Article

28.03.2019

Qui a réalisé le deal de l’année ?

Le 15 mai prochain, le prix " Deal of the Year " sera décerné pour la première fois. Le même jour, nous connaîtrons le nom du gagnant du prix "Trends CFO of the Year ".

Cette nouvelle distinction vise à récompenser une opération particulière – fusion et acquisition, introduction en Bourse, augmentation de capital, placement privé, etc. – dans laquelle une entreprise belge s’est particulièrement distinguée dans le courant de l’année 2018. Découvrez les cinq transactions qui ont retenu l’attention du jury :

ELIA

Le 23 mars 2018, le gestionnaire de réseau belge Elia annonce qu'il acquiert 20% des parts dans la société 50Hertz, son homologue allemand, pour un montant de 976,5 millions d’euros, portant ainsi sa participation à 80%. Un peu plus tard, en juillet, Elia décide de prendre le contrôle total de 50Hertz en rachetant les 20 % restants, qu’elle revend immédiatement à Kreditanstalt für Wiederaufbau (KfW), la banque publique allemande. Cette transaction permet de renforcer la coopération belgo-allemande en matière d’infrastructures de réseau critiques. En outre, elle permet à l’entreprise de créer des synergies et de se développer pour devenir un groupe européen de premier plan. 

SHOWPAD

En juin 2018, la plateforme logicielle d’aide aux équipes de vente et de marketing Showpad lève 28 millions d'euros (34 millions de dollars) auprès de ses actionnaires, Insight Ventures (Etats-Unis) et Dawn Capital (Grande-Bretagne), deux importants fonds de capital à risque. Le but ? L’acquisition de LearnCore, le spécialiste américain du coaching online. Avec l'acquisition de Learncore, l’entreprise élargit son offre globale en intégrant désormais le coaching personnalisé en ligne et lui permet ainsi de se différencier davantage de ses concurrents.

AEDIFICA

Le 21 décembre 2018, le spécialiste de l'immobilier de santé coté en Bourse, Aedifica finalise l'acquisition du portefeuille immobilier de santé de Lone Star Real Estate Fund IV pour un montant de 450 millions de livres sterling (520 millions d'euros). Déjà présent en Belgique, en Allemagne et aux Pays-Bas, il fait alors son entrée au Royaume-Uni. Avec cette opération, la plus importante jamais réalisée par Aedifica, le groupe bruxellois renforce sa position d’investisseur européen dans le secteur de l'immobilier de santé. Le marché britannique de la santé reste fragmenté et offre dès lors de nouvelles opportunités pour Aedifica.

COLLIBRA

Début 2018, Collibra, scale-up bruxelloise spécialisée en gouvernance des données, lève 58 millions de dollars (48 millions d'euros). L'éditeur de logiciels veut s'appuyer sur son avance commerciale et technologique et investit donc fortement dans son organisation ainsi que dans la recherche et le développement. Début 2019, 100 millions d'euros supplémentaires sont levés, notamment auprès de la société d'investissement d'Alphabet, la holding chapeautant Google. Collibra est la première de la nouvelle génération de start-ups belges dont  la valorisation dépasse le milliard de dollars.

ITEOS THERAPEUTICS

Le 20 juin 2018, iTeos Therapeutics annonce la levée de 75 millions de dollars US (64 millions d'euros) pour accélérer le développement de traitements du cancer par immunothérapie. Les fonds seront également utilisés pour agrandir son nouveau bureau à Cambridge, Massachusetts, the place to be pour les biotechs sur la côte Est des Etats-Unis. Pour une jeune entreprise de biotechnologie, le montant levé est exceptionnel, mais vu la concurrence, Iteos Therapeutics doit être capable d’évoluer rapidement. C’est MPM Capital, le fonds d'investissement américain, qui a mené la levée de fonds. Elle a attiré de nouveaux investisseurs comme HBM Partners, 6 Dimensions Capital et Curative Ventures. Tous les investisseurs existants, tels que Fund+, VIVES II, SRIW et SFPI, y ont également participé.

‘CFO of the Year’ et ‘Deal of the Year’ sont une initiative de Trends-Tendances en collaboration avec BNP Paribas Fortis.

