés vers le végétal.

Le programme de fidélisation

Six mois après son lancement, la croissance de Kazidomi s’accélère grâce au lancement de son programme de fidélité. Un abonnement à 59 euros qui offre des réductions de 20 à 50% sur l'ensemble des produits alimentaires, cosmétiques ou d'entretien disponibles en ligne. Rentabilisation et économies garanties.

S’en suit une première levée de fonds de 50.000 euros en 2017. Kazidomi grandit, étend la taille de son stock et développe son marketing. Emna Everard engage ses deux premiers collaborateurs. Le chiffre d’affaires augmente vite et explose littéralement pendant la crise du Covid. « Les consommateurs avaient soudain le temps de réfléchir à leur santé et à leur bien-être et faisaient l’essentiel de leurs achats en ligne » ajoute-t-elle.

Comment se réinventer ?

L’après crise constitue un tournant. « Kazidomi a dû se réinventer. Nous voulions trouver une stabilité financière et éviter toute dépendance à des moyens externes » poursuit Emna Everard. Avec ses équipes, elle mène une réflexion sur la structure des coûts, l’efficience opérationnelle et le marketing. L’objectif n’est plus la croissance à tout prix, mais bien la pérennité et la santé financière de l’entreprise, grâce à une réorganisation intelligente.

Deux acquisitions vont ensuite permettre à Kazidomi de relancer sa croissance, en créant des synergies porteuses : « Smart Fooding » en août 2022 et « Bébé au Naturel » quelques mois plus tard. Une entité spécialisée dans les produits sains pour les bébés et leurs parents. « Avec Bébé au Naturel, nous avons doublé le volume de colis envoyés » complète Emna Everard. « Cela nous a permis d’obtenir un meilleur tarif auprès de nos transporteurs et de réduire les coûts ».

Une banque réactive et à l’écoute

En tant que banquier de la start-up bruxelloise, BNP Paribas Fortis lui a accordé trois crédits à son lancement, entre 2016 et 2019. Un soutien qui coulait de source, les engagements de Kazidomi en matière d’objectifs ESG (Environnemental, Sociétal et Gouvernance) cadrant parfaitement avec la stratégie de la banque. « Nous avons intégré le programme Innovation Hub de BNP Paribas Fortis et notre chargé de relation - qui connaissait très bien le milieu des start-ups - s'est montré immédiatement enthousiaste et très à l'écoute. Il a cru en notre projet, l'a suivi de près, nous a conseillé de participer à une série d'événements pour rencontrer d'autres acteurs dont le parcours et le profil est intéressant pour nous », explique l’Entrepreneure de l’année 2019.

Mais le soutien ne s’est pas arrêté là. « En décembre 2022, c’est grâce à BNP Paribas Fortis, entre autres, que nous avons pu acquérir « Bébé au Naturel ». Des start-ups comme Kazidomi ont besoin d’une grande réactivité de la part de leur banque. Quand il y a une entreprise à racheter, une opportunité, les choses doivent aller vite. Analyse du dossier, mise à disposition des fonds : BNP Paribas Fortis a toujours été réactif et enthousiaste et nous a soutenu dans 99% de nos demandes » s’enthousiasme la CEO.

Huit ans après son lancement, Kazidomi livre 4.000 produits partout en Europe. La start up belge réalise 90% de ses ventes via son site web et 10% via des revendeurs externes, comme Delhaize.

Kazidomi a également lancé sa propre marque «Kazidomi», qui propose 200 produits. «En travaillant en direct avec les producteurs, nous pouvons proposer les produits les plus qualitatifs possibles, au meilleur prix».

https://www.kazidomi.com/fr

Kazidomi est prêt à changer le monde. Découvrez d’autres histoires fascinantes de chefs d’entreprise.

Cosucra investit dans la décarbonation de ses processus de production. L’accent est mis sur les fibres & protéines végétales à base de chicorée et de pois, pour une alimentation saine et moins polluante.

L’entreprise hennuyère Cosucra existe depuis 1852. L’entreprise garde une taille relativement petite avec 365 employés, mais les activités ont changé au fil du temps. À partir des années 80, la transformation des betteraves sucrières a été remplacée par celle de chicorée et de pois jaunes. Le sucre a été remplacé par de l’inuline et de la protéine de pois.

