Contact
Close

Contact

Plainte

Pourriez-vous répondre aux questions ci-dessous ? Nous pourrons vous répondre ainsi plus rapidement. Merci d'avance.

Votre entreprise / organisation est-elle cliente de BNP Paribas Fortis ?

Mon organisation est servie par un chargé de relation :

Votre message

Merci

Votre message a bien été envoyé.

Nous vous répondrons dans les plus brefs délais.

Retour à la page en cours›
Actualités

20.06.2017

L’économie des gagnants

Dans son nouveau livre, Koen de Leus, économiste en chef de BNP Paribas Fortis, fait le point sur les défis et opportunités de la révolution digitale.

"La productivité n’est pas tout, mais à long terme, elle est presque tout". Ces paroles sont de Paul Krugman, lauréat du Prix Nobel d’économie en 1992.

Les progrès technologiques qui sont à la base de la croissance de la productivité des 250 dernières années ont provoqué une explosion de prospérité. Sans les révolutions industrielles qui se sont succédé à partir du XVIIIe siècle, nos conditions de vie ressembleraient encore à celles du Moyen Âge.

La digitalisation a donné le coup d’envoi de la quatrième révolution industrielle. Tout change autour de nous : la manière dont nous communiquons, faisons nos courses, écoutons de la musique, et gérons nos finances. Les voitures autonomes – et même les voitures volantes – ne sont plus des rêves lointains. Aujourd’hui, des robots prodiguent des soins aux résidents de maisons de repos, et Amazon a livré cette année son premier colis à l’aide d’un drone.

 

PANNE DE CROISSANCE DE LA PRODUCTIVITE

Mais la hausse promise de la productivité se fait attendre. Pourquoi ? Parce que la plus grande valeur ajoutée des technologies digitales se retrouve au niveau des consommateurs, qui bénéficient de produits et de services de meilleure qualité. Notre bien-être s’est nettement amélioré. Mais les producteurs restent sur leur faim. Les nombreux produits gratuits ne génèrent pas de hausse du PIB et donc de la productivité. Les entreprises lancent aujourd’hui des produits totalement révolutionnaires, mais l’innovation au niveau des processus de production et de l’organisation se fait attendre, contrairement aux précédentes révolutions industrielles.

Les gains estimés des nouveaux écosystèmes – commerce en ligne, économie de partage et internet des objets – sont gigantesques. D’après le géant industriel General Electric, nous pouvons nous attendre, au cours des vingt prochaines années, à ce que les économies réalisées, les nouveaux produits et services et les gains d’efficacité augmentent le PIB de 0,6 à 1% par an. Mais les nouvelles technologies comme le big data, l’intelligence artificielle et l’impression 3D sont complexes. Nous nous trouvons aujourd’hui dans la phase d’investissement. La phase de mise en œuvre se produira dans quelques années. Entretemps, la concurrence arrive de partout. Dans un monde digital, les frontières physiques ont tendance à s’estomper. Grâce aux technologies – devenues bon marché – il n’a jamais été aussi facile de devenir entrepreneur. Il suffit d’un ordinateur et d’une connexion internet pour avoir le monde à ses pieds.

INVESTIR 4.0

Les changements rapides que subit notre environnement modifient les règles pour les investisseurs. Ces dernières décennies, le cycle de vie des entreprises est passé de 40-50 ans à moins de 20 ans. Auparavant, les sociétés connaissaient leurs concurrents. Aujourd’hui, ces derniers émergent partout, et de manière totalement inattendue. Les industries du voyage et de la musique ont été bouleversées. Les secteurs de la distribution et de l’automobile sont aujourd’hui dans le collimateur. Demain, ce sera le tour des banques et de nombreux autres secteurs. Personne n’y échappera. Développer lentement une activité pour conserver ensuite sa part de marché fait désormais partie du passé. Le « stock picking » est devenu un exercice de haute voltige tandis que la diversification est plus importante que jamais. Et… c’en est fini du ‘buy and hold’.

La démocratisation de l’entrepreneuriat ne signifie pas pour autant que les inégalités se réduiront. Il y a beaucoup d’appelés et peu d’élus. Dans l’économie digitale, c’est l’effet réseau qui s’impose désormais: plus le nombre d’utilisateurs de Facebook ou de clients d’Amazon.com augmente, plus ces entreprises deviennent intéressantes pour les nouveaux utilisateurs. Le leader du marché s’approprie la plus grosse part du gâteau, tandis que les autres doivent se contenter des miettes. Le monde digital est une économie des gagnants où les super-stars et les super-entreprises s’approprient la majeure partie des gains.