En savoir plus sur cette initiative.

Le gagnant du prix « Deal of the Year » sera annoncé lors de la soirée de remise de prix du Trends CFO of the Year, le 15 mai 2019 à Brussels Expo.

Conférencier d'honneur de cette 8ème édition, Wim Dejonghe, Associé principal d'Allen & Overy, partagera son point de vue sur les conséquences du Brexit et des conflits commerciaux dans le monde.

Un débat est également au programme, dont le thème est " Faire des affaires dans un monde de risques politiques ", auquel participeront Wim Dejonghe, Birgit Conix, CFO TUI Group (lauréate du prix Trends CFO of the Year 2018), Karim Hajjar, CFO de Solvay et William De Vijlder, Chief economist chez BNP Paribas.

Vous pouvez suivre l'événement sur Twitter via #TrendsCFO2019.

Découvrez ici les nominés pour le prix Trends CFO de l’Année.

Source : Trends

Article

12.04.2019

Qui sera le "Trends CFO of the Year 2019" ?

Le mercredi 15 mai, nous connaitrons le nom de celui, ou celle, qui succèdera à Birgit Conix, CFO du groupe TUI, comme ‘CFO of the Year’. Particularité de cette année : 4 des 5 nominés sont des femmes.

Les nominés pour le prix CFO de l’année sont :

Ann Desender (Barco)

L'entreprise technologique a fait son entrée au Bel20 ce mois-ci. Barco a le vent en poupe avec un chiffre d'affaires qui dépasse le milliard d'euros depuis plusieurs années. "Nous plaçons la barre toujours plus haut", déclare sa CFO, Ann Desender qui est à la manoeuvre depuis 2016. « Ce qui implique de changer la culture d’entreprise et dans le même temps de poser des choix y compris d’exclure des activités qui ne génèrent pas assez de bénéfices, voire aucun. » poursuit-elle. Fin 2018, Barco créait la surprise en supprimant 240 de ses 3.600 emplois. Simplifier la structure a permis de relever le niveau d’efficacité et de réinvestir les ressources disponibles.

Yves Honhon (CMI)

Les finances du groupe industriel wallon CMI sont gérées depuis 18 ans par Yves Honhon, qui compare volontiers son rôle à celui d’un chef d'orchestre. Il était au premier rang lorsque CMI a quitté Arcelor/Cockerill pour poursuivre sa route en solo en avril 2002. Par la suite, "la société est passée du statut de filiale à celui de société mère. » raconte-t-il. De 18 entreprises dans 7 pays, CMI est passé à 85 entreprises dans 23 pays. Le total du bilan a quintuplé entre 2002 et 2018, passant de 271 millions à près de 1,5 milliard. Yves Honhon n'exclut pas de nouvelles acquisitions, que du contraire ! L'ambition de CMI est d'atteindre un chiffre d'affaires de 1,6 milliard d'euros en 2022.

Nathasja Van Bael (Medialaan/Persgroep)

Nathasja Van Bael est CFO chez Medialaan depuis 2015. Depuis le rapprochement avec De Persgroep, elle sait combien il peut être complexe d'orienter une fusion dans la bonne direction. "2018 a été l'une des années les plus difficiles de ma carrière, du fait de la fusion essentiellement. Sur le plan juridique et financier, tout est réglé mais l'intégration opérationnelle n’est pas terminée", déclare la CFO. Non seulement elle a guidé avec succès l'entreprise dans ces eaux turbulentes, mais elle est également attentive à la maîtrise des coûts dans les circonstances économiques difficiles actuelles : "Je ne supporte pas l'inefficacité et j’adore passer au crible les processus de l'entreprise", conclut-elle.

Catherine Vandenborre (Elia)

CFO d'Elia depuis 2014, Catherine Vandenborre a joué, avec son équipe, un rôle clé dans les négociations et le financement de la prise d’une participation de contrôle d’Elia dans l’allemand 50Hertz. "C'était un vrai travail d'équipe. Nous y avons travaillé jour et nuit avec un petit groupe de personnes". Sa vison du rôle d'un CFO moderne : "Un directeur financier est l'architecte de la création de valeur de l'entreprise. » Cela implique qu'il participe à la stratégie et à son déploiement à l’échelon de la société. Ces dernières années, de nouvelles dimensions se sont ajoutées, car l’innovation, la gestion des données et la numérisation interviennent de plus en plus. Dans le même temps, elle considère important de s'attaquer au problème du changement climatique aussi efficacement que possible. Elia prévoit une augmentation de capital de 350 à 450 millions d'euros afin de renforcer son bilan et de réaliser des investissements supplémentaires dans l'infrastructure du réseau belge.

