Article

14.07.2017

Ne pas lésiner sur sa Corporate Social Responsibility

BNP Paribas Fortis se veut une banque responsable et passe à l’acte. Elle propose à ses collaborateurs de prêter leurs compétences à des entreprises sociales. Illustration.

La génération Y nous le fait savoir en suffisance : pour être séduite par un employeur et maintenir avec lui un lien durable, elle doit partager ses valeurs. Les collaborateurs mais aussi les clients sont en quête de sens. Une entreprise ne peut être durable qui si sa manière de travailler l’est à tous les niveaux : clients, fournisseurs, actionnaires et bien sûr collaborateurs.

Wilfried Remans, Responsable CSR & Public Affairs de BNP Paribas Fortis :

« Conscients d’avoir un impact sur les clients et le personnel, mais aussi sur l’économie, l’environnement et la société, nous nous investissons beaucoup pour devenir une banque responsable. Cela se traduit en codes de conduite et en choix concrets, inscrits dans notre stratégie depuis de nombreuses années. »

Quelques exemples : fonds répondant aux critères ESG (Environnement, Social, Gouvernance), diversification d’activités avec le conseil énergétique auprès des entreprises clientes, création d’un écosystème autour des entrepreneurs sociaux, du microcrédit, aide aux jeunes défavorisés.

« Toutefois, nous avons encore du chemin à parcourir pour que le personnel en soit conscient, y croie et défende l’approche. Certes, notre réputation est à faire mais nous préférons que notre contribution à l’économie sociale parle d’elle -même au travers de nos réalisations internes et externes », ajoute Wilfried Remans.

Le savoir mais surtout le vivre

BNP Paribas Fortis a donc décidé de permettre à ses collaborateurs de faire leur propre expérience et a imaginé plusieurs projets d’accompagnement à dimension sociale. Pendant plusieurs mois, un groupe de travail constitué de représentants de différents métiers est mis à la disposition d’un entrepreneur social. Soit celui-ci est en manque de moyens, soit il a besoin d’expertise. 

Initiative dont a bénéficié TRAVIE, une organisation qui met au travail des personnes handicapées.

« Il faut que le projet soit bien défini, que nous puissions offrir une valeur ajoutée et que les membres de notre groupe puissent répondre aux besoins auxquelles l’organisation est confrontée, en matière de stratégie, de financement, de marketing, d’organisation… », précise le responsable CSR de la banque.

Prêter son expertise renforce son appartenance à l’employeur

« Des managers d’une institution financière qui travaillent avec des entrepreneurs sociaux, ce conflit entre deux cultures et deux univers très différents peut être très profitable et donner naissance à quelque chose de fantastique à de nombreux niveaux », se réjouit Wilfried Remans.

Jean-Francois Vanderschrick est Responsable Data Analytics Commercial Banking chez BNP Paribas Fortis et fait partie de l’équipe détachée auprès de TRAVIE :

« J’ai eu l’occasion de me glisser dans la peau du responsable, de contribuer au développement de l’entreprise. Ce trajet m’a permis de m’éloigner de mon objectif habituel et de développer mon réseau. C’est une expérience à laquelle je suis fier et heureux d’avoir participé. Et puis, c’est très émouvant de rencontrer les gens sur place et de réaliser l’importance que notre travail représente pour eux. »

Pour la banque, c’est aussi l’occasion de permettre aux collègues de tester, en un laps de temps très court, la nouvelle méthode de travail ‘agile’, axée sur la confiance, l’autonomie et le feedback.

La magie opère 

TRAVIE, un des plus gros acteurs parmi les 12 présents dans la Région de Bruxelles-Capitale, emploie 335 personnes handicapées et fait principalement du conditionnement. Un produit actuellement délaissé au profit du vrac, plus écologique. Même si l’organisation rémunère son personnel grâce aux subsides publics, ceux-ci ne contribuent qu’à payer deux tiers des salaires.

 « Cette entreprise à vocation sociale, poursuit aussi une finalité économique. Ses responsables cherchaient à développer leurs portefeuilles de clients et de commandes. Après avoir étudié la question, notre équipe leur a proposé de nouvelles idées de prospection, de positionnement sur le marché, plusieurs pistes de diversification des activités et de sources de revenus », témoigne Jean-Francois Vanderschrick, satisfait de cette aventure humaine.