AUGMENTATION DES INEGALITES

Cette situation risque d’entraîner une hausse des inégalités. Au cours des trente dernières années, la mondialisation et l’automatisation avaient garanti une répartition plus équitable des richesses. Des centaines de millions de Chinois sont sortis de la pauvreté. Ces progrès sont allés de pair avec une érosion de la classe moyenne occidentale, qui a perdu ses emplois industriels bien payés et a dû se reconvertir dans le secteur des services, beaucoup moins lucratif. Le niveau de frustration augmente. Trump, le Brexit et l’émergence de partis extrémistes en sont la manifestation.

Viennent s’ajouter les robots intelligents qui menacent bien d’autres emplois. Une estimation conservatrice de l’OCDE avance le chiffre de 9% d’automatisation totale, et de 25% d’automatisation partielle de tous les emplois au cours des dix prochaines années. Dans la phase transitoire vers une économie totalement digitalisée, cette situation pourrait provoquer une hausse du taux de chômage. Les entreprises et les pouvoirs publics doivent mettre tout en œuvre pour limiter cette hausse autant que possible.

La formation continue doit devenir la norme. Les entreprises ne garantiront plus un emploi à vie, mais une employabilité à vie. Les syndicats devront encourager les travailleurs dont l’emploi est menacé à suivre des formations. Les pouvoirs publics auront le devoir d’accompagner de manière active (bien plus active qu’actuellement) les victimes de cette vague d’automatisation dans leur recherche d’un nouveau défi. Les politiciens doivent prendre leurs responsabilités. Dans le cas contraire, ils ouvriront toute grande la voie aux populistes.

Actualités

11.12.2018

Fin des fichiers CIRI pour les ordres de paiement

Dans un souci de modernisation des standards interbancaires, le format CIRI a été abandonné par BNP Paribas Fortis pour les ordres de paiement. Tous vos virements collectifs en euros doivent donc nous parvenir sous forme de fichiers XML. Il est également recommandé d’utiliser le format XML pour vos virements dans une autre devise. Précisions, calendrier et conséquences. Lisez nos FAQ.


1. Qu’est-ce qu’un fichier CIRI ?

Il y a 2 types de fichier CIRI :

  • le CIRI FBF : utilisé pour les paiements nationaux en EUR ;
  • le CIRI VME : pouvant être utilisé pour les paiements en EUR au sein de l'UE ou pour les paiements en EUR dans le monde entier ou encore pour les paiements en devises étrangères dans le monde entier.
2. Quels canaux sont concernés par cette mesure ?

Il ne sera plus possible de charger des virements en format CIRI FBF ou CIRI VME sur aucun canal bancaire (Easy Banking Business, Isabel, Connexis, Swiftnet File Act, Host to Host) proposé par BNP Paribas Fortis.

3. A partir de quand la banque ne traitera plus les fichiers CIRI ?

BNP Paribas Fortis ne traitera plus ces fichiers à partir du 01/01/2020.

4. Par quoi seront remplacés les fichiers CIRI ?

Pour les paiements en EUR au sein de l'UE, le format XML est légalement obligatoire.

Pour les paiements en devises étrangères ou les paiements en EUR hors UE, le format XML et le format Swift MT101 peuvent être acceptés. Attention : Swift étudie à son tour la possibilité de remplacer ses formats MT par des formats XML. Il ne s'agit donc pas d'une solution à long terme.

Nous nous référons aux standards XML Febelfin, tant pour les SEPA Credit Transfers en EUR que pour les paiements en devises et les paiements en EUR hors UE.

5. Comment tester vos fichiers XML ?

Pour aider votre entreprise à opérer la transition vers ce nouveau format, BNP Paribas Fortis vous offre un accès gratuit à XML Solver *. Avec cet outil en ligne, développé par Azzana Consulting SPRL, vous pouvez facilement vérifier si vos fichiers de paiement ont été créés correctement.

Grâce à XML Solver, vous pouvez tester vos fichiers avant de nous les envoyer par le canal habituel. Vous êtes ainsi certain qu'ils sont entièrement conformes au format XML.

L'outil est intuitif, simple et effectue les vérifications nécessaires avant le traitement.

6. Comment activer et utiliser XML Solver ?

Pour utiliser l’outil, vous devez d'abord créer un compte utilisateur. Vous recevrez ensuite un e-mail avec votre code d'activation.