Els Verbraecken (DEME)

Depuis qu'elle est devenue CFO du groupe de services maritimes DEME il y a six ans, Els Verbraecken et son équipe ne sont pas restés inactifs. Elle est particulièrement fière du programme d'investissement de plus de 1,5 milliard d'euros dans des bateaux neufs lancé fin 2015. Elle garde fermement la gestion des risques sous la loupe. "Vous devez maintenir l'équilibre entre investissement et financement, prise de risques et limitation des risques, rapports administratifs et proactivité » déclare-t-elle. Bien que confrontée régulièrement à la complexité du commerce international, Els Verbraecken est une grande adepte de la simplification. "Dans un monde complexe et dynamique, tout doit rester simple et flexible ", conclut la CFO de cette entreprise présente dans plus de 60 pays. 

‘CFO of the Year’ est une initiative du Trends en collaboration avec BNP Paribas Fortis. Ce prix récompense les directeurs financiers qui jouent un rôle important dans le développement financier et stratégique de leur entreprise.

Plus d'infos sur l'événement.

Le gagnant du prix ‘Trends CFO of the Year sera dévoilé lors de la cérémonie de remise de prix à Brussels Expo le 15 mai 2019.

Conférencier d'honneur de cette 8ème édition, Wim Dejonghe, Associé principal d'Allen & Overy, partagera son point de vue sur les conséquences du Brexit et des conflits commerciaux dans le monde.

Un débat est également au programme autour du thème " Faire des affaires dans un monde de risques politiques ", auquel participeront Wim Dejonghe, Birgit Conix, CFO TUI Group (lauréate du prix Trends CFO of the Year 2018), Karim Hajjar, CFO de Solvay et William De Vijlder, Chief economist chez BNP Paribas.

Vous pouvez suivre l'événement sur Twitter via #TrendsCFO2019.

Pour la première fois, le jury récompensera également le Deal de l’année.

Source : Trends

Article

19.10.2016

Recrues de choix pour l’Entreprise de l’Année

C’est Daoust qui a été élue Entreprise de l’Année 2016, accompagnée dans la victoire par Real Impact Analytics, qui a reçu le prix de l’Entreprise Prometteuse.

Avec Thomas Van Hamme en maître de cérémonie et Joan Condijts de l’Echo aux commandes des interviews, la soirée nous a réservé quelques beaux moments d’émotion.

Epinglons notamment l’enthousiasme d’Eric Domb, lauréat 2015 et membre du jury cette année, pour qui cette récompense est avant tout un encouragement. Retenons également la joie de la famille Daoust, père et fils, très fière de ses équipes. Un duo très sympathique qui a reçu le prestigieux trophée des mains du ministre des PME, Willy Borsus.

Une entreprise familiale, des valeurs humaines

Actives dans les Ressources Humaines depuis 1954, Daoust gère 37 Jobs Centers à travers toute la Belgique. L’entreprise occupe 5 500 personnes et a réalisé un chiffre d’affaires de 158 millions d’euros en 2015.

‘Il est important de vivre ses passions. On n’est pas là que pour l’argent ; on vit avec de gens en qui on croit et on investit’, commente Giles Daoust, qui représente la deuxième génération à la tête de cette société qui a su convaincre le jury d’experts.

Comme le souligne Laurent Levaux, président du jury : ‘Daoust est une entreprise belge efficace en croissance, à visage humain et qui respecte ses valeurs. Voilà l’histoire qui nous a séduit même si le choix fut difficile. Daoust, Pranarôm, Procoplast et Ronveaux, les 4 finalistes étaient, en effet, toutes, des entreprises de qualité, œuvrant dans des secteurs différents et aux business modèles très variés’.