Jean-François Ghys, Directeur Général de TRAVIE, avoue :

« Je ne nierais pas avoir fait preuve d’un certain scepticisme au départ. Qu’est-ce que cette équipe allait pouvoir faire pour nous en quelques mois à peine ? Mais tout de suite, j’ai senti que le courant passait. Les membres se sont déplacés pour se rendre compte du terrain, ont posé un tas de questions face à un monde qu’ils connaissaient moins. Ils nous ont ouvert les yeux et ont fait évoluer nos idées. Une enquête a notamment été conçue afin de sonder la satisfaction de la clientèle, détecter les nouveaux besoins et évaluer le potentiel d’autres produits. Bref, une initiative très enrichissante pour nous,»

En encadré

Main-d’œuvre qualifiée souvent méconnue des entreprises

« De plus en plus d’entreprises disent vouloir travailler avec des organisations sociales mais en réalité seules quelques-unes d’entre elles seraient effectivement prêtes à s’engager dans cette voie », souligne Jean-François Vanderschrick.

A la base de cette réticence, un problème d’image. L’ancien ‘atelier protégé’ TRAVIE a été créé, au départ, pour donner du travail aux personnes handicapées et leur offrir une vie la plus normale possible. Entre-temps, il a évolué vers une organisation soucieuse de servir et de fidéliser ses clients de toute taille : les plus grandes entreprises mais aussi les start-up dont elle a à cœur de soutenir la croissance.

TRAVIE veille à pérenniser son business et, pour rester compétitive, entend offrir un service à valeur ajoutée : conditionnement, mise sous pli, montage notamment de vélos électriques, à priori hors de portée des moins valides.

« Les jobs sont bien sûr adaptés au degré d’handicap et à la performance de chacun. Nous restons tiraillés entre notre mission sociale et la réalité économique, intervenant dès que nous constatons le moindre inconfort chez l’un de nos travailleurs. Nous découpons la mission en tâches simples et développons des gabarits pour que le travail leur devienne accessible », souligne le directeur.

Et celui-ci de conclure :

« Ce n’est qu’après avoir analysé le service, la qualité, le respect des délais et le tarif, et avoir reçu à cet égard tous leurs apaisements que les clients se disent contents de faire travailler des personnes porteuses d’un handicap. Cette réserve est légitime. Peu connaissent ce monde et ceux qui peuvent l’appréhender via un membre de leur famille le gardent pour eux ».

(Sources: TRAVIE, BNP Paribas Fortis)

Article

17.02.2023

Biométhane du Bois d’Arnelle : le biogaz wallon, chaînon de la transition énergétique

Produire du biogaz grâce à la fermentation de déchets agricoles ? Cela se passe chez Biométhane du Bois d’Arnelle, l’unité de production la plus importante de notre pays située dans le Hainaut.

Trois vastes dômes gris et un toit conique s’élèvent désormais dans la campagne hennuyère, à Frasnes-lez-Gosselies. Il s’agit d’une unité de production de biogaz. Son créateur et patron, Jérôme Breton, a mis 12 ans à faire aboutir ce projet, faute de cadre légal et administratif. Mais aujourd’hui, l’unité tourne et produit 70.000 MWh d’énergie.

Transformer les déchets agroalimentaires en biométhane

« Nous recyclons des déchets agroalimentaires et des matières agricoles, effluents d’élevage, pailles, feuilles de betterave, épluchures, etc. provenant d’un rayon de 15 km autour du site », lance Jérôme Breton. « Nous travaillons avec une centaine d’agriculteurs pour qui cela représente un revenu complémentaire. Dans les digesteurs, des cuves en béton chauffées à 40°C, les bactéries digèrent la matière  et produisent du biogaz, constitué à 45 % de CO2 et à 55 % de CH4 méthane. C’est ce biométhane que nous récupérons par filtration, avant de l’injecter dans le réseau de distribution de gaz naturel. La matière fermentée ou digestat, un liquide noir riche en matière organique, très nutritif pour les cultures, est épandu comme engrais dans les environs, où il permet de stocker durablement du CO2 dans les sols et remplace complètement les engrais chimiques. »