Une fois que vous avez activé votre compte, vous pouvez accéder à XML Solver via le lien suivant : http://be.sepaformatvalidation.com.

Vous pouvez y télécharger directement les fichiers XML que vous voulez vérifier. L'outil vous fournit les données suivantes après chaque vérification :

  • Un rapport détaillé des erreurs trouvées dans le fichier.
  • Des instructions pour corriger ces erreurs.

Un guide complet est à votre disposition sur la page d'accueil de l’outil. L'utilisation de XML Solver est gratuite pour les clients de BNP Paribas Fortis.

 

Vous voulez en savoir plus ?

Vous avez des questions sur XML Solver ou vous éprouvez des difficultés à l'utiliser ? N'hésitez pas à contacter le helpdesk d'Azzana à l'adresse support@azzana.net. Vous avez d’autres questions ? Dans ce cas, vous pouvez toujours prendre contact votre Cash Management Officer.
*XML Solver est un outil développé et géré en exclusivité par AZZANA Consulting SPRL. Si vous souhaitez utiliser ce service, vous devez vous inscrire directement auprès de AZZANA Consulting SPRL. Aucune entité du groupe BNP Paribas n’est responsable de XML Solver et des services qui y sont liés. Toutes les questions sur cet outil et sur les services liés doivent être adressées directement à AZZANA Consulting SPRL.
Actualités

30.11.2018

BNP Paribas Fortis désigné "Bank of the Year 2018 !"

La cérémonie annuelle des awards du magazine de renommée mondiale, The Banker, a eu lieu ce jeudi 29 novembre.

En réaction à la remise du prix, notre CEO Max Jadot a souligné que l’award illustre la forte détermination de la banque et de ses collaborateurs à satisfaire aux besoins et aux attentes de ses clients, et à relever les défis auxquels nous devons faire face dans un environnement en proie à d’énormes changements. Il a aussi insisté sur l’engagement continu de BNP Paribas Fortis dans le financement durable de l’économie belge.

Au cours de cette même cérémonie, BNP Paribas a également décroché les awards 'Bank of the Year 2018 in France' ‘Bank of the Year 2018 in Luxembourg’ et 'Bank of the Year 2018 in Western Europe'.

Actualités

23.11.2018

Devenons le moteur du changement !

Fin septembre, BNP Paribas Fortis, en tant que partenaire majeur de l'événement, a invité à SuperNova de nombreux clients, qui ont profité tant de notre réseau que de notre visibilité.

BNP Paribas Fortis veut être un véritable moteur de changement, et pas uniquement dans le domaine de la fintech ou via nos financements. Être présent à un tel événement entraîne de nombreux bénéfices pour la banque. C'est non seulement positif en termes d'image, mais cela nous permet également de renforcer nos relations avec nos clients en mettant notre réseau à leur disposition. Les premiers retours sont très positifs : les clients présents étaient ravis et apprécient ce rôle d'acteur de l'innovation que nous donnons à la banque.

A cette occasion, nous avons recueilli les témoignages de nos clients et de nos experts. Découvrez en vidéo comment nous soutenons les start-up tout au long de leur développement, notamment via nos Innovations Hubs !

BNP Paribas Fortis investit dans les start-up à différents moments clés de leur développement. Comment opérons-nous ?

L’accompagnement des start-up dans leur développement fait partie de nos priorités ! Découvrez l’exemple de Data Stories !

Au travers des Innovation Hub, nous mettons en place des solutions pour aider les start-up à se développer ! Découvrez ce  que nous leur proposons !

L’accompagnement des start-up dans leur développement fait partie de nos priorités ! Découvrez l’exemple de Twikit !

Actualités

16.11.2018

Le management humain s’impose comme une évidence !

Valorisation des talents, espace ouvert et convivial, reconnaissance ou encore collaboration : ces termes ne sont qu’une infime partie de ce que représente le management humain dans une organisation.

Une chose est sûre, le monde du travail est en perpétuel changement. Mais quelles sont les grandes tendances du marché en terme de management ? Découvrez l’interview croisé de Laurent Taskin (professeur à la Louvain School of Management – UCLouvain) et Dirk Schyvinck (consultant et auteur du livre Et si nous devenions tous centenaires demain?).

Si vous voulez en savoir plus sur ce sujet, lisez l’article complet sur bnq.lecho.be.

Source : bnq.lecho.be

Actualités

See all news

Discover More

Top