‘Du côté des Entreprises Prometteuses, le vote du jury s’est porté sur Real Impact Analytics, impressionné par la portée de ses algorithmes innovants et par un pari sur la conquête d’un marché mondial important’, renchérit Pierre Rion, membre du jury.

L’expert du big data

Le titre d'Entreprise Prometteuse de l'année, décerné par le ministre régional de l’Economie, Jean-Claude Marcourt, a été attribué au spécialiste de l'analyse des données télécom. La pépite a accumulé les succès cette année et a levé 12 millions d'euros auprès d'investisseurs prestigieux cet été. Le groupe génère la majorité de ses revenus hors d'Europe.

Real Impact Analytics participe également à de nombreux projets à visée sociale, de la lutte contre les maladies infectieuses à l'amélioration de la mobilité urbaine.

Créée en 2009, l’entreprise bruxelloise compte plus de 120 collaborateurs répartis sur 4 continents. Elle est un digne successeur d’OncoDNA, le lauréat 2015 et devance, cette année, Citius Engineering, eRowz et The Biotech Quality Group, trois autres jeunes entreprises à fort potentiel de croissance.

Didier Beauvois, BNP Paribas Fortis : 'Je salue la soif de croissance et le goût du risque de tous ces candidats à l'Entreprise Prometteuse. Pour survivre en 2016, il faut plus que jamais faire preuve d'agilité et de créativité et ces jeunes pousses n’en manquent pas. Elles méritent notre soutien. Des initiatives comme ce concours organisé en collaboration avec EY et l’Echo mais également la création de notre Innovation Hub y contribuent. Tous nos vœux de succès durable accompagnent les gagnants, les finalistes et le monde des entreprises !’

Les vidéos des finalistes 

Daoust 

Pranarom 

Procoplast 

Ronveaux 

 

 

Article

02.02.2017

Qui sera l’Organisation publique de l’Année 2017 ?

Cette année, dix organisations au niveau fédéral, régional et local ont décroché leur place en finale de l’Organisation publique de l’Année.

Créée en 2014 à l’initiative d’EY en collaboration avec De Tijd/L’Echo et BNP Paribas Fortis, cette distinction récompense les organisations publiques particulièrement méritantes en termes de stratégie, d’orientation client, d’efficacité et de durabilité. Chaque jour, elles s’investissement pleinement afin d’offrir un service de qualité tant aux citoyens qu’aux entreprises. Elles sont des exemples pour toutes les institutions de notre pays.

Les finalistes sont :

Organisations fédérales

Organisations régionales

Organisations locales

  • Institut National de Criminalistique et de Criminologie
  • SPF Finances
  • SPF Santé Publique - Sécurité de la Chaîne alimentaire et Environnement

 

  • CHU UCL Namur
  • Citydev.brussels
  • Vlaamse Stichting Verkeerskunde
  • Lokaal Overheidsbedrijf Aalst (stad en OCMW)
  • Stad Antwerpen
  • Stad en OCMW Mechelen
  • Stad Deinze (stad, OCMW en AGB)

Un jury indépendant, présidé par Michèle Sioen, présidente de la FEB, déterminera les lauréats de 2017 dans chacune des catégories, sans oublier le super gagnant - toutes catégories confondues !

Qui, parmi les organisations nominées, se verra décerner un trophée ? Pour le savoir, rendez-vous le mardi 14 mars 2017 en direct depuis le Square Brussels Meeting Centre ou via Twitter #PSOawards17 et #BNPPFBusiness.

En savoir plus sur l’Organisation publique de l’Année.

Lire le communiqué de presse

Article

15.03.2017

Le SPF Finances est élu Organisation publique de l’Année 2017 !

Grande réactivité, projets originaux et innovants, partenariat avec le secteur privé, orientation client… Le secteur public se transforme : les gagnants de la soirée de ce mardi 14 mars en sont la preuve éclatante.

Le Service Public Fédéral (SPF) Finances est non seulement le champion de la catégorie ‘Organisation Fédérale’ mais sa politique fiscale équitable lui vaut de décrocher en plus le prix du super gagnant, soit celui de l’Organisation Publique de l’Année 2017. Le CHU UCL Namur obtient le prix de ‘l’Organisation publique Régionale de l’Année’ 2017 et Groep Mechelen se voit décerner le prix local. Portrait de ces 3 organisations publiques performantes.