Un rendement imbattable

Environ 15% du biogaz est transformé en électricité et en chaleur dont la moitié servent aux besoins propres de l’unité. Les 85% restant sont épurés pour former le biométhane. Une fois injecté dans le réseau, ce biométhane peut être utilisé comme carburant, combustible, ou encore comme matière première pour la pétrochimie. Il peut aussi faire tourner des turbines, et la chaleur générée peut être récupérée, comme sur le moteur d’une voiture. « Alors qu’un moteur de cogénération, qui produit simultanément électricité et chaleur, a un rendement total allant de 40 à 80%, notre système permet d’injecter dans le réseau 99,5% du biogaz produit », calcule le jeune exploitant. « Dans un réseau de distribution, la pression varie. L’infrastructure peut ainsi absorber des injections sans aucun besoin d’investissements supplémentaires pour les stocker. »

Cultiver pour valoriser

L’entreprise cultive également maïs, betteraves et céréales pour les valoriser en biogaz : « nous avons fait le choix délibéré de cultiver 600 hectares de cultures énergétiques pour apporter une voie de diversification complémentaire aux agriculteurs. Cela représente 30 % de notre matière première. Cette récolte est stockée pour nous permettre de ‘lisser’ les apports dans nos digesteurs, qui dépendent de l’activité agricole et agroalimentaire, par nature saisonnière. »

BNP Paribas Fortis, la seule banque à disposer de compétences aussi pointues

Pour Jérôme Breton, le projet n’aurait pu voir le jour sans le soutien de BNP Paribas Fortis. « Nous n’aurions pas obtenu les financements sans le travail de leur expert. C’est la seule banque qui dispose, en interne, de compétences aussi pointues. Les analyses et éléments qu’il nous a fournis ont d’ailleurs servi à tous les autres partenaires  ! Une relation de confiance forte s’est tissée, et perdure aujourd’hui. Dans mon modèle, je ne voulais pas travailler et vivre sous perfusion d’argent public, et dans le même temps je souhaitais produire à prix corrects. Nous produisons et vendons notre biométhane à 100 euros le mégawatt/h, alors que les prix sur le marché ont frôlé 350 euros en août dernier. »

Succès d’entrepreneurs

Chez BNP Paribas Fortis, nous sommes particulièrement fiers de soutenir des entrepreneurs passionnés et inspirants. Car construire ensemble l'entrepreneuriat de demain, c'est ça aussi le Positive Banking !

Article

15.02.2023

Elessent EMEAI : des solutions pour produire plus propre

Rendre l’industrie chimique plus respectueuse de l’environnement et plus durable : c’est ce que fait Elessent EMEIA grâce à des méthodes innovantes et des process de production plus propres.

« Notre mission est de créer des process de production plus propres et décarbonés pour nos clients. L’innovation se trouve donc au cœur de notre activité », explique d’emblée Sara Alvarez, Finance Manager auprès d’Elessent EMEAI. « Ce sont des alternatives moins polluantes aux méthodes industrielles traditionnelles. Cela permet à nos clients de continuer à élaborer des produits indispensables à nos vies de tous les jours tout en minimisant fortement leur impact sur l’environnement, notamment pour les polluants et les émissions de CO2. »

4 technologies phares

Les industries des métaux, des fertilisants, de la chimie et de la raffinerie constituent l’essentiel des clients de l’entreprise, capable de livrer des sites de production entiers clé en main. « Tjaart Van Der Walt, Director d’Elessent EMEAI : « nous disposons de quatre technologies phares. La première concerne la fabrication d’un composé extrêmement utilisé dans l’industrie, des fabricants d’engrais aux usines de pigments : l’acide sulfurique. On l’obtient par la combustion de soufre. Notre expertise de 90 ans dans ce domaine couvre la conception de sites - nous en avons livré plus d’un millier -  et de process ainsi que la récupération d’énergie. Ces procédés seront essentiels à la production de batteries plus propres. »