« De nombreuses familles ont peu de temps pour préparer un repas frais chaque jour. Nos produits permettent à l’industrie de leur proposer des repas faciles, rapides et nutritifs » explique Eric Bosly, CEO de Cosucra. « Les nutritionnistes soulignent l’importance des fibres et des protéines végétales pour la santé, et un tel régime a aussi une influence positive sur notre empreinte écologique. »

Nouveaux investisseurs

Pour aller plus loin dans la décarbonation, l’entreprise a lancé en 2023 un plan d’investissement de sept ans d’un montant de 150 millions d’euros. « Nous nous sentons fort concernés par la crise climatique, et nous voulions donc accélérer cette transition » déclare Eric Bosly. « C’est pourquoi nous avons fait appel à trois investisseurs qui partagent nos valeurs et sont prêts à s’engager à long terme. »

Relation sur le long terme

Cosucra et BNP Paribas Fortis collaborent depuis longtemps. « BNP Paribas Fortis nous a soutenus dans notre expansion au Danemark et aux États-Unis. Il est très important d’avoir un seul et même interlocuteur pour la mise en place de la structure financière des filiales, l’ouverture de comptes à l’étranger, etc. Nous nous réunissons régulièrement, ce qui nous permet de compter sur l’expertise d’équipes spécialisées dans l’industrie alimentaire. Leur vision macro est un beau complément à celle des account managers locaux qui connaissent bien nos activités. »

Des conditions de marché identiques

Les efforts fournis par Cosucra permettront de réduire les émissions de CO2 de 55% d’ici trois ans. La décarbonation n’est qu’un de combats d’Eric Bosly. « Nous plaidons pour les mêmes conditions de marché que pour les protéines animales. Pourquoi, par exemple, une TVA de 20% est-elle appliquée au lait à base de pois alors que le lait de vache relève de la TVA à 6% ? Les produits d’origine végétale sont, en outre, plus chers, parce que vous ne pouvez pas réaliser d’économies d’échelle en raison des quantités plus faibles. Compte tenu de tous les « effets externes négatifs » des produits animaux, tant sur la santé que sur l’environnement, notre secteur mérite un soutien jusqu’à ce que nous atteignions une certaine ampleur. »

Changement de mentalité

Le chef d’entreprise déplore la façon dont le commerce de détail utilise la viande comme produit d’appel, en réduisant ses marges pour offrir un prix attractif aux consommateurs. « En période d’inflation, cette différence de prix est d’autant plus préjudiciable pour nous. Un changement de mentalité est donc vraiment nécessaire. Les nutritionnistes disent qu’une portion hebdomadaire de 200 à 250 grammes de viande suffit pour en tirer les bienfaits nutritionnels, sans les effets négatifs. Mais actuellement, la plupart des Belges consomment plutôt 200 grammes de viande par jour. »

Éric Bosly estime aussi que la concurrence des produits agricoles importés est un obstacle. « Le Pacte vert pour l'Europe vise à réduire de moitié les intrants, ce qui entraîne notamment l’interdiction de nombreux herbicides. Les agriculteurs devraient être accompagnés dans cette transition. Et une entreprise comme Cosucra, qui achète des chicorées et des pois dans un rayon de 200 kilomètres, ne joue pas à armes égales avec la forte concurrence chinoise. »

Cosucra est prêt à changer le monde. Découvrez d’autres histoires fascinantes de chefs d’entreprise.

Discover More

Contact
Close

Contact

Pourriez-vous répondre aux questions ci-dessous ? Nous pourrons vous répondre ainsi plus rapidement. Merci d'avance.

Vous êtes indépendant, exercez une profession libérale, démarrez ou dirigez une petite entreprise locale. Rendez-vous sur notre site dédié aux professionnels.

Vous êtes un particulier ? Rendez-vous sur notre site dédié aux particuliers .

Votre entreprise / organisation est-elle cliente de BNP Paribas Fortis ?

Mon organisation est servie par un chargé de relation :

Votre message

Tapez le code indiqué dans l'image :

captcha
Check
La Banque traite vos données à caractère personnel conformément à la Déclaration Vie Privée de BNP Paribas Fortis SA.

Merci

Votre message a bien été envoyé.

Nous vous répondrons dans les plus brefs délais.

Retour à la page en cours›
Top