Le SPF Finances récompensé pour sa politique fiscale accessible

Avec le concours de ses partenaires et à l’aide d’outils numériques innovants, le SPF Finances vise à mener une politique fiscale aussi simple et accessible que possible, au bénéfice des citoyens belges. En l’espace de 12 ans, ses effectifs chutent de 30% ; ce qui justifie l’ensemble des modifications qui se sont imposées à tous les niveaux de l’organisation. Le jury s’est montré impressionné par la révolution entreprise ces dernières années sur le plan de l’orientation client mais aussi par le changement de modèle, le SPF passant d’une structure par prestations de services (TVA, impôts de sociétés, impôts des personnes physiques) à un modèle par groupe cible (indépendants, particuliers, sociétés).

Le prix de ‘l’Organisation publique Fédérale de l’Année’ 2017 a été remis par Steven Vandeput, ministre de la Défense chargé de la Fonction publique et le trophée de ‘l’Organisation publique de l’Année®’ 2017 par Jan Jambon, Vice-Premier ministre.

Le CHU UCL Namur reconnu pour sa vision et la qualité de ses soins

Le CHU UCL Namur, réseau de polycliniques, de maisons de repos et d’infrastructures d’accueil de la petite enfance, a totalement anticipé les réformes prévues par Maggie De Block, la ministre de la Santé Publique. Sa vision de l’avenir est saine et durable. Ces dernières années, sa croissance est conséquente et s’accompagne clairement d’un investissement dans la qualité des soins et des services. Le CHU est à la pointe en matière de chirurgie cardiaque et de transplantation pulmonaire, mais aussi sur le plan de la chirurgie ORL et maxillofaciale. En outre, les aspects environnementaux ne sont pas négligés puisque le site de Dinant est équipé d’une centrale énergétique au gaz de bois. En général, ce qui a marqué le jury, c’est la capacité du CHU à rebondir et ce, sur chacun des défis que rencontre le secteur hospitalier. Le lauréat a reçu son prix des mains d’Anne Boucquiau, chef de cabinet de Maxime Prévot, chargé entre autres de la Santé au sein du gouvernement wallon.

Groep Mechelen primé pour sa politique innovante

Enfin, le prix de ‘l’Organisation publique Locale de l’Année’ 2017 a été décroché par Groep Mechelen, qui réunit la ville de Malines et Het Sociaal Huis, avec la collaboration d’autres partenaires. Groep Mechelen est parvenu à convaincre le jury de l’intérêt qu’il porte à l’efficacité. ‘Epargner juste pour épargner’ n’étant pas un but en soi, Groep Mechelen comprend qu’il est parfois nécessaire d’investir davantage pour obtenir un rendement à plus long terme, comme c’est le cas pour les entreprises privées. Le résultat des investissements réalisés s’observe dès à présent : de nouveaux habitants et de nouvelles entreprises viennent s’établir dans la ville. Groep Mechelen mène des projets originaux et innovants, qui permettent la coexistence positive de toutes les nationalités. ax Jadot, président du comité de direction et de l’Executive Committee de BNP Paribas Fortis a remis le trophée à Groep Mechelen.

En savoir plus sur l’Organisation Publique de l’Année

Ce prix est une initiative d’EY, il est organisé pour la 4ème fois en collaboration avec L’Echo/De Tijd et BNP Paribas Fortis. Vous trouverez plus d’informations sur le site d’EY.

Discover More

Contact
Close

Contact

Plainte

Pourriez-vous répondre aux questions ci-dessous ? Nous pourrons vous répondre ainsi plus rapidement. Merci d'avance.

Votre entreprise / organisation est-elle cliente de BNP Paribas Fortis ?

Mon organisation est servie par un chargé de relation :

Votre message

Tapez le code indiqué dans l'image :

captcha
La Banque traite vos données à caractère personnel conformément à la Déclaration Vie Privée de BNP Paribas Fortis SA.

Merci

Votre message a bien été envoyé.

Nous vous répondrons dans les plus brefs délais.

Retour à la page en cours›
Top