De la qualité et du rendement en plus

La société détient également des technologies d’alkylation (une réaction couramment utilisée en chimie organique), permettant de produire des carburants à haut indice d’octane, qui rendent certains moteurs plus efficaces. Ces composés sont précieux pour les secteurs de la pétrochimie et de la raffinerie. « Nous opérons sur plus d’une centaine de sites d’alkylation dans le monde », continue Tjaart Van Der Walt. « Et 25 sites d’hydrotraitement des hydrocarbures. Il s’agit là d’une étape cruciale du raffinage du pétrole, qui en ôte certains éléments, réduisant par exemple la teneur en soufre et en azote, pour en améliorer la stabilité. Notre technologie exclusive d’hydrocraquage doux permet de récupérer plus de valeur du pétrole brut. »

À ces procédés permettant d’optimiser la qualité et le rendement d’hydrocarbures, l’entreprise ajoute des technologies dites de « lavage humide », très performantes dans le traitement des fumées.

Un soutien financier et une vraie expertise de notre secteur

« Nos activités se développent à l’échelle globale. Pour accompagner notre expansion internationale, nous avons besoin du soutien constant de notre banque, BNP Paribas Fortis, qui en plus des aspects financiers, apporte son expertise poussée de notre secteur », relate Sara Alvarez. « Cette coopération est par exemple cruciale au Maroc, en Tunisie, en Inde et en Afrique du Sud. Pour nos investissements de long terme dans ces pays, nous bénéficions des conseils de notre banque, notamment en matière de moyens et garanties de paiement : transactions sécurisées, lettres de crédit, etc. Idem pour la couverture du risque de change, essentielle dans le contexte actuel de volatilité. Ce partenariat nous permet de poursuivre notre expansion internationale. »

Succès d’entrepreneurs

Chez BNP Paribas Fortis, nous sommes particulièrement fiers de soutenir des entrepreneurs passionnés et inspirants. Car construire ensemble l'entrepreneuriat de demain, c'est ça aussi le Positive Banking !

Article

15.02.2023

Nitto Belgium, champion mondial des entreprises les plus durables !

Fondée en 1974 à Genk, Nitto est aujourd’hui l’une des entreprises les plus durables au monde. Et d’ici 2045, l’entreprise compte bien être totalement neutre en carbone… soit cinq ans avant l’Europe !

Exemplaire sur le plan durable, Nitto et ses produits restent peu connus du grand public. « Logique, car nous travaillons dans le segment B2B », explique Sam Strijckmans, CEO de Nitto pour la zone Europe, Moyen-Orient et Asie (EMEA). « Nos produits sont surtout utilisés dans les processus de production ou comme élément constituant d’un produit fini, donc pas en lien direct avec le consommateur final. À Genk, nous produisons, par exemple, des rubans adhésifs industriels utilisés dans les voitures et toute une série d’autres applications. Voilà pourquoi notre existence semble imperceptible ! »

Ordinateurs portables, tablettes et smartphones

Pourtant, la présence du groupe Nitto est bien réelle dans notre quotidien. Plus de 50% de son chiffre d’affaires mondial est lié à l’électronique de consommation. « En effet, nous produisons des films polarisants pour tous les appareils électroniques à écran, tactile ou non : écrans plats, ordinateurs portables, tablettes, montres connectées ou smartphones (pliables). Cela signifie que la plupart des grands fabricants de téléphones mobiles sont clients chez nous », poursuit-il. Mais ce n’est pas tout : Nitto fournit aussi les industries automobile, pharmaceutique, métallurgique, celles du verre, de l’ameublement ou des soins aux personnes. Au total, la gamme de Nitto compte plus de 13.500 produits pour des secteurs très divers.

