Article

13.12.2016

Comment la gamification peut favoriser la motivation

L'usure du temps se manifeste dans les couples, mais aussi en entreprise. Retrouver la flamme de l'engagement serait possible grâce au jeu et à la « gamification ». Comment ne pas s’y tromper ?

30 % des Américains se disent motivés dans leur entreprise, indique une étude Gallup. Traduction : les 70 % restants ne le sont pas. Le tort serait de croire qu’il convient de mesurer le facteur d’engagement au moment du recrutement.

Pour Tom Gimbel, fondateur et CEO d'une société de recrutement, LaSalle Network, « l'engagement est une donnée qu'il faut surveiller de manière constante durant une carrière. »

Il explique : « Le niveau de performances d’un salarié est généralement optimal la première année, notamment grâce à la combinaison des défis et de l'apprentissage.» Le problème survient ensuite :

« C'est ce que l'on appelle en anglais le sophomore slump, et qui se manifeste après un an ou deux. C'est alors que l'excitation diminue. »
Et c’est ici que la « gamification » peut faire sens.

De quoi parle-t-on ?

Historiquement, travail et jeu ont été pensés comme des activités, lieux et espaces antagoniques. La notion du jeu est apparue dès les années 90 dans le milieu professionnel, notamment par une vague de sports extrêmes. Une tendance consistait alors pour les chefs d'entreprise à emmener leurs collaborateurs dans des compétitions amicales de rafting.  Aujourd’hui, le jeu a pénétré toutes les sphères de la société. On compte 500 millions de « gamers » dans le monde et le domaine est devenu incontournable, y compris pour les cadres supérieurs qui seraient 61 % à jouer durant les pauses.

Plusieurs domaines d'applications du jeu touchent désormais le monde du travail et sont plus largement acceptés, notamment la formation et l’apprentissage au travers de quiz et de serious games. Les modalités sont généralement les suivantes : défis solitaires ou en groupe, jeux de simulation, jeux d'équipes, constructions à base de Lego ou de Kapla (en bois).

La gamification peut également se traduire par un environnement de travail où le jeu est présent. À l'image des start-up, on installe des espaces de pause, une console de jeu ou un billard, voire une salle de sport pour ses collaborateurs. Objectif : créer du lien, de la solidarité et de la complicité entre les salariés.

Et le travail dans tout ça ?

La question du patron est légitime : multiplier les espaces ludiques peut-il jouer contre la productivité ? Non ! Ce n'est pas parce que la décontraction est plus grande que les salariés ne gardent pas en tête leurs priorités. Le jeu est avant tout un moyen de favoriser les relations au travail et l'appartenance à une équipe. Il agit comme un stimulant naturel.

Toutefois, si le facteur motivation est certainement une donnée à privilégier dans votre entreprise, vouloir tout transformer en jeu présente des limites, notamment dans des départements commerciaux où l'esprit ludique peut se transformer en compétition féroce, de nature à diviser les équipes. Certains estiment également qu'on peut favoriser, sous couvert du jeu, « une vision du système économique basé sur l’accumulation, l’efficience et la productivité entraînant la question de savoir si la gamification, utilisée dans le contexte marchand, n’est pas en train de transformer l’idée de jeu. »

Discover More

Contact
Close

Contact

Plainte

Pourriez-vous répondre aux questions ci-dessous ? Nous pourrons vous répondre ainsi plus rapidement. Merci d'avance.

Votre entreprise / organisation est-elle cliente de BNP Paribas Fortis ?

Mon organisation est servie par un chargé de relation :

Votre message

Merci

Votre message a bien été envoyé.

Nous vous répondrons dans les plus brefs délais.

Retour à la page en cours›
Top