Médaille de platine

Début 2022, Nitto Belgium a décroché la médaille de platine d’EcoVadis, une agence de notation qui évalue la durabilité des entreprises. « Cela nous place parmi les entreprises les plus durables au monde. Nous sommes très engagés dans le pacte vert pour l’Europe, un ensemble d’initiatives visant à rendre l’Union européenne climatiquement neutre en 2050. En réalité, nous sommes plus ambitieux que l’UE, puisque notre objectif est d’être totalement neutres en carbone d’ici 2045 ! », soutient Sam Strijckmans, fermement convaincu que durabilité et entrepreneuriat peuvent parfaitement aller de pair. « Notre planète abrite assez d’énergie, sous forme d’eau, de soleil et de vent, pour répondre à tous nos besoins. Le défi ? Capter, stocker et distribuer cette énergie. La réponse passe par l’innovation technologique, à laquelle contribue Nitto ! »

Optimiser les processus de production

Nitto améliore sans cesse ses processus de production pour les rendre plus respectueux de la planète. « La production de films de protection et de rubans adhésifs est un bon exemple. La colle utilisée est fabriquée à base de solvants pétroliers ; quand elle sèche, ces solvants s’évaporent. Nous avons donc adopté une méthode qui permet de distiller de nouveaux solvants à partir de ces vapeurs et de les réinjecter dans le circuit. On récupère ainsi 60% des solvants usagés ! Prochainement, nous allons éliminer toute émission, en remplaçant les solvants pétroliers par de la matière non organique, mais ce processus est en phase d’expérimentation », détaille-t-il. Côté électricité, le groupe Nitto EMEA mise sur le 100% vert. « Mais nous voulons aller plus loin ! Le vrai défi n’est pas d’acheter de l’électricité verte, mais bien de diminuer nos besoins en énergie. » Nitto réduit également l’empreinte écologique de son personnel, notamment via une car policy verte et des vélos de leasing électriques. « C’est à la portée de chaque entreprise ! », insiste-t-il.

Des produits moins énergivores

Autre défi majeur pour Nitto : développer et offrir des solutions plus durables à ses clients.
« Prenons un exemple. Au dos des réfrigérateurs se trouve un évaporateur, qui ressemble à une grille. Ce composant se givre parfois, ce qui active un élément chauffant dont le rôle est de le dégivrer. Mais cela consomme beaucoup d’énergie. Nous avons donc mis au point un revêtement, appliqué sur l’évaporateur, qui permet de réduire le risque de givrage. Résultat : l’élément chauffant est moins souvent activé et la consommation baisse. Pour un réfrigérateur, cela peut représenter une réduction de 165 grammes de CO2 par jour, soit 60 kilos par an. Cela peut sembler infime, mais cela concerne deux millions de frigos européens, c’est-à-dire une diminution totale de 120.000 tonnes d’émissions de CO2 par an », affirme le CEO de Nitto EMEA.

La durabilité ancrée dans l’ADN 

BNP Paribas Fortis est le partenaire financier de Nitto depuis des décennies. Un choix logique selon Sam Strijckmans : « la banque partage notre philosophie de respect de l’environnement. Comme pour nous, la durabilité est ancrée dans leur ADN. Le nouveau siège de BNP Paribas Fortis, quasi neutre en énergie, en est la preuve. Pareil pour l’investissement socialement responsable (ISR), grâce à une gamme aussi large que possible de produits financiers durables. En parallèle, la banque est une source active d’inspiration pour nous, par exemple, via l’organisation de séminaires et des forums sur le leadership éco conscient. »

Succès d’entrepreneurs

Chez BNP Paribas Fortis, nous sommes particulièrement fiers de soutenir des entrepreneurs passionnés et inspirants. Car construire ensemble l'entrepreneuriat de demain, c'est ça aussi le Positive Banking !

Article

15.02.2023

Farming for Climate : l’agroécologie, une réponse locale au réchauffement climatique

Face aux défis environnementaux, Farming for Climate soutient la transition agroécologique des agriculteurs belges en mobilisant des moyens financiers auprès d’entreprises nationales, dont BNP Paribas Fortis.

« Maman, papa, comment agir pour le climat ? » Cette question aura servi d’étincelle à la création de Farming for Climate, une ASBL fondée par une douzaine de parents issus du monde de l’entreprise. L’ambition ? Offrir plus de moyens aux agriculteurs pour inciter et accélérer leur transition vers l’agroécologie. « Suite aux marches pour le climat initiées par les jeunes en 2018, nous nous sommes demandé comment jouer un rôle actif à notre échelle. Comment contribuer localement à lutter contre le réchauffement climatique, la perte de la biodiversité et leurs conséquences  ?», explique Christophe Adant, impact entrepreneur chez Farming for Climate.

Prendre soin de l’humain et de la nature

La réflexion a commencé autour de paniers bio. Mais en remontant la filière, ces bénévoles ont réalisé que favoriser l’agroécologie pouvait générer un impact bien plus important. « Dans la crise climatique, l’agriculture est à la fois victime et en partie responsable, puisqu’elle génère 20 à 25% des émissions de gaz à effets de serre, mais souffre en même temps de l’assèchement des sols, des inondations, etc. », poursuit-il. « Mais le secteur agricole fait partie de la solution : l’agroécologie est une manière intelligente de pratiquer l’agriculture, qui prend à la fois soin de l’humain et de la nature. Cela permet, entre autres, de capter ou éviter près de 3 tonnes de CO2 par hectare et par an. Et cela produit aussi des bénéfices en matière de restauration de la biodiversité, de préservation de la qualité des sols, de gestion de l’eau, de production d’une alimentation saine et locale, etc. Voilà pourquoi nous avons souhaité soutenir nos agriculteurs désireux d’emprunter le chemin de la transition agroécologique. »

Franchir le cap de l’agroécologie

Concrètement, Farming for Climate propose aux entreprises de soutenir financièrement des projets de transition menés par des fermes belges. « Le soutien se matérialise par du conseil spécialisé, mais aussi des investissements en matériel, arbres, semences, etc. Il faut également pallier la perte de rendement pendant la période de transition, de trois à cinq ans. Enfin, nous créons une vraie communauté d’agriculteurs en transition, de nature à générer des synergies, inspirer ou encore vaincre la peur du changement », détaille Christophe Adant. Et du côté des entreprises sponsors, cela équivaut à un engagement à impact concret, immédiat et local. « Planter des arbres à l’autre bout de la planète, c’est bien. Mais nos sols, nos haies et nos vergers ont aussi besoin du soutien de nos entreprises ! »

BNP Paribas Fortis, engagé aux côtés de Farming for Climate

Un message bien reçu par BNP Paribas Fortis, qui s’est engagé aux côtés de Farming for Climate. « La banque a créé des produits financiers, desquels elle rétrocède une partie du bénéfice pour financer des projets de transition menés par une dizaine de fermes belges, soit près de 443 hectares. Autrement dit, le client de la banque, qui choisit ce produit, contribue localement au changement », précise-t-il. En plus de cet impact, cela permet de créer du lien et des synergies entre agriculteurs et entreprises… « Un exemple ? Un brasseur wallon qui a intégré la production agricole de la ferme soutenue dans sa chaine de valeur, pour produire une bière 100% locale et qui capte du carbone. » La boucle est bouclée, mais Farming for Climate, engagée dans les différents plans « verts » régionaux et européens, ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. « D’ici 2030, nous voulons aider 1000 fermes en transition, c’est-à-dire capter et éviter 300.000 tonnes de CO! »

Succès d’entrepreneurs

Chez BNP Paribas Fortis, nous sommes particulièrement fiers de soutenir des entrepreneurs passionnés et inspirants. Car construire ensemble l'entrepreneuriat de demain, c'est ça aussi le Positive Banking !

Discover More

Contact
Close

Contact

Pourriez-vous répondre aux questions ci-dessous ? Nous pourrons vous répondre ainsi plus rapidement. Merci d'avance.

Vous êtes indépendant, exercez une profession libérale, démarrez ou dirigez une petite entreprise locale. Rendez-vous sur notre site dédié aux professionnels.

Vous êtes un particulier ? Rendez-vous sur notre site dédié aux particuliers .

Votre entreprise / organisation est-elle cliente de BNP Paribas Fortis ?

Mon organisation est servie par un chargé de relation :

Votre message

Tapez le code indiqué dans l'image :

captcha
Check
La Banque traite vos données à caractère personnel conformément à la Déclaration Vie Privée de BNP Paribas Fortis SA.

Merci

Votre message a bien été envoyé.

Nous vous répondrons dans les plus brefs délais.

Retour à la page en cours